Où est passé cette fameuse « gaieté française  » que beaucoup d’étrangers nous prêtaient il n’y a pas si longtemps ! Et si on arrêtait de se prendre au sérieux et de tout prendre au tragique, peut être que cela n’irait pas plus mal.

« Que chacun arrête de se mettre à parler comme un ministre de l’intérieur », comme on disait avant dans certains zincs !Une ambiance plus détendue et ouverte permet de mieux appréhender les choses et de contribuer à sortir de la nasse dans laquelle nous nous enfermons collectivement en se renvoyant dos à dos, et sur beaucoup de sujets dès qu’on n’est pas d’accord !

La boutade n’est peut-être pas à prendre à la légère. Regarder outre-manche, ce diable de Boris Johnson, il a bien réussi son coup !  Avec ses cheveux ébouriffés et sa démarche patibulaire, on aurait pu le prendre pour un bouffon. Son allant et son élan sont en train de donner un beau coup d’enthousiasme à son pays. Certes, chez nous, les problèmes graves et nombreux s’amplifient depuis de nombreuses années. Ils ont pour nom : chômage, désindustrialisation, insécurité, séparatisme, coût de l’Etat, fiscalité ou immigration sauvage… Cela ne concourt pas à redonner le moral, on en aurait presqu’oublié qu’ on est encore Champion du monde de foot. Tout cela est vrai, mais je n’arrive pas en croire que c’est seulement en se poussant du col et en prenant des postures qu’on arrivera à solutionner nos problèmes plus facilement. Au contraire.

Poser le bon diagnostic est certes un préalable pour pouvoir bien se soigner. De ce point de vue, comme l’explique l’ancien champion de tennis, Mats Wilander dans sa pertinente chronique au journal L’Équipe (rappelant au passage que nous avons lancé pour ceux que cela intéresse LEQUOTIDIENDUSPORT.fr) : « J’aimais bien jouer un cinquième set car je savais que j’avais pris suffisamment d’informations dans les quatre premiers sets pour savoir exactement ce que j’avais à faire dans le cinquième pour gagner… ». Un champion qui mise sur son intelligence, c’est peut-être ce qui manque à nos nouveaux Noah en herbe !


La France joue son cinquième set… et ne me dites pas qu’elle ne sait pas ce qu’il faut faire et entreprendre pour revenir dans la course !

Comme beaucoup en ce moment, Il m’arrive  de tomber sur l’émission d’actualité d’Eric Zemmour sur CNews, un rendez-vous devenu incontournable en moins d’un an, tellement on y dit des choses qu’on n’entendait pas ailleurs et notamment à France Inter. Celui que, beaucoup faisaient passer pour un diable, apparaît de fait comme un puits de connaissance historique et de patriotisme, ce qui ne gâte rien. Au delà du fond, souvent impressionnant sur des sujets jusque- là traités à la va-vite, ce qui frappe ; c’est la capacité de l’auteur du « Suicide francais  » à pouvoir asséner salves de connaissances et parties de franches rigolades avec ses complices réunies autour de Christine Kelly. Tout cela ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd, et beaucoup de nos concitoyens redécouvrent à cette occasion des valeurs qu’ils pensaient à jamais avoir été mis sous le boisseau.

À chacun de faire le tri. Sans parler du fond, reconnaissons simplement que nous n’avons que trop prêter attention à des gens qui sur la forme  se voulaient sérieux dans leur démarche ( Hollande, Macron…) mais qui au final ne l’étaient pas plus que d’autres ! A méditer.

Le Comte : Qui t’a donné une philosophie aussi gaie ?
Figaro : L’habitude du malheur. Je me presse de rire de tout, de peur d’ être obligé d’en pleurer.
Beaumarchais (Le Barbier de Séville)

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatre + quatre =