Photo Ronan Houssin/ABACAPRESS.COM

Les derniers sondages

Ifop-Fiducial pour “Paris-Match”/LCI/Sud-Radio du lundi 4 avril:

Emmanuel Macron : 27,5%

Marine Le Pen : 22%

Jean-Luc Mélenchon : 15,5%

Eric Zemmour : 10%

Valérie Pécresse : 10%

Yannick Jadot : 4,5%

Fabien Roussel : 3%

Jean Lassalle : 2%

Anne Hidalgo : 2%

Nicolas Dupont-Aignan : 2%

Philippe Poutou : 1

Nathalie Artaud : 0,5%.

Sondages précédents
Ifop pour le “Journal du Dimanche” du dimanche 3 avril:
Emmanuel Macron : 27%, Marine Le Pen : 22%, Jean-Luc Mélenchon : 15%, Eric Zemmour : 11%, Valérie Pécresse : 10%, Yannick Jadot : 5%, Fabien Roussel : 3,5%, Jean Lassalle : 2,5%, Anne Hidalgo : 2%, Nicolas Dupont-Aignan : 2%, Philippe Poutou : 2% et Nathalie Artaud : 0,5%.

Elabe pour BFM TV, “L’Express” et SFR du samedi 2 avril:  Emmanuel Macron : 26%, Marine Le Pen : 21%, Jean-Luc Mélenchon : 15%, Eric Zemmour : 9,5%, Valérie Pécresse : 8,5%, Yannick Jadot : 4,5%, Fabien Roussel : 3,5%, Jean Lassalle : 2%, Anne Hidalgo : 1,5%, Nicolas Dupont-Aignan : 1,5%, Philippe Poutou : 1,5% et Nathalie Artaud : 0,5%.

Ipsos Sopra-Steria, du samedi 2 avril, pour “France Info” et “Le Parisien-Aujourd’hui en France”: Emmanuel Macron : 26%, Marine Le Pen : 21%, Jean-Luc Mélenchon : 15,5%, Eric Zemmour : 11%, Valérie Pécresse : 9,5%, Yannick Jadot : 6%, Fabien Roussel : 3%, Jean Lassalle : 2,5%, Anne Hidalgo : 2%, Nicolas Dupont-Aignan : 1,5%, Philippe Poutou : 1,5% et Nathalie Artaud : 0,5%.

A ce jour, 69% des personnes intéressées sont sûres d’aller voter. Et sur les personnes qui sont certaines d’aller voter, 69% ont fait leur choix qui sera définitif, et 31% estiment que leur vote peur encore changer.

Ifop-Fiducial pour “Paris-Match”/LCI/Sud-Radio du vendredi 1er avril:  Emmanuel Macron : 28%, Marine Le Pen : 21,5%, Jean-Luc Mélenchon : 15%, Eric Zemmour : 11%, Valérie Pécresse : 9,5%, Yannick Jadot :  4,5%, Fabien Roussel : 3,5%, Jean Lassalle : 2%, Nicolas Dupont-Aignan : 2%,  Anne Hidalgo : 1,5%, Philippe Poutou :  1,5% et Nathalie Artaud : 0,5%.

Emmanuel Macron plébiscité par les entrepreneurs

D’après un sondage OpinionWay pour Legalstart (réalisé du 9 au 17 mars), Emmanuel Macron est largement en tête des intentions de vote, pour les dirigeants d’entreprise et les entrepreneurs (52%) suivi d’Eric Zemmour (10%), de Jean-Luc Mélenchon (9%) et de Valérie Pécresse (9%), Marine Le Pen (7%), Yannick Jadot (5%), Jean Lassalle (3%) et Fabien Roussel (2%).

En 2017, dans un sondage similaire, Emmanuel Macron arrivait en tête (32%, devant François Fillon (27%) et Marine Le Pen (17%). A noter que les candidats de gauche ne représentent que 14% des intentions de vote et que 29% des personnes interrogées n’expriment pas d’intention de vote.

Selon les sondés, “la fiscalité des entreprises” figure en tête des “sujets à traiter en priorité” (36%), devant “l’industrie et la relocalisation” (24%), “la simplification des règlementations” (16%), “la simplification du Code du travail” (6%), “la formation des salariés” (6%) et l’aide à la création d’entrerise” (3%).

Le grand rabougrissement dénoncé par Macron

Ce samedi après-midi, lors de son meeting à l’Arena de La Défense, à Paris, devant 30.000 personnes, Emmanuel Macron a dénoncé le grand rabougrissement: Eric Zemmour lui a répondu, ce dimanche, sur LCI: “C’est minable et décevant. Ce n’est pas çà la hauteur de l’enjeu.Macron me cible car il sait que je suis son seul adversaire. Il y a un enjeu démographique. Ce n’est pas être rabougri de défendre une France qui reste française.”

Les “conditions” de Sarkozy à Macron!

Nicolas Sarkozy est encore très influent da le milieu de la vie politique française.D’après des révélations au journal “Le Monde”, dans un article publié ce vendredi, l’ancien président de la République serait prêt à soutenir Emmanuel Macron pour sa réélection.

Il le ferait à la seule condition de placer ses alliés politiques à l’Assemblée nationale et dans le gouvernement. Nicolas Sarkozy aurait déclaré à son entourage: “Macron me dit qu’il ne peut être réélu sans nous. Mais je pose mes conditions: je veux choisir le Premier ministre et je veux un groupe de 50 députés à l’Assemblée nationale.”

Marine Le Pen vers une “dédiabolisation”

Selon une étude de la fondation Jean Jaurès parue ce lundi, l’évolution du discours de Marine Le Pen vers une “dédiabolisation” ne se retrouve pas dans son programme. La fondation indique: “Si la dédiabolisation n’est pas programmatique, elle est clairement discursive.”

La candidate du Rassemblement Nation aurait profité du ton provocateur d’Eric Zemmour pour apparaître policée en comparaison. Cependant, l’étude montre en quoi Marine Le Pen reste une candidate d’extrême-droite, avec son projet d’inscrire la priorité nationale dans la constitution ou la multiplication des expulsions d’étrangers, notamment les délinquants, les fichés-S et les personnes sans emploi depuis un an.

Des personnalités pour Jean-Luc Mélenchon

Plus de 2.000 personnalités dont Blanche Gardin, Corine Masiero, Annie Ernaux ou Bruno Solo signent un appel à voter Jean-Luc Mélenchon avec le mot d’ordre: “Les 10 et 24 avril ce sera Mélenchon”. “Nous sommes nombreux, parmi les signataires de ce texte, à avoir eu envie de tout envoyer valser ces derniers mois. Une fenêtre s’entrouvre, dans cet environnement politique irrespirable. L’air semble plus léger.”

Les personnalités appellent à soutenir Jean-Luc Mélenchon, afin d’empêcher l’extrême-droite de passer au deuxième tour, mais aussi pour imposer une contradiction au “candidat de droite” et faire parler de sujets comme la retraite à 60 ans, le SMIC à 1.400 euros, la planification écologique et les violences sexuelles.

Eric Zemmour fustige Marine Le Pen

Au cours de son entretien, ce dimanche, sur LCI, Eric Zemmour s’est présenté comme la seule alternative à droite: “Si les électeurs veulent changer la donne, ils votent pour moi. Marine Le Pen n’a aucune chance sérieuse de gagner! Elle va être battue, comme d’habitude, et le paysage politique restera identique. Les électeurs de droite doivent voter pour moi!”

“Les instituts de sondage me disent que les abstentions faussent complètement leurs modèles et que les abstentionnistes sont le coeur de l’électorat de Marine Le Pen. Ne vous laissez pas avoir! Aux régionales, le RN a perdu dix points par rapport aux sondages. Je suis le vote vital pour que la France reste la France!”

Eric Zemmour se fait expulser d’un terrain de foot

Alors que Eric Zemmour et des militants avaient entamé un match au Zidane Five Club de Futsal, un complexe de football privé d’Aix-en-Provence. Le frère de Zinedine Zidane, qui gère les lieux, dénonçant une récupération, leur a ordonné de quitter les lieux.

Les équipes d’Eric Zemmour avaient réservé deux terrains de football; pour deux heures, sans prévenir qui allait venir et, surtout, la présence de caméras. L’ambiance était très tendue et Eric Zemmour a pu partir, entouré de ses vigiles.

Il est revenu, sur cet évènement, ce dimanche, sur LCI,: “Je n’ai pas débarqué sans prévenir. Mes militants savaient que je venais à Marseille. Ils avaient loué ce terrain pour que j’y joue. Je ne savais même pas que c’était le club de Zidane. Nous n’allons évidemment pas donner mon nom parce que je suis harcelé par les antifas. Ils ont menacé de faire venir tous les quartiers nord pour me déloger et causer des troubles publics.”

Valérie Pécresse a le soutien de François Fillon

Depuis ce lundi matin, la candidate des Républicains a reçu, sur Twitter,  le soutien de François Fillon, candidat des Républicains arrivé troisième en 2017 (15,16%): “La démocratie, c’est d’abord la possibilité de l’alternance et l’alternance est menacée quand le pouvoir campe au milieu des extrêmes. Valérie Pécresse et Les Républicains  constituent, aujourd’hui, le seul chemin viable vers cette  alternance nécessaire en démocratie.”

Les parcours des candidats…

Cette année, l’élection présidentielle présente des profils variés. Trois candidats sont diplômés de l’ENA: Valérie Pécresse, Emmanuel Macron et Nicolas Dupont-Aignan. Valérie Pécresse est diplômée d’HEC alors que Emmanuel Macron et Nicolas Dupont-Aignan sont diplômés de Sciences Po Paris. Emmanuel Macron a obtenu, aussi, une maîtrise et un DEA de philosophie).

D’autres candidats viennent de l’université: Marine Le Pen (5 ans de droit à Paris-2-Assas et certificat d’aptitude à la profession d’avocat), Anne Hidalgo (maîtrise de sciences sociales du travail et DEA de droit social et syndical), Nathalie Arthaud (agrégée d’économie et gestion), Jean-Luc Mélenchon (licences de philosophie et de lettres modernes) et Yannick Jadot (maîtrise en commerce international). Deux candidats n’ont pas de diplômes: Jean Lassalle et Philippe Poutou.

Dans les parcours professionnels, six candidats ont exercé dans la fonction publique: Emmanuel macron  (Inspection des finances), Valérie Pécresse (Conseil d’Etat), Anne Hidalgo (inspectrice du travail) et Nicolas Dupont-Aignan (administrateur civil).

Deux candidats sont passés par l’enseignement: Jean-Luc Mélenchon (professeur de français en lycée technique) et Nathalie Arthaud (qui est toujours professeur).Trois candidats sont passés par le journalisme: Eric Zemmour, Jean-Luc Mélenchon (presse régionale du Jura) et Fabien Roussel (quotidien L’Humanité et France télévisions).

La moitié des candidats ont fait toute leur carrière dans le même parti ou ont fini par créer leur propre formation politique: Jean-Luc Mélenchon (Organisation communiste internationale, Parti socialiste, Parti de gauche et son parti, La France Insoumise), Emmanuel Macron (Mouvement des citoyens de Jean-Pierre Chevènement, Parti socialiste et son parti, En Marche!), Valérie Pécresse (Les Républicains puis son parti, Soyons libres! et retour au LR), Jean Lassalle (UDF puis MoDem et son parti, Résistons!), Nicolas Dupont-Aignan (UMP et son parti, Debout la France), Philippe Poutou (Lutte ouvrière et son parti, Voix des travailleurs devenu le Nouveau parti anticapitaliste).

Le protocole sanitaire dans les bureaux de vote

Alors qu’une large partie des mesures sanitaires ont été levées le 14 mars, le ministère de l’Intérieur a dévoilé le protocole sanitaire à suivre pour les scrutins des dimanches 10 et 24 avril: “Il ne peut être exigé des électeurs et des personnes participant à l’organisation ou au déroulement du scrutin, aucun document comme preuve de vaccination, certificat de rétablissement ou de réalisation d’un test virologique.”

“Le nombre d’électeurs, par bureau de vote, n’est pas limité, mais l’accès aux bureaux de vote peut être régulé et l’entrée et la sortie doivent pêtre séparées. Le port du masque et les règles de distanciation physique ne sont pas obligatoires dans les bureaux de vote. Toutefois, le port du masque reste recommandé pour certaines catégories de personnes.” Le ministère de l’Intérieur précise qu’il pourra être demandé aux électeurs portant un masque de le retirer brièvement pour procéder à la vérification de leur identité.

Bernard Pace

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

vingt + huit =