La compétitivité française pourrait s’améliorer de 8% dans les deux ans

Pool/ABACA

Ce n’est pas le magazine Entreprendre qui le dit mais l’excellent Alain Minc, énarque, confident de Nicolas Sarkozy et d’Emmanuel Macron, et président d’AM conseil.

Il n’y a pas tant d’informations positives dans le champ économique et géopolitique actuel pour pouvoir passer sous silence un fait essentiel pour notre compétitivité industrielle. À savoir que l’actuel niveau de l’inflation en France est bien mieux contenue chez nous que chez nos principaux partenaires ou concurrents. Le fait que, grâce au au bouclier tarifaire sur l’énergie, le niveau d’inflation ne dépasse pas annuellement les 6%, alors qu’il va dépasser les 10 % chez nos principaux voisins tels que l’Allemagne.

Une excellente nouvelle qui devrait également entraîner une moins forte progression des salaires ici contrairement à ce qui va se produire dans le reste de l’Europe. Du coup, mécaniquement, notre compétitivité va fortement s’améliorer. Selon l’excellent Alain Minc (toujours meilleur à l’écrit que dans les actes) : « cela nous permettra de regagner en compétitivité du travail. Un choc positif de 8 % sur la période, résultat d’une utilisation intelligente de l’arme budgétaire. » (Les Échos)

Une excellente nouvelle donc pour nos chefs d’entreprises français qui ont bien fait de ne pas se décourager face aux pénuries et différentes augmentations de prix. Répétons-le ici : le propre d’un entrepreneur n’est-il pas de ne jamais se décourager.

Et Minc de terminer sur une autre note d’espoir avec celle d’une relance prochaine de notre programme nucléaire : « Nous devons redevenir un grand acteur nucléaire en nous appuyant sur notre marché domestique et sur le marché britannique où EDF a une position prééminente. »

Une autre belle perspective d’autant que notre homme semble avoir encore l’oreille des princes.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

18 − dix-sept =