La France mérite mieux que ces commentaires défaitistes ou larmoyants !

Le foot

De prime abord, j’indique que, contrairement à ce que peux laisser penser mon patronyme concernant mes origines, je ne suis pas trop foot. Le meilleur doit gagner, même si je sais que la chance joue, comme dans tous les comportements de la vie, un rôle. De là ma transition, je crois avoir été la première (et rare) personne à dire, voire à parier, que Benzema serait appelé dans l’équipe de France… Pourquoi ? Parce-que cette fois, premièrement, la chance n’est pas intervenue dans le tirage au sort pour la France (contrairement à de très nombreuses fois, pour ne pas dire toutes les fois, auparavant). Nous allons en découdre avec l’Allemagne et le Portugal pour commencer…

Donc, le Sélectionneur se devait de donner le maximum de « chance » à l’équipe de passer ce premier tour (moi, je vous dis d’ores et déjà qu’elle le passera en dernier, juste parce-que ce sont les trois premiers qui le peuvent, et je ne suis pas Paul la pieuvre – vous souvenez-vous ?) alors imaginez sans Benzema…. Pour moi, Didier Deschamps le prend dans l’équipe avant qu’on ne lui reproche pas d’avoir tout fait pour tenter de gagner quand il a su le tirage au sort, il a dû « appeler » le seul joueur de foot français qui est régulier, les M’Bappé et autres ne le sont pas, mais alors pas du tout…

C’est surtout pour cela qu’il l’a non seulement appelé mais le fera jouer, c’est tout… Grand calculateur devant l’Éternel ce Deschamps, même en avalant des couleuvres, avant tout le poste, garder le poste, son poste…on pousse derrière. C’est un jeu (pour continuer avec le foot). Avec Zidane, j’avais aussi (j’ai des témoins, beaucoup de témoins) mon avis qu’il ne fallait pas qu’il revienne pour de l’argent à être de nouveau entraineur du Real, qu’il fallait rester avec son palmarès et sortir par la grande porte ; non ! il est sorti par la fenêtre. Ô! fric, quand tu nous tiens.

Après le foot, restons dans le sport (pas dans l’effort, ce n’est pas français) : le tennis

Ils sont tout de même mauvais ces tennismans français, je dirais plutôt des « guignols », ce sont les « fonctionnaires du tennis », il ne leur manquait plus que le confinement pour ne rien foutre… et encore, il y a des fonctionnaires qui travaillent, alors qu’eux, ils ne foutent rien, aucun effort, ils attendent le forfait d’en face, et même, ils trouvent le moyen de perdre leur match ; ils n’ont pas honte. Un Federer, à 40 ans, passe haut la main le troisième tour de Roland Garros après tant de mois en convalescence et deux opérations, et nous ne sommes pas capables de passer le premier tour, tous, les Gasquet, Tsonga et autres, nuls…. qui ont 10 ans de moins.

Eh Gaston ! La relève (sic) le téléphone sonne mais sur le cours il n’y a plus personne… Les années passent (d’ailleurs c’est ni et totalement pour la plupart d’entre eux) et se ressemblent pour ces « émigrés fiscaux en Suisse » dont personne, comme par hasard, n’en parle. Heureusement qu’il y a la pub pour vivre. Au pays des « on n’aime pas l’argent… ! » des autres… ! surtout quand il faut bosser pour en gagner. Et puis, Messieurs les médias, les commentateurs de matchs, arrêtez de porter la poisse, le grec étant déjà le « Dieu de l’Olympe », si vous saviez au moins commenter un match sans prise à partie ce serait déjà bien.

La France

Cette moyenne petite puissance disait Giscard. Et pourtant elle pourrait être parmi les grandes, mais notre mentalité « de gagne petit » et de « fonctionnaire dans l’âme » la rétrécit et c’est dommage, elle a tout pour réussir, mais que voulez-vous on a laissé trop de liberté à certains… qui l’on pourrie. Je vais donner des exemples économiques. Monsieur Lemaire ce serait tellement facile, comment voulez-vous, le pays le plus beau du Monde ferme ses restaurants (leurs cuisines) à 10 heures du soir, et pas n’importe où, sur les Champs-Élysées à Paris ; je parle avant la Covid-19. J’ai rigolé tout seul – voilà déjà quelques semaines avant qu’on annonce que le couvre-feu était rallongé à 21 heures – en entendant qu’en Espagne les restaurants fermeraient à minuit.

Attention ! à minuit en pleine pandémie, sinon c’est quand il n’y a plus de clients. L’Espagne n’a pas eu que je sache (je suis allé pendant la Pandémie de la Covid19 [1er et 2ème confinement] 3 fois à Madrid et deux fois à Malaga) pas plus de décès que chez nous. Pourquoi détestons-nous tant les restaurants alors que c’est une des rares activités où on excelle encore. J’ai encore rigolé quand j’ai vu le Président avec son premier Ministre (et quelques autres) à la terrasse d’un café en train de savourer un café comme si c’était…

C’est du n’importe quoi, on nous a (on s’est laissé) enlevé tellement de liberté d’aller et venir (d’ailleurs alors qu’on ne contrôlait rien à l’entrée en France des pays de l’Union, entre autres, ce qui est totalement normal pour les premiers, anormal pour le deuxième, aujourd’hui on est contrôlé quand on vient d’un pays de l’Union comme si on venait de je ne sais où ? Pourquoi ? qu’est-ce que cela a à voir avec la Pandémie ? Puis, un premier ministre qui interdit à la jeunesse d’aller s’éclater à Madrid ; jeunesse qui ne s’éclate plus à Paris (ou ailleurs) même sans la Pandémie, comment voulez-vous dans ce pays de vieux schnocks…

Mais il en a été de même à New-York, à Moscou, les médias parlent des morts, des turpitudes de Trump, de Poutine de Trump (bien sûr) mais pas du fait que les terrasses dans leurs pays n’ont jamais fermées. L’Espagne – pour revenir à elle – est le deuxième pays au monde le plus visité et cela va et ira crescendo ;

c’est là où les gens passent 3, 4 semaines, voire plus en s’y installant définitivement. Nous la France le pays le plus visité, oui, mais de passage. Les nuitées nous font défaut, pourquoi ? entre autres pas de services, aucun on préfère que nos jeunes reçoivent le RSA ou toute autre aide au lieu de les motiver à travailler ; avant c’est cela qu’on faisait. J’ai travaillé dans tous les métiers possibles pendant les mois d’été, tous les ans, pour me payer l’autre mois de vacances. Aujourd’hui, on ne le fait pas, on ne le fait plus et on entend (comme d’hab’) les médias dire : « les pauvres, ils ne prennent pas de vacances… » (sic). On est arrivé à être endormi à tel point…

Pays de l’assistanat

Le pays qui avait fait (parait-il) la Révolution pour avoir des libertés. Aujourd’hui, on se les laisse enlever si facilement, qu’on devrait avoir honte… Vous je ne sais pas, moi, je vais vous dire, « on est foutu » avec une telle mentalité au départ de la vie dite active, si ce mot veut dire quelque chose en français ? Au lieu de tout faire pour vouloir s’en sortir, travailler dur…étudier… aucune initiative, si une ! Vivre de l’État (mais l’État ce sont ceux qui paient des impôts et donc ceux qui travaillent) pourquoi faire puisque bientôt on va recevoir un chèque chacun sans rien foutre « quoi qu’il en coûte » deviendra éternel pas pour tout le monde, il y en a qui travaillent pour le payer et ce n’est pas celui qui le dit qui va le payer.

Non, maintenant, l’assistance va devenir (devient) dans tous les comportements de la vie française, je rajoute même intellectuellement. Ah ! ces jeunes qui au lieu de se plaindre – les avez-vous entendus parler – du Grand Oral, la dif culté car nous sommes tous pareils face aux difficultés disent-ils et qu’il faut travailler pour les vaincre. Il y a un exemple, à force de travail, Monsieur Bayrou qui était bègue au départ, est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Tout est dit…ou presque bientôt cela va être ? Ce n’est pas normal. Pourquoi il chante mieux que moi ? Pourquoi il est footballeur et pas moi ? Pourquoi Nadal gagne et pas moi ? Déjà, c’est pourquoi il gagne autant d’argent et pas moi ? Pourquoi il a une belle bagnole et moi une poubelle ?

Je m’arrête, là sinon je sens que je vais dérailler ; c’est ce que ça mériterait quand on voit que son pays fout (comme c’est le cas) le camp à cause d’un certain nombre qui devient hélas, une majorité. Madame Sinclair fait la couverture de Match telle une jeune fille…Elle dit « j’étais sous l’emprise », mais elle ne dit pas de quoi…on est nombreux à avoir une petite idée. Dans Sinclair il y a clair… mais pas trop. On se réveille quand ?

Maître Francis Dominguez, Avocat à la Cour d’Appel de Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

12 + dix =