S’il y a un sujet sur lequel l’ancien candidat à la présidentielle n’a pas envie de rester inerte, c’est bien celui de l’islamisme radical. Prémonitoire, il y a même consacré tout un livre « Vaincre le totalitarisme islamique », paru chez Albin Michel peu avant la dernière élection.

François Fillon, depuis qu’il a été entravé par ses affaires et aussi par l’intervention intempestive du Parquet National Financier, une première, dans la dernière élection, ne veut pas manquer de s’exprimer après le terrible drame de la décapitation de Samuel Paty qui a ému la plupart des Français.

Il faut remarquer, et c’est heureux, que de nombreux dirigeants musulmans — c’est un tournant — se sont exprimés à cette occasion pour clairement désigner l’ennemi, cet islamisme radical. On aimerait certes aussi une grande manifestation des Français musulmans en solidarité avec les valeurs de la République. Cela viendra, soyons patient.

Ne nous y trompons pas ! Pour l’ancien ministre de l’Education nationale (de 2004 à 2005), celui-là même qui a interdit le voile à l’école, ce combat ne concerne pas que la France. Il le rappelle dans un grand entretien accordé à L’Express : « Le totalitarisme islamiste est une menace mondiale… Et il faut mettre hors la loi les organisations les plus radicales, y compris les Frères Musulmans. »

Au plan éducatif, l’ex ancien favori des dernières présidentielles demande aussi que l’on donne une véritable autonomie aux chefs d’établissements… Il suggère également, et c’est nouveau, d’aller bien plus loin : « Je suis obligé de constater que le dérapage d’une partie de la communauté musulmane est trop important… Il faut bannir le voile de tout l’espace public, dans les établissements scolaires, universitaires, lors des sorties scolaires, et même dans tous les établissements recevant du public ! »

Francois Fillon fait également le lien direct entre la montée de l’islamisme et l’essor de l’immigration clandestine dans notre pays : « Le lien est direct. L’immigration trop importante par rapport à nos capacités d’intégration a développé le séparatisme… Il faut instaurer des quotas votés annuellement par le parlement ! »

L’ancien candidat n’est pas revenu sur la scène médiatique pour feindre de n’avoir rien à dire. De la capacité du président Macron à commencer à réduire l’influence du radicalisme musulman et du développement d’une immigration échevelée dépend sûrement le résultat de la prochaine présidentielle et l’avenir du pays. C’est le mérite de Francois Fillon de l’avoir compris et dit tout haut. En espérant qu’il ne soit pas le dernier à le faire. La France a plus que jamais besoin de tous ses soutiens pour conforter toutes ses valeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

treize + 1 =