Cannes 2021 : formidable Léa Seydoux !

"L’Histoire de ma femme" de la réalisatrice Ildiko Enyedi, avec Léa Seydoux.

La comédienne aura été à la fois la plus présente et la plus absente durant ce 74ème Festival de Cannes. Testée positive au Covid 19, la petite fille de Jérôme Seydoux a dû annuler sa venue sur la Croisette alors qu’elle était à l’affiche de quatre films : « Tromperie » d’Arnaud Desplechin dans la section Cannes Première et trois œuvres en compétition : « The French dispatch », « L’histoire de ma femme » et « France », projeté hier soir au Grand Théâtre Lumière.

Dans ce remarquable long métrage de Bruno Dumont qui porte un regard acéré, cruel et très juste sur le journalisme audiovisuel d’aujourd’hui, Léa Seydoux incarne avec force, authenticité et intensité une reporter-présentatrice d’une chaîne d’infos dont le parcours à succès sera ébranlé par différents événements dans sa vie. Un rôle qu’elle porte à merveille de bout en bout et qui pourrait lui valoir un justifié et mérité Prix d’interprétation féminine. « Les Olympiades » de Jacques Audiard nous a déçus par son absence d’ampleur et sa facilité à tomber dans tous les clichés de notre époque sur le numérique, la diversité ou le monde de la jeunesse en ajoutant de surcroît scènes de sexe inutiles et gratuites.

Ne parlons pas de l’insupportable « Haut et fort » du réalisateur marocain Nabil Ayouch qui nous a gratifié d’un très lourd essai sur les jeunes et le rap au Maroc. Totalement confus, complètement raté ! Lors de la très agréable soirée sur une plage pour la comédie musicale « Tralalala » des frères Larrieu, présenté en séance de minuit, on pouvait croiser du beau monde comme Mathieu Amalric, le héros de ce réjouissant film, Josiane Balasko, Mélanie Thierry, Maïwenn, Jeanne Cherhal, Nicolas Bedos, Doria Tillier, Elsa Zylberstein, Pierre Niney, le chanteur Dominique A ou les producteurs Nicolas et Éric Altmayer, patrons de la très dynamique et créative société de production Mandarin.

Ils nous confient que leur grand projet pour le cinéma en 2022 sera le tournage d’un biopic sur Charles Aznavour qui sera mis en scène par Grand Corps Malade et Mehdi Idir. Le budget avoisinera les 15 millions d’euros et reste à savoir qui campera le légendaire chanteur. Au programme de la compétition aujourd’hui, les festivaliers verront les deux derniers films de ce Festival 2021 : « Nitram » et « Les intranquilles ».

À demain… en direct de la Croisette !

René Chiche
Envoyé spécial au Festival de Cannes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

17 − onze =