samuel paty attentat terrorisme

Il aura fallu attendre la mort tragique de Samuel Paty pour que l’opposition réenfourche le lancinant dossier de la régulation de l’immigration dans notre pays, tant il devient difficile de continuer à bien intégrer, alors que continue à converger des flots d’immigrés toujours plus nombreux.

Aux chiffres officiels viennent s’ajouter l’explosion des titres de séjour (270 000 par an), les mineurs accompagnés (40 000) et le détournement du droit d’asile. Lisez à ce sujet l’enquête spéciale de L’Événement Magazine paru en kiosques récemment.

L’Évènement Magazine

Le problème n’est certes pas nouveau. En 1977, Raymond Barre avait suspendu le droit au regroupement familial initié par son prédécesseur Jacques Chirac en 1976, avant que la décision du premier ministre ne soit retoquée par le Conseil d’état. 43 ans après, rien n’a été fait ! Pire, on a étendu drastiquement ce droit en 2018 en l’élargissant aux frères et aux sœurs. Alors que la société française ne cesse de se fragmenter, il est temps de freiner les flux de l’immigration dans notre pays ne serait-ce que pour mieux intégrer ceux qui s’y trouvent déjà.

L’opposition a compris que le sujet devenait essentiel dans l’esprit de nombreux Français, elle demande des mesures d’urgence et l’organisation d’un référendum sur le sujet ! Poussé par Christian Jacob, président de LR, Olivier Marleix tente l’organisation d’un referendum d’initiative partagée. Mais cela suppose d’être demandé et signé par 4,7 millions de citoyens et 185 parlementaires.

Quant à Marine Le Pen, elle demande « le renvoi immédiat de tous les étrangers fichés S pour islamisme ». Cela peut se comprendre. Que fera le président Macron ? Sa réélection peut se jouer sur ce sujet crucial pour notre avenir à tous !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 + deux =