L’actualité économique est toujours pleine de rebondissements, c’est pour cela qu’elle est passionnante.


Bonne nouvelle, c’est le fonds français PAI Partners qui va mettre la main sur la célèbre marque de jus de fruits Tropicana détenue jusque- là par l’américain  Pepsico pour la modique somme de 3,3 milliards de dollars. Une belle opération pour le fonds tricolore détenu en partie par BNP Paribas qui prend 61% d’un ensemble de boissons aux fruits (Tropicana, Naked..) aux marques connues mondialement et qui réalise plus de 3 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

PepsiCo conserve 39 % de l’ensemble et se désengage du rayon frais. Avec ce rachat PAI Partners, déjà co-actionnaire avec Nestlé des glaces Haagen-Dazs ou de l’enseigne d’épicerie Grand Frais (60 % d’EEF aux côtés de la famille Bahadourian) conforte sa position comme fonds spécialiste de l’alimentaire et de la distribution.

Dommage au passage qu’il ne s’intéresse pas au marché porteur du cycle. Il aurait pu venir se substituer au sulfureux propriétaire des cycles Mercier dont l’Etat ne veut plus entendre parler pour son projet d’usine à Révin dans les Ardennes qui devait créer 270 emplois. Jean- Marc Seghezzi patron du fonds luxembourgeois Starship Investments qui portait le projet de relance des cycles Mercier made in France, avec un engagement financier de 2,5 millions d’euros, serait accusé de détournement du droit antidumping sur les vélos importés.

Une sombre histoire qui ne devrait pas compromettre ce beau projet de reconquête industrielle que l’Etat s’était engagé, par la voix de la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, à soutenir à hauteur de 5 millions d’euros. À moins que Marc Simoncini, le génial entrepreneur des vélos Angell ne soit appelé in extremis à la rescousse de la marque mythique portée en son temps par Raymond Poulidor. Ne laissons pas tomber Mercier !

Robert LAFONT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

vingt − 13 =