Par Jean-Luc Cadeddu, Historien et Maire-adjoint de Maisons-Alfort

Tribune. Dimanche 17 Juillet, commémoration de la rafle du vel d’hiv, journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État Français et d’hommage aux Justes de France.

Les 16 et 17 juillet 1942, sous le régime de Vichy 13152 juifs sont arrêtés dans  Paris  par des Policiers Français et des Gendarmes puis transportés en bus dans le vélodrome d’hiver de l’époque .
Le 3 Octobre 1940 la loi sur le statut des Juifs de France était promulguée

Par la suite du 19 au 22 Juillet 1942 les Juifs prisonniers du Vel d’Hiv, hommes femmes et enfants sont internés au camp de Drancy puis déportés sur les différents camps prévus à cet effet par le gouvernement de Pétain.

On peut se poser la question de savoir pourquoi la France a-t-elle mis 50 ans avant de reconnaître sa responsabilité dans la déportation des Juifs.

En mai 1941 des arrestations massives avaient déjà eu lieu et ce sous l’égide de Laval.
Les occupants Nazis du 3ème Reich, maîtres de l’univers ne se sont pas salis les mains : ils ont fait faire le sale travail par nos compatriotes collaborateurs de l’époque !

N’oublions jamais ces femmes ces hommes et ces enfants qui ne sont jamais revenus de l’enfer des camps.
Depuis le Moyen Age, les Juifs ont toujours été les victimes de l’antisémitisme, livrés à la vindicte populaire et boucs émissaires de tous nos problèmes.
Attention à ne surtout pas banaliser la haine cancéreuse des extrêmes religieux ainsi que celle  des laïques pas toujours bien-pensants.

JEAN LUC CADEDDU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-sept − quinze =