Agnès Buzyn aime-t-elle nos start-up ? – 3 décembre 2019

Alors qu’à Reims, l’entrepreneur français Adnan El Bakri, 32 ans, fondateur d’ InnovHealth se développe depuis plusieurs années avec Pass Care, le premier passeport santé numérique universel sécurisé, notre ministre de la Santé Agnès Buzyn annonce subrepticement, dans l’indifférence générale, le lancement du groupement d’intérêt public nommé Plateforme des données de Santé. Il s’agit de « mettre au service du plus grand nombre notre patrimoine de données de santé sous une forme anonyme, dans le respect de l’éthique et des droits fondamentaux des citoyens ». L’idée de valoriser les précieuses informations issues des bases de Sécurité sociale ou des hôpitaux mais sans les commercialiser. Un contre-pied à ce qui se fait aux États-Unis : Google a signé là-bas un accord avec Ascension. Pourquoi ne pas s’appuyer sur Pass Care ? Parce que c’est privé… Et que c’est français. C’est dommage, Pass Care peut devenir une licorne mondiale. Le Gabon a moins de prévention et l’a déjà choisi.

France-Allemagne : le mouvement du Rhin ? 5 Décembre 2019

Pour résister aux USA et à la Chine, l’avenir est à l’alliance franco-allemande. Le problème, concrètement, c’est que très peu de Français ne connaissent ou n’échangent avec un Germain. Les couples franco-allemands, dans la vie civile, ont l’exception par rapport aux couples franco-maghrébins. Ce n’est qu’un exemple. L’axe franco-allemand ne se fera que si cela passe au niveau du citoyen. Les politiques, pris par la tyrannie de l’actualité, du statut quo et de leur réélection, n’oseront pas refonder l’alliance autour de gros projets communs tel qu’Airbus. On n’a plus le droit d’attendre. Rêvons un peu !

La Normandie ne se parle pas – 13 Décembre 2019

Par rapport à la Bretagne, terre de navigateurs et de marine marchande, où on aime les réseaux, les rencontres et les destinations, la Normandie aime à se replier dans ses terres, pays de haies et de clôture, les raisons sont historiques…

Terre d’invasion, sans parler des vikings, terre nourricière du Royaume, nos contrées de l’Ouest ont souvent été rétives  à l’échange. Près de Honfleur, ancien premier port en l’Angleterre du temps de Guillaume, les manoirs forteresses fleurissent. Hervé Morin a encore du travail pour que Deauville parle avec Caen, ou que le Havre coopère avec Honfleur. Normands,  asseyez-vous et coopérez !

Comme chez Trump, Bercoff veut des médias indépendants – 18 Décembre 2019

Déjeuner au Daroco (lancé sur les bords de Seine du fils de Giesbert). André Bercoff ne changera pas. Il est indépendant et le restera. « Heureux sur Sud Radio, qui lui laisse une liberté totale », le dernier des Mohicans des médias milite pour « une coupure totale entre groupes médias et les pouvoirs. Aux USA, il est interdit aux propriétaires des médias de travailler avec l’État ». Un modèle à suivre… Pour lui, l’avenir est au courage.

Service minimum – 20 Décembre 2019

Depuis 40 ans, le blocage de nos transports publics empêche la mise en place des réformes. Jusqu’à quand allez-vous accepter une telle dérive ? La première des réformes est d’imposer comme chez tous nos grands voisins l’instauration d’un service obligatoire. Sarkozy en a parlé, Macron doit le mettre en place. Sinon, qu’on ne parle plus de démocratie. Chez notre principal partenaire, l’Allemagne, les fonctionnaires n’ont aucun droit de grève.

David Brami, « osé, c’est gagné » – 20 Décembre 2019

À 16 ans,  pour lui payer des vacances, son père, vendeur ambulant textile sur les marchés à Sarcelles, lui a donné un lot de chemise et lui a dit « débrouille-toi pour les vendre ». Cela vous format un homme. En 10 ans, David Brami, Master en Finance a fondé Point de Vente, l’un des leaders de l’immobilier commercial (50 collaborateurs,  10 M€ de CA). Les étoiles dans les yeux, il rajoute : « osez si vous y croyez, avancez. Si l’argent est une obsession, tu perds de l’énergie. Le moteur, c’est d’oser, se réaliser. La France est un beau pays d’entrepreneurs, il faut leur redonner la priorité. »

Quelles qualités pour devenir chef d’entreprise – 20 Décembre 2019

En bref, un « patron » ne doit pas avoir de trous de compétence. Il a nécessairement un point fort, un domaine où il excelle, mais, en aucun cas, il doit souffrir d’un point totalement faible. Car dans ce cas, il ne contrôlera plus efficacement le marché de l’entreprise qui constitue un tout parfaitement emboîté. Il faut donc pouvoir être compétent à 12/20 minimum dans chacune des grandes fonctions de l’entreprise.

Faire du mal, c’est tendance ? – 24 Décembre 2019

Ils jouissent de faire du mal. C’est presque monnaie courante dans nos sociétés, si vous faites souffrir, on parle de vous. Les attentats du Bataclan ont atteint le paroxysme en la matière… Les Gilets Jaunes ont saccagé le monument les plus sacré du pays, celui du soldat inconnu ! Les grévistes du service public se contentent de priver de Noël des millions de familles, et accessoirement, de mettre à mal nos entreprises et la marche du pays. Sans parler de seniors et des malades. Cela fait mal. C’est pour cela qu’on en parle. En même temps, des profs éduquent, des ouvriers travaillent et des entrepreneurs entreprennent. Personne n’en parle, eux font du bien dans l’anonymat obscur ! Hommage à eux !

Le scandale des autoroutes éteintes – 2 Janvier 2020

Quand vous venez de Bruxelles à Paris par l’autoroute le soir, vous reconnaissez passer la frontière lorsqu’il n’y a plus de lumière. Près de Vélizy (78), idem, les réverbères sont éteints. Allez savoir pourquoi… Un jour, j’avais interrogé un responsable du Ministère de l’intérieur sur le sujet. Désinvolte, il avait botté en touche par une boutade : «  on a constaté qu’il y a moins d’accidents ». Tu parles ! C’est peut-être très parfait pour les hiboux ou les chouettes mais par pour les véhicules. Désormais, quand vous arrivez à la gare de Bruxelles, il y a des panneaux publicitaires : « bienvenue dans la vraie ville lumière ». Authentique ! Prenons garde, à force, cela va finir par être vrai !

Camembert made in Germany !!! – 2 Janvier 2020

À Tenerife toujours, dans les supermarchés, peu de produits français en dehors du rayon beauté (L’Oréal), boissons (Pastis 51, eaux minérales), peu de vins de France (JP Chenet), beaucoup d’imitations (Pastis 49), pas de champagne (et un mousseux espagnol imbuvable), vins à la marque « Rubicón »,  mais le pompon au rayon fromage avec le camembert (TGT) et le Brie (TG) intitulés comme tels, mais 100 % made in Germany. Incroyable ! Ou importé en toute impunité par Teodoro García. Qu’attend Lactalis pour réagir ?

Tourisme : la leçon des Canaries – 2 Janvier 2020

Ne cherchez pas, si les Espagnols ont fait de l’industrie touristique leur première industrie, c’est  toute la nation qui en est convaincue. Aux îles Canaries, fin décembre, à Tenerife, magasins rutilants ouverts, restaurants pleins, et quand il n’y a pas de place, on vous fait patienter avec une tartine d’Iberico ou un verre de Sangria. Loin du quartier des Champs-Élysées où, un jour, avec mon ami Francis Dominguez, j’avais vu un Hippopotamus dans une rue adjacente refuser un groupe de touristes allemands de 10 personnes parce qu’il était 22 heures passées. Mais c’était avant Olivier Bertrand. Depuis, le roi auvergnat, repreneur de la chaine, a remis de l’ordre, de la qualité, et de l’accueil. En Espagne, l’économie n’est pas subventionnée. Et cela se voit.  « Il faut faire du chiffre pour survivre. Les clients sont choyés car s’ils ne reviennent pas la saison d’après, tout le monde perd. » Avons-nous perdu le goût du bon accueil à la française ? Peut-être pas tout à fait, mais prenons soin de ne pas nous montrer trop arrogant avec les touristes. Un petit séjour du côté de Los Cristianos os ou de las Américas ferait le plus grand bien à nos décideurs. Ils saisiraient peut-être au bord de la piscine, un verre de sangria à la main, que la qualité de l’accueil est le premier signal d’une nation qui va bien. Au « Hollywood mirage », on vous prépare même le petit déjeuner à l’avance si vous devez partir plus tôt. Rien à dire sur la propreté et les autoroutes sont en parfait état ! Soleil et sourire en plus… Arrêtons de subventionner et d’assister tout le monde, revenons aux basiques de l’économie : le mérite, l’accueil, le travail et le sens du client. Et investissons sur les infrastructures et les industries. Un vœu pieux ? Cela tombe bien, c’est l’époque !

Les deux œillères du président Macron – 6 Janvier 2020

S’il  raison d’enrayer de place notre économie au niveau de la mondialisation, il y a deux chantiers qu’il a oubliés d’ouvrir : le contrôle de l’immigration, et la baisse de nos dépenses de fonctionnement. Ils sont pourtant essentiels.

Joseph Macé-Scaron fait l’éloge du libéralisme – 6 Janvier 2020

Ce n’est pas fréquent dans notre paysage médiatique. L’essayiste est formel « la dernière parenthèse libérale fut le plan de 1958 ou plan Pinay-Rueff, sur commande de Georges Pompidou, alors collaborateur du Général De Gaulle. Ce plan fut un électrochoc qui assura, pour 15 ans, « l’expansion dans la prospérité » de l’économie française. Y a-t-il encore un libéral dans la salle pour programmer, aujourd’hui, un plan aussi audacieux ? »

Verra… Cité – 6 Janvier 2020

C’est la dernière patronne de presse française qui s’en est allé par la grande porte, celle du talent, de l’élan, et du courage. Car il en faut pour lancer à 70 ans, un magazine national baptisé Winner dans un pays comme la France. Un beau et grand pays mais où il est de bon ton de rapetisser les talents, les champions ou les gagneurs. Véra Baudey ne mangeait pas de ce pain-là ! Elle préfère ouvrir la route des grands créateurs, ceux qui avancent sans regarder derrière. Joviale et obstinée, talentueuse et intuitive, Véra Baudey as su tracer un sillon, celui de l’ambition et du Bleu de France. Merci à elle. Je suis bien placé pour savoir que dans la presse française, elle est unique. Le ciel, la lumière et l’esprit lui vont si bien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

19 + six =