photo Patricia Huchot-Boissier / ABACAPRESS.COM.

Emmanuel Macron s’explique…

Au cours de plusieurs interviews données, ce lundi, sur France Inter et dans la presse régionale, Emmanuel Macron s’est exprimé sur différents sujets.

Sur sa campagne: “Quand il y a un président sortant en campagne, c’est toujours compliqué. Deux ans de Covid, une guerre en Ukraine, ça aussi, ça complique. On a tout de même parlé des vrais sujets. Mais il y a u,ne interrogation collective: est-ce que le vote a encore du sens? Pour moi, oui!”

Sur les priorités à venir: “La santé, l’éducation et les retraites sont des réformes à lancer dès le début d’un nouveau quinquennat.”

Sur les cabinets de conseils (comme McKinsey): “Ce qui m’importe, c’est le bon usage de l’argent public. Si, au cas par cas, il y a des abus, il fut que ce soit sanctionné. Mais on en use moins qu’il y a dix ans et moins que les pays autour de nous.”

Sur la situation en Corse: “Ce que je souhaite, c’est qu’il y ait un apaisement. La République est importante pour la Corse et la Corse est importante pour la République.”

Sur ces petites phrases prononcées lors de son quinquennat: “Je n’ai jamais méprisé les Françaises et le Français. Je n’ai jamais considéré que c’était des petites phrases, comme si, face à quelqu’un, je sortais le bon mot que j’avais préparé. C’est le fruit d’une spontanéité que l’on décontextualise.”

Sur Marine Le Pen, candidate du Rassemblement National: “Ce n’est pas un Rassemblement, c’est un clan. Ce clan ose parler “d’africanisation” de la France et cela ne choque personne. On est dans un monde où l’on peut dire les pires atrocités sans contradicteur, sans personne pour dire que c’est faux! Il faut dire les choses: on parle d’une dame qui est l’héritière d’un clan, qui est aux élections présidentielles depuis les années 60!”

Sur les débats politiques: “Nous sommes dans un effondrement des consciences. Je n’ai jamais oublié cette phrase de Léon Blum, au début de la seconde guerre mondiale: “J’ai vu soudain les esprits se dissoudre”. Quand j’écoute certains débats, c’est ce que j’entends, une forme de dissolution des consciences. Il faut se battre avec l’esprit critique, et c’est  le rapport à la vérité qui permet un débat démocratique et républicain.”

Jean-Luc Mélenchon au deuxième tour…

Ce matin, sur Sud-Radio, alors qu’il était interrogé sur sa consigne de vote, en cas de deuxième tour, Emmanuel Macron contre Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon a déclaré: “Je pense que cela n’aura pas lieu, ça, Macron-Le Pen. Je pense que j’ai une très sérieuse probabilité d’y arriver et que Monsieur Macron ferait bien de se demander s’il est réellement certain qu’il va s’y trouver. Regardez les courbes!”

Et si Emmanuel Macron ne gagnait pas?

Ce jeudi 17 mars, depuis les Docks de Paris, à Aubervilliers, face aux 300 journalistes présents, pour révéler l’intégralité de son programme, Emmanuel Macron a expliqué pourquoi il refusait de débattre avec ses adversaires avant le premier tour de l’élection présidentielle.

“Soyons sérieux. Le débat démocratique, c’est celui d’une campagne, c’est faire une conférence de presse où pendant une heure et demie j’expose les principales mesures. Je continuerai à me déployer dans des émissions, des journaux télévisés, c’est ça une campagne présidentielle. Pourquoi les choses devraient changer avec moi ? Je continue à être président de la République.”

Actuellement en tête des sondages; Emmanuel Macron devrait être au second tour de l’élection présidentielle. Mais Sophie Dupont, une journaliste de Quotidien, s’est autorisée la question qui fâche, lors de cette conférence de presse: “Ce n’est peut-être pas une question qui vous a traversé l’esprit, vu les sondages, mais vous faites quoi si vous perdez? Vous avez été banquier, ministre, président de la République… Est-ce que vous pourriez arrêter la politique?”, a demandé la journaliste.

Visiblement pris au dépourvu, Emmanuel Macron a d’abord lâché un rictus de gêne avant de déclarer: “Écoutez… Ce n’est pas une coquetterie de vous dire que je ne me suis pas vraiment posé intimement la question. Je me suis posé la question, plus profonde, de savoir ce que je voulais vraiment faire pour les cinq ans qui viennent. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas de garder un mandat ou refaire la même chose.”

Les hologrammes de Jean-Luc Mélenchon

Le candidat de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, tient, ce mardi, au Grand Palais de Lille, son dernier grand meeting. Suite à son marathon de meetings hebdomadaires entamé en janvier, il va se démultiplier, ce soir encore, dans onze autres villes grâce à des hologrammes (ces images virtuelles le représentant). Une prouesse technologique qui nécessite, selon son équipe, des semaines de préparation.

La colère de Valérie Pécresse

En descendant de l’avion qui la ramenait de son déplacement en Guadeloupe (7h sur place pour 17h d’avion!), la candidate Les Républicains s’est offusquée, devant les journalises, de l’absence d’Emmanuel Macron dans l’émission “Elysée 2022”, ce mardi soir, sur France 2, alors que la présence des six principaux candidats était prévue: “C’est scandaleux cette nouvelle dérobade du président de la République, à quelques jours du scrutin.”

Selon Le Point, Valérie Pécresse s’est plaint de l’attitude du président sortant à l’Arcom, l’autorité indépendante chargée du contrôle du temps de parole des candidats pendant la campagne électorale. Patrick Stéfanini, son directeur de campagne, s’est chargé d’écrire à l’Arcom, parlant dans sa lettre “d’un déni de démocratie”

Anne Hidalgo: “62 ans et pas un de plus!”

La candidate socialiste, Anne Hidalgo était, ce matin, l’invitée des “Matins présidentiels” de FranceInfo: “Je peux vous assurer que, mon projet concernant l’âge de départ à la retraite sera bien avec un âge de départ de 62 ans et pas un de plus! L’obsession d’Emmanuel Macron c’est de faire que ce soient ceux qui triment le plus qui payent le plus!”

Yannick Jadot et le Handicap

Le candidat des écologistes a défilé, aujourd’hui, avec les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), devant le ministère chargé des personnes handicapées: “Si j’étais élu, je m’engage à faire entrer les AESH dans la fonction publique, à plein temps, avec des rémunérations dignes. Il faut les stabiliser auprès des enfants et des adolescents. Je déplore que, régulièrement, des AESH soient détournés d’un établissement pour, du jour au lendemain, aller s’occuper d’autres enfants dans d’autres établissements.”

Les précisions de Philippe Poutou

Sur Twitter, en fin de matinée, Philippe Poutou écrivait: “Juste pour préciser les choses face au chantage exercé par les défenseurs acharnés du vote “utile”, nous appelons bien à voter NPA (NDLR: Nouveau Parti Anticapitaliste), utilement anticapitaliste, préparant ainsi une mobilisation unitaire, dans la rue, contre le danger fasciste, pour défendre nos vies et la planète.”

Jean Lassalle en tête pour les grillades !

Selon une récente étude Ifop-Opinion  pour Campings.com, Jean Lassalle arrive en tête parmi les prétendants à l’élection présidentielle. Le candidat de Résistons! est celui avec qui les Français, indépendamment de leurs idées politiques, aimeraient faire un barbecue au camping.

Près de 25% des personnes sondées auraient envie de partager une grillade avec lui devant Emmanuel Macron (18%), Marine Le Pen (15%) et Jean-Luc Mélenchon (12%). Et 39% aimeraient aller boire une bière avec lui contre 37% avec Emmanuel Macron !

Jérôme Mercier, Directeur Général de Campings.com déclare: “Nous serions heureux d’accueillir Jean Lassalle pour parler du rôle social d’une entreprise de croissance qui valorise nos belles régions  et l’hôtellerie de plein air, premier hébergeur de France.” Pour cet été, 66% des Français ont l’intention de partir en vacances, dont 54% en France et 20% à l’étranger, comme destination unique ou complémentaire.

Déclaration de patrimoine et d’activités (1/4)

Depuis le 8 mars, les déclarations de situation patrimoniale et d’intérêts d’activités des candidats sont disponibles auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Elles resteront consultables jusqu’au second tour, le dimanche 24 avril. Nous vous présentons, jusqu’à vendredi, l’intégralité des déclarations des candidats.

Valérie Pécresse

La candidate Les Républicains déclare en tant que présidente du Conseil régional d’Île-de-France, depuis 2017, 54.082€ nets, en 2021, et 15.028€, en 2019, en droits d’auteur. Elle détient 54,5% des parts de la SARL Saint-Germain, spécialisée dans le BTP et la construction pour une valeur de 309.929€.

En biens immobiliers, Valérie Pécresse, possède, en commun, avec son mari, Jérôme Pécresse (PDG de General Electric Renewable Energy), des terres agricoles en Corrèze (0,34 ha pour 50.000€ de parts détenues), une maison individuelle de 60 m², en Corrèze, une maison individuelle de 200 m², en Loire-Atlantique (parts évaluées à 1,8 million d’euros), une maison individuelle de 270 m²,  avec un parking à proximité, dans les Yvelines (2,3M€).

Valérie Pécresse détient un total de 2.478.442€ sur des comptes assurance-vie et dispose de 139.092€ sur divers comptes à la BNP Paribas. Elle possède une lithographie de Juan Miró (14.000€), un tableau de Mitro (10.000€), ainsi qu’un tableau du peintre français Hélion (35.000€).

Pour les véhicules, elle déclare une Citroën C4 achetée 30.000€ en 2007 (évaluée à 5.000€). Elle a, aussi, 1.074.834€ d’actions chez General Electric. En terme de passif, elle déclare un reste à rembourser au titre d’un emprunt pour l’achat de l’habitation principale de 811.049€ et de 173.749€ au titre du paiement pour solde de l’impôt et prélèvement sociaux sur les revenus 2020.

Yannick Jadot

Le principal patrimoine du candidat Europe-Ecologie-Les-Verts se compose d’un contrat d’assurance vie de 67.000€, de 90.000€ répartis sur cinq comptes bancaires. Son mandat de député européen lui assure un revenu de 108.900€ brut par an.

Yannick Jadot a investi 3.000€ dans une collecte épargne citoyenne pour des projets d’énergie renouvelable et d’économie d’énergie dans Energie partagée investissement. Il déclare un scooter électrique Efun Rider 5.000W 125 acheté, en 2019, d’une valeur de 4.000€. La majorité des rubriques affiche la mention « Néant ».

Jean Lassalle

Président de six associations, l’ancien berger et président du mouvement Résistons! l ne déclare aucune indemnité au titre de ses fonctions. En tant que député, depuis 2017, il bénéficie annuellement de 93.126€.

Au niveau de son patrimoine foncier, il déclare cinq biens immobiliers: un appartement de 63 m² (d’une valeur de 115.000€), une maison individuelle de 226 m² (320.000€), une deuxième maison individuelle de 300 m² (115.000€), des terres agricoles (120.000€) et une troisième maison individuelle (130.000€).

Son compte-titre joint au Crédit agricole (investissement financier) est créditeur de 54€. Il dispose de deux véhicules: une Fiat Doblo cargo, de 2011 (valeur estimée à 1.200€), et une Citroën C3, de 2020, évaluée à 1.500€.

Au titre d’un crédit bancaire contracté en mars 2021, pour la somme de 24.998€ destiné à des travaux de toiture dans sa permanence parlementaire, il lui reste à rembourser 19.331€. Il déclare quatre autres emprunts bancaires pour un montant total de 183.301€.              (à suivre)

Il n’est pas trop tard pour une procuration…

Si vous souhaitez avoir recours à une procuration vous pouvez aller sur maprocurtion.gouv.fr avant de faire valider la procédure dans un commissariat ou une gendarmerie. En théorie, les procurations peuvent se faire jusqu’à samedi, mais il faut compter le délai d’acheminement de la Poste si c’est dans une autre commune.

Les derniers sondages du jour…

Ifop-Fiducial pour “Paris-Match”/LCI/Sud-Radio: Emmanuel Macron, 27%, Marine Le Pen, 23%, Jean-Luc Mélenchon, 16,5%, Eric Zemmour, 9,5%, Valérie Pécresse, 9,5%, Yannick Jadot, 4,5%, Fabien Roussel, 3%, Anne Hidalgo, 2,5%, Jean Lassalle, 2%, Nicolas Dupont-Aignan, 1,5%, Philippe Poutou, 0,5% et Nathalie Artaud, 0,5%.

Ipsos-Sopra Steria pour “FranceInfo” et “Le Parisien-Aujourd’hui en France”: Emmanuel Macron, 27%, Marine Le Pen, 20,5%, Jean-Luc Mélenchon, 16,5%, Eric Zemmour, 10%, Valérie Pécresse, 8%, Yannick Jadot, 5,5%, Fabien Roussel, 3,5%, Jean Lassalle, 3%, Nicolas Dupont-Aignan, 2,5%, Anne Hidalgo, 2%, , Philippe Poutou, 1% et Nathalie Artaud, 0,5%.

Laboratoire Cluster17 du mardi 5 avril: Emmanuel Macron, 26%, Marine Le Pen, 20%, Jean-Luc Mélenchon, 17%, Eric Zemmour, 11%, Valérie Pécresse, 10%, Yannick Jadot, 4%, Nicolas Dupont-Aignan, 3%, ean Lassalle, Fabien Roussel, 2,5%, Anne Hidalgo, 2%,  Philippe Poutou, 1% et Nathalie Artaud, 0,5%.

Bernard Pace

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 × un =