Dans la vie quotidienne ou professionnelle, avoir une bonne mémoire et pouvoir rester concentré longtemps sur une tâche importante sont des atouts déterminants. Le cerveau travaille comme un muscle, plus il est sollicité, plus il devient performant. C’est cette capacité de performance que vous vous pouvez réveiller étape par étape et accroître de façon ciblée. Explications.
 

Qui n’a jamais souhaité pouvoir, lors d’une réunion, pouvoir retenir du premier coup le nom de tous les participants ? Au supermarché, de se souvenir de la liste des courses que vous avez égarée ? Connaître par coeur les numéros de téléphone ou les codes des  porte de vos principales connaissances ? Ou encore se rappeler systématiquement des titres et des auteurs des livres lus dans l’année ?

Il existe aujourd’hui des méthodes plus ou moins ludiques pour vous permettre d’améliorer rapidement votre capacité de mémorisation et de concentration. Au programme de votre entraînement : créativité, imagination, visualisation et motivation.

La concentration, ça s’apprend

Qui ne s’est retrouvé un bon livre en main envahi d’idées parasites, de pensées obsédantes empêchant la lecture, la détente, le calme… Cette difficulté à canaliser sa pensée signe que la concentration fait défaut.

 

Travailler sa concentration

La fatigue,l’anxiété, la confusion, la déprime et le manque de mémoire en sont les symptômes. Ne plus être la proie de bruits intérieurs et extérieurs perturbants, savoir focaliser son attention sur une idée, une tâche, une situation en se détachant du reste, voilà ce que vise l’apprentissage de la concentration.

Nous pouvons tous cependant apprendre à changer la donne : Porter toute son attention sur soi (corps/mental) et faire la part de ce qu’on maîtrise et de ce qui nous échappe ; se débarrasser des pensées « toxiques » et des tensions du corps pour gagner en énergie ; être efficace et se fixer un objectif précis sans se laisser distraire, mobiliser toutes ses facultés pour atteindre le résultat. Oui, la concentration, ça s’apprend !

Vers des pertes de mémoire ?

Ignorer où on a posé ses clés, ne plus se souvenir de l’heure d’un rendez-vous, d’un mot de passeou oublier d’acheter certains articles à l’épicerie n’est pas inquiétant. Ces manques d’attention sans conséquences surviennent souvent lorsque les personnes sont préoccupées, surmenées et peuvent arriver à tout le monde. Ces oublis-là n’ont pas d’incidence sur la vie de tous les jours mais parfois, les pertes de mémoire peuvent devenir plus significatives et plus nombreuses. L’âge est en grande  partie responsable de ce phénomène.

En effet, à partir de 65 ans, le cerveau perd de sa capacité d’emmagasiner les nouvelles informations, il est comme un muscle et ne doit pas s’arrêter de fonctionner au risque de perdre de son efficacité. Les mots croisés, le scrabble, le bridge ou l’apprentissage de listes par cœur sont des exercices auxquels il faut se livrer après la soixantaine, pour éviter les affres du trou de mémoire.

Des troubles de mémoire s’aggravant progressivement doivent cependant faire penser à une possible maladie d’Alzheimer. L’oubli des faits récents est souvent un des premiers signes de cette maladie. Dans ce cas les troubles s’aggravent et deviennent handicapants au quotidien. Ces troubles s’accentuent rapidement, et se compliquent. Le sujet n’arrive bientôt plus à porter un jugement, à faire la part du bien et du mal, à avoir une opinion ou à montrer à son entourage son esprit critique. Si ces signes persuistent, il est urgent de consulter votre médecin traitant qui complètera son diagnostic avec l’aide d’un neurologue et de divers examenx cérébraux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici