Emmanuel Macron a-t-il la volonté politique de mettre fin à l’inflation de lois et normes ? Il est permis d'en douter...

Le Général de Gaulle voulait l’opérer à l’occasion de son dernier référendum d’avril 1969. Depuis que de temps et d’argent perdus en création d’échelons et de sphères administratives inutiles et coûteux.

Décentralisation. ? Tout le monde en parle mais aucun gouvernement ne la met en œuvre. Un chef d’entreprise de Mérignac en Gironde, Dominique Pierre (fondateur de Kit&A – fabricant de studios de jardin en bois) m’écrit à Entreprendre pour nous suggérer la mise en place d’objectifs simples.

A commencer par stopper la progression des charges de fonctionnement des structures étatiques et administratives, en engageant une baisse réelle d’effectifs des administratifs et un recul des investissements d’infrastructures et de superstructures administratives. Arriver à diminuer, en un quinquennat, de moitié le nombre d’élus locaux (640 000 actuellement) nous ramènerait dans la moyenne européenne. Passer par exemple et au plus vite de 5 à 3 échelons administratifs, est salutaire. Renforcer les prérogatives économiques et sociales des régions. Mettre fin à l’inflation de lois et normes en fixant une règle simple : pas de nouvelle loi sans suppression au préalable de 2 lois existantes.

Autant de principes concrets, sans révolution, qui feront rentrer le pays dans un nouveau cercle vertueux. Il n’y a aucune fatalité pour que la France ne puisse pas opérer son redressement. Cela dépend d’abord de nous. Les médias économiques (Les Echos, Capital, Entreprendre, Challenge…) doivent enclencher la dynamique. Ils seront suivis par les autres (Le Monde, France Inter, Libération…) qui pour la plupart d’entre eux la plombent…

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

9 + onze =