« Police, Caroline de Haas, Chilla : on a tout faux ! »

Insécurité, féminisme, éducation…

Et maintenant, des « shérifs » estampillés SNCF (sic), c’est tout de même… Personne n’est plus à l’abri en France d’un « Lucky Luke » quelconque. Et dire qu’à l’époque, quand le premier Maire avait armé la Police municipale, cela avait fait un véritable tollé au niveau des médias et autres, toujours les mêmes syndicalistes. Où sont-ils aujourd’hui ? Ils ont laissé armer n’importe qui sans mot dire. Mais qui a autorisé à armer n’importe qui ? Ce sont ceux qui l’ont autorisé qui devraient être mis en examen avec le Président de la SNCF pour complicité de « mise en danger de la vie d’autrui ». Mettre une arme entre les mains de n’importe qui et après on se glose de parler des États-Unis. Déjà la Police… Quand on sait qu’elle s’entraine au tir quelques heures par an, C’est inadmissible. On m’a dit que chaque policier tire 50 cartouches par an.

Me Too et autres « bestiaux »

En réponse à Caroline de Haas, celle qui dit « qu’un homme sur deux ou trois est un agresseur » en battant, et de loin, le mouvement Me Too (lire Le Point n°2548 du 16 juin 2021) et le droit de réponse de celle-ci et le NDLR du Point à cette réponse (Le Point N°2549 du 24 juin 2021). Permettez-moi de vous intéresser à la lecture in extenso de deux chansons. Chacun en tirera ses conclusions. C’est ma réponse dérisoire à tout ça. J’ai préféré cela plutôt que de dire – pour me mettre à sa « hauteur » – qu’une femme sur deux ou trois est une… Je ne peux le dire (le mâle) mais elle oui… Vive l’égalité et le droit d’expression à la française.

Commençons par les paroles de la chanson de Chilla : « Balance ton porc », suivies de celles de Zanini : « Tu veux ou tu veux pas ».

Bah ouais, c’est encore Chill

Bah ouais, c’est encore Chill

Ils ne voient pas mon art (lequel ?)

Résument ma musique à mon sexe (non ! à ton talent)

Y a trop de machos, des sans-couilles, des porcs, des prétextes.

Chaque attaque existe,

Commentaire misogyne,

Me rendent plus forte

Ma sœur, lève-toi et n’reste pas témoin docile devant la porte

J’déverse mon amertume, combien de larmes ?

Ma rage écume, combien de fois ? Combien de femmes ?

Combien ont succombé aux frappes du mâle et son culte ?

Ouais, toi, innocente et pure ? loin de leurs rêves obscurs

T’as du talent, c’ est sûr donc ferme-là et suce

T’aimerais juste une promotion ? Suce

Avoir un rôle dans un film ? Suce

Dans la misère, dans le luxe, suce

Pute, arrête de jouer la victime, suce.

Y’a trop d’faux culs pour capituler à la Tarantino

Les michtos baisent pour du Valentino, tu t’doutes bien qu’ c’est pas l’ amour qui garantit l’eau (fraîche)

Malheur au jardin des secrets.

Si seulement l’harcèlement n’était qu’une légende, si seulement l’harceleur n’était qu’une erreur

On croit à la folie, tombés dans la démence, paranos dans la rue dans tous les secteurs. Balance ton porc

Ouais, ma reuss, balance ton porc

Balance ouais, balance ton porc, ouais

Ma reuss, balance ton porc.

Zanini :

« Tu veux ou tu veux pas ? si tu veux c’est bien sinon tant pis, j’en ferai pas une maladie, oui mais voilà répond moi non ou bien oui, c’est comme ci ou comme ça ou tu veux ou tu veux pas, toi tu dis noir et après tu dis blanc, c’est noir c’est noir, oui mais si c’est blanc c’est blanc, c’est noir ou blanc mais ce n’est pas noir et blanc, c’est comme ci ou comme ça ou tu veux ou tu veux pas… »

« La vie est magnifique mais il faut pas que tu la compliques avec des hésitations… La vie elle peut être très douce mais à condition que tu la pousses dans la bonne direction… » À méditer. Tout est dit. Le monde n’est pas que tout macho, ni non plus tout féminin. Sans oublier deux choses : c’est en principe les parents qui éduquent les garçons, alors pourquoi font-ils une place à part aux garçons ? Et la maman dans tout cela ? C’est une femme. Doit-on penser pour autant que les hommes deviennent ainsi à cause ou grâce à une femme qui n’est autre que leur mère ? Puis, ne pas oublier la nature. Arrêter de vouloir la changer à coup de lois et encore moins par des mouvements irascibles, par des aigris pour

diverses raisons autres que celles qu’ elles annoncent. On peut ne pas provoquer la nature et l’amadouer à sa guise ou à la guise de la partenaire. À chacun son rôle dans la vie donnée par la nature et comme disait (pour rester dans la chanson) Renaud dans une ses siennes : « je pourrai devenir pédé comme un phoque, je ne tomberai jamais en cloque… ». Chacun son rôle sans provocation et tout ira mieux. En sachant que des fous, il y en a toujours eu, et des femmes (pour diverses raisons) qui n’aiment pas (ou trop…) les hommes aussi.

La femme de ménage et les autres pauvres…

J’suis un ancien pauvre (comme disait Coluche). Pourquoi cette manie des médias socialo-communistes d’ informer leurs lecteurs quand une personnalité renvoie sur les progéniteurs et surtout les progénitrices en indiquant : « elle était femme de ménage… » Et alors ? Surtout quand on sait que l’heure est à 15€ à Paris. Bien entendu, pour coller à cette « mode » à la con, plutôt à la Française, ce qui revient au même (mode par laquelle on veut que les fils et filles de pauvres réussissent). Et si à cela – comme ils aiment à le dire – le « réussisseur » est de couleur noire, précisons-le (au pays de Boileau) – lire l’OBS n° 2960 du 15 au 20/07/2020 – « Le nouveau maire de N.Y., fils de femme de ménage… » de la connerie en barre des médias à la Française. Vous savez, ceux que personne ne lit et les plus chers et seuls subventionnés par l’État « La Pravda » à côté est un enfant gentil.

Comme si chaque être humain ne serait pas différent de l’autre. D’ailleurs, dans un pays ou la « fainéantise » règne en maître, dans un pays où on demande tant à l’État et l’État est si prompt à répondre présent a n de se faire aimer (Louis XIV) ou se faire élire (même chose), je n’appelle pas cela égalité et la fraternité sinon le « despotisme avec l’argent des autres ». Et à acheter la paix sociale, et peu importe qu’on enlève à ceux d’entre eux, rares, qui veulent leur esprit de réussite, de gagner (attendons voir le résultat des J.O. après le Tour de France et Roland Garros pour ne parler que de sport), leur esprit de réussite (bac à 93%), Science Po… ouverte à tout vent.

Maître Francis Dominguez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 + 3 =