La philosophie du temps long et bâtir pierre par pierre son entreprise sont plus que jamais des conditions nécessaires pour créer de belles et grandes sociétés qui feront peut-être 100M€ de CA dans 10 ans, mais aussi 1Mds€ dans 20 ans et pourquoi pas 10Mds€ dans 30 ans. Ainsi, une société bien née peut générer 10x plus de CA durant sa 2ième décennie que durant la 1ère. Des géants actuels, dans des secteurs très différents mais aussi des périodes très différentes, étayent cette thèse : Ikea (1946), Walmart (1962), Starbucks (1971), Decathlon (1976) ou encore dans le digital Amazon (1994), Netflix (1997) et Alibaba (1999). Tesla (2004) également.

S’appuyer sur de réels entrepreneurs

Mais pour bâtir de tels géants, la 1ère condition essentielle et déterminante c’est d’avoir…de très bons entrepreneurs. Et ça c’est le 2ième fondement de ma philosophie. Un Jeff Bezos, un Jack Ma, un Michel Leclercq, un Claude Bébéar (pour Axa), un Bernard Arnault, un François Pinault. Certes, il y a bien évidemment aussi et toujours les paramètres extérieurs, la taille du marché et son potentiel dévolution, la concurrence en place, les economics intrinsèques du secteur, etc. Bien évidemment que ces paramètres jouent, mais in fine le bon entrepreneur saura en tirer le meilleur, et bien mieux que ses concurrents. Et si le secteur est trop compliqué, pas assez dynamique, pas assez rentable, bien trop concurrentiel, etc, alors le bon entrepreneur saura pivoter pour aller chercher ailleurs un bel océan bleu rentable dans lequel il peut bâtir un empire…

Avoir une vision cohérente

On peut commencer, par une petite niche très étroite, ou alors un produit/service très spécifique  mais après avec de l’ambition, de l’imagination, de la soif de conquête insatiable, on étendra progressivement son terrain de jeu, encore et toujours. Cette croissance et ces conquêtes peuvent se faire de façon organique, mais aussi, et peut-être surtout aussi par build up. Les exemples de sociétés qui se sont bâties par build up sont innombrables. Reflet de cela, plus de 80% du CA des entreprises du CAC40 provient ainsi d’acquisitions.

Les qualités intrinsèques des bons entrepreneurs

Est-ce que l’entrepreneur a l’intelligence , l’énergie,  la loyauté, l’honnêteté et  l’intégrité ? Si on trouve chez un entrepreneur ces qualités, alors on peut envisager de bâtir quelque chose de grand avec lui, mais alors de vraiment grand. On peut le « nurturer » avec bienveillance et exigence, le guider efficacement avec méthode et expérience, pour que, pierre par pierre, il construise progressivement un géant.

Depuis maintenant 25 ans que je suis entrepreneur et investisseur, j’en ai vu et j’en ai suivi de près des entrepreneurs, sans doute plusieurs centaines, et je pense pouvoir affirmer qu’il y a des lois humaines, des configurations psychologiques qui favorisent et expliquent en grande partie les succès et les échecs entrepreneuriaux. Quels que soient les secteurs, quels que soient les conditions extérieures, crise ou pas crise. C’est l’homme qui fait et qui fera toujours la différence.

Il y a des entrepreneurs pour lesquels la probabilité de succès est quasiment totale (avec une magnitude variable cependant) comme il y a des entrepreneurs pour lesquels la probabilité d’échec est quasiment totale. Et pour ces derniers, lorsque l’échec arrivera, ce sera évidemment la faute des conditions extérieures, le marché, la crise, la concurrence, les méchants investisseurs qui n’ont rien compris et qui n’ont pas soutenu, etc.

Si on veut vraiment perdurer, si on a vraiment envie de se projeter sur la longue durée, alors on fait ce qu’il faut. La réalité est implacable, les vraies raisons fondamentales du succès et de l’échec ne sont pas extérieures mais intérieures. En cas d’echec, il faut s’en prendre à soi, il y a forcément quelque chose qu’on a mal fait. Le reconnaître est juste un signe d’intelligence entrepreneuriale.

Par Michel de Guilhermier, Président de Day One Entrepreneurs & Partners

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

un × trois =