Emmanuel Macron

Tribune. Ce qui s’est produit à la dernière élection présidentielle est d’une importance capitale. Les attaches partisanes qui liaient jusqu’alors l’électeur à des structures définies selon le prisme politique des origines de la III ème République : bonapartisme, radicalisme , socialisme, etc… , ont volé en éclats. Libéré de toute fidélité, le citoyen exprime son choix dorénavant sous les couleurs alternées de la précarité et de l’improvisation presque caractérielle. C’est là que l’on retrouve malicieusement la définition du héros moderne par Jacques Lacan, qui se caractérise par l’accomplissement  d’exploits dérisoires effectués dans un état d’affolement. 

Plus de républicains, plus de socialistes, plus de communistes, encore moins de fascistes, quoi qu’on en dise, mais au contraire l’accumulation vertigineuse du rien jusqu’à l’Himalaya. Cette liberté recouvrée qui permet à tout individu de voter où il veut, comme il veut  est une chance à ne pas rater, car elle permettra demain au peuple, cet agglomérat civique en quête d’identité, de faire enfin la chasse aux nuisibles sans être gêné dorénavant par ses directeurs de conscience. Quelle liberté ! Plus de mots d’ordre contraignants ! Comment ne pas se souvenir du Faust de Paul Valery, installé confortablement dans son jardin et soliloquant :  Je vis et je ne fais que vivre, voilà une oeuvre ! Te voici Faust accomplissement et aboutissement. Enfin ce que je fus devient ce que je suis . 

Il faut se libérer des mots d’ordre ridicules et dérisoires que les maîtres de pacotille, qui ont usurpé le commandement de la demeure ancestrale dénommée la France, ont tenté d’imposer au vulgaire pour qu’il désapprenne son identité et s’accommode des décombres.

On le voit à Paris malheureusement où les écologistes sont la cause explicite de la destruction de la ville, nulle Sainte Geneviève n’ayant pu arrêter les maigres hordes de ces Attila modernes. La folie en effet se suffit pour s’emparer d’un esprit faible, d’un simple petit moucheron ayant pu pénétrer la cervelle par le canal auriculaire. C’est tout le Paris d’aujourd’hui. 

Le vote utile, c’est n’importe qui sauf ces gens-là ! La voilà la liberté, le voilà le choix, tout sauf la laideur. Plus de mots d’ordre, plus de bons conseils, tel est le gain inappréciable du résultat de l’élection présidentielle. Votons comme nous voulons, sus aux nuisibles et « Montjoie ! Saint Denis ! » contre tous les démolisseurs !

Puisqu’il est encore question de brader l’indépendance nationale en sacrifiant la défense nucléaire, en larguant le siège permanent du Conseil de sécurité de l’ONU au profit d’un conglomérat volapuquiste indéterminé dans ses formes comme incertain dans son futur, puisque la Haute Cour de la République ne fait plus peur à personne, et que la trahison devient une décoration, votons tous azimuts à l’effet exclusif de débarrasser le terrain. Comme le disait le champion du monde de l’eau minérale: il faut éliminer. 

Les élections à venir sont donc cruciales, nul mot d’ordre désormais que celui-ci en lieu et place des sempiternels susurreurs de bons conseils, tous prélats du renoncement et apôtres du déculottage en public. Non, la France ne veut pas faire la guerre, même pour complaire à ses puisants voisins. L’élection sera le rêve absolu, elle permettra par une stratégie ciblée de se débarrasser de tous les imposteurs, thuriféraires de la mort par procuration. 

Je voudrais finir cet article par l’évocation du magistral Théophraste Longuet, héros de Gaston Leroux, ayant surpris l’infâme Monsieur Petito dans une tentative de cambriolage de son appartement de la rue Gérando.  Réveillé dans son sommeil tandis qu’il dormait auprès de son épouse, Longuet surprend Petito. Petito c’est le voleur, le méchant, celui qui raconte des histoires à dormir debout. Alors, comme sous l’administration de Sanson, bourreau du Régent, Théophraste Longuet entreprit d’essoriller le cambrioleur au couteau de cuisine, afin de le punir et qu’on le reconnaisse dorénavant comme malfaisant dans la rue. 

De même un vote libératoire pourra démasquer les méchants voleurs de l’histoire de l’identité d’un peuple. Avant de le congédier, l’horrible opération de l’ablation des pavillons ayant été effectuée dans sa cuisine,  Théophraste remis paternellement au voleur Petito, justement démasqué, l’objet de l’opération enveloppé dans un linge mouillé:  Que dirait Madame Petito si vous rentriez sans vos oreilles  ?

Il y va de l’identité de la France. Il faut voter pour dégager les importuns et empêcher l’inévitable. 

« Aimez qui vous voulez » est le titre d’un film, à votre tour votez qui vous pouvez.

La littérature a ceci de merveilleux qu’elle permet l’image en toute liberté,  c’est pourquoi j’ai convié Gaston Leroux à partager cette chronique.

J’ai parlé  de la ville de Paris. Le score de 1,5  %  de son maire à l’élection présidentielle est une illustration parfaite de l’essorillage recommandé.

Jean-François Marchi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

13 + deux =