Discussion avec un taxi parisien, jeune père de famille, et habitant d’un pavillon dans le 93. Il roule en costume et dans une berline allemande, son discours est serein presque calme, on dirait un peu Gérald Darmanin. Que me dit-il ? D’abord sur son métier :« en période de crise comme maintenant, faire partie d’un réseau comme G7 est essentiel car cela apporte des clients, hommes d’affaires notamment, que nous n’aurions pas sinon… » À transmettre à mon ami Nicolas Rousselet, dynamique Pdg de la compagnie de taxis G7, cela va lui faire plaisir.

Ensuite, la discussion dérive sur Macron et sa récente intervention du 14 juillet : « je ne comprends pas trop ce qu’on lui reproche au juste au Président . Il présente bien et fait son maximum ! » ajoute-t-il avant d’évoquer le mouvement des Gilets Jaunes qu’il a soutenu à ses débuts même si notre ami estime craindre « une remontée des mécontentements à la rentrée avec un regain fort car alimenté par le wagon des nouveaux chômeurs ! »

Guère réjouissant ce tableau sombre même si je lui fais remarquer qu’on n’a jamais vu en France de grandes manifestations de chômeurs ! Ce serait donc une première.
Les Gilets Jaunes du début étaient eux une vraie expression, celle d’une classe déclassée, d’ artisans, de petits cadres d’employés, ou de commerçants qui, placés souvent en périphérie de petites villes en région, voyaient leurs revenus toujours grignotés par les charges, impôts ou règlements. Une sorte de classe sans espoir à mettre en perspective avec les gagnants des métropoles mondialisées, les cadres internationaux, ceux de la finance ou du marketing…

Une rébellion presque compréhensible et que notre ami taxi avait d’ailleurs rejoint à ses débuts avant de l’abandonner lorsqu’il s’aperçut qu’ « il y avait des Français bien plus malheureux que lui… et qui de surcroît étaient en train de se faire phagocyter par les extrêmes de tout poil ! »
Un témoignage de hasard qui vaut bien toutes les analyses de sociologues….

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

6 + dix-huit =