En ce 9 juillet, les festivaliers comme les vacanciers se sont réveillés avec la menace de nouvelles obligations sanitaires, liées au variant Delta qui fait des ravages en terme de contamination, particulièrement dans le département des Alpes-Maritimes.

Pour Christian Estrosi, le maire de Nice toute proche de Cannes, interrogé ce matin sur Europe 1, il faudra sans doute imposer de nouveau le port du masque en extérieurs très rapidement, surtout dans les endroits très fréquentés. La Croisette pourrait donc suivre la même voie que la Promenade des Anglais. Preuve de cette inquiétude : Pierre Lescure, le Président du Festival de Cannes, a enregistré un message sonore diffusé avant chaque projection, pour demander de respecter formellement le port du masque pendant les films, beaucoup de spectateurs, journalistes comme cinéphiles, ayant tendance à l’enlever.

Chaque jour, près de 300 festivaliers (dont l’auteur de ces lignes hier) font l’objet de tests PCR avec un résultat immédiat, et pour l’instant, aucun cas positif n’aurait été décelé. Pour revenir au 7ème art, hier soir, Charlotte Gainsbourg et sa mère Jane Birkin (photo) étaient réunies au Palais pour le documentaire « Jane par Charlotte », le regard d’une fille sur sa maman, présenté dans la nouvelle section Cannes Première. Et Camille Cottin, l’une des vedettes de la série de France 2, « Dix pour cent », monta les marches avec la star américaine Matt Dillon, son partenaire dans « Stillwater » mis en scène par Tom McCarthy, qui se déroule à Marseille.

Un film moyen et décevant, projeté hors compétition, mais qui marque les grands débuts de Camille Cottin dans le système hollywoodien puisqu’elle a signé il y a quelques mois avec une grande agence d’acteurs de Los Angeles. Comme quoi, on peut commencer avec « Connasse » sur Canal Plus et se retrouver à Beverly Hills ! Quant au film norvégien en compétition, « Julie. En 12 chapitres », il a suscité une belle émotion, en particulier grâce à la superbe interprétation de l’actrice Maria Grazia di Meo, héroïne de ce subtil et intense portrait d’une femme d’aujourd’hui.

René Chiche
Envoyé spécial au Festival de Cannes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × trois =