Quel vigneron osera produire le premier de la sangria française ? L‘enjeu est symbolique.

Mais c’est avec les symboles que l’on relance l’économie d’un pays. Comment le premier pays producteur de vins avec l’Italie peut-il laisser l‘Espagne continuer d‘ exporter 20 % chez nous ses fameuses boissons à base de vins et de fruits si prisées en été ?

À l’image de l’entreprise Don Simon à Daimiel, au centre de l’Espagne (650 M€ de chiffre d’affaires dont la moitié en Sangria, exporté dans 120 pays) ou Bigallet ; les cuvées ne désemplissent pas. Il est étonnant qu‘aucun vigneron de l’Aude ou des Corbières n’ait songé à se lancer sur ce type de boisson si rémunérateur.

L’idée est lancée. Certes, il y a l’énorme engouement actuel pour les vins rosés et dans de nombreux pays. Et nos producteurs (Minuty, Peyrassol, Ott ou Château du Galoupet…) restent en première ligne.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

12 − 2 =