Pouvoir d’achat et compétitivité : Valérie Pécresse doit frapper plus fort !

Julie Sebadelha / ABACAPRESS.COM

Si la candidate des Républicains à l’élection présidentielle n’est pas capable de trouver 25 milliards d’euros supplémentaires en taillant dans le tonneau des Danaïdes de notre système administratif, cela augure mal pour la suite.

Son idée première de redonner du pouvoir d‘achat aux salariés en augmentant de 10 % les salaires nets en diminuant d’autant les cotisations salariales retraites reste une excellente formule, à condition de ne pas alourdir le coût du travail pour nos entreprises. Priorité à l’emploi et à la compétitivité.

À ce propos, il serait souhaitable que Valérie Pécresse fasse beaucoup mieux également aussi sur l’épineux sujet de la baisse des impôts de production. Sa proposition plus que minimaliste de les abaisser de 3 milliards seulement frise l’indécence eu égard à la nécessité de remuscler notre industrie d’autant que son challenger Éric Zemmour propose, de son côté, une réduction massive de 30 milliards d’euros.

Quant à Emmanuel Macron, il est capable sur le sujet aussi de frapper fort. En économie aussi, comme sur le sujet de l’immigration clandestine, Madame Pécresse a encore du chemin à parcourir. Ce n’est pas encore trop tard. Elle ne gagnera pas sans des mesures fortes. Le redressement du pays doit être massif. Lire attentivement le dernier livre d’Agnès Verdier-Molinié (« Le vrai état de la France »), la Jeanne d’Arc de notre économie, également chroniqueuse au magazine Entreprendre. Cela fait froid dans le dos.

Robert LAFONT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux × 3 =