Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance

L‘absence de planification et de stratégie industrielle à long terme va-t-elle pousser les pouvoirs publics à subventionner un acteur étranger directement concurrent d‘un grand groupe hexagonal ? Cette aberration est pourtant peut être en train de se produire avec l’annonce d‘une enveloppe de 4 millions d’euros dans le cadre du plan France Relance versée au profit du groupe indien Electrosteel.

Celui- ci ayant claironné son intention de lancer en Arles (Bouches-du- Rhône) une unité de fabrication de canalisation en fonte. Un créneau industriel spécifique dont le groupe français Saint- Gobain s‘est fait une véritable spécialité, notamment dans son usine dédiée à Pont-a-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Phénomène aggravant, il n‘y a pas visiblement de place sur le marché européen pour deux spécialistes de ce segment. Le choix est cornélien pour le gouvernement, déjà alerté par les élus lorrain, avec à leur tête Jean Rottner, président (LR) de la Region Grand Est sur cette problématique.

Jean Castex et Bruno Le Maire doivent arbitrer entre deux logiques. Celle de l’impératif industriel tricolore et celui du désir forcené du niveau de l‘emploi quitte à favoriser un challenger extérieur. Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’Etat à l’industrie, s‘est déjà illustrée dans des déclarations intempestives où elle se disait prête à financer des groupes étrangers sans aucun états d’âme. Une telle contradiction atteste, à quelques mois des échéances présidentielles, de l‘absence de véritable stratégie industrielle de la part d‘un gouvernement obnubilé par les seuls chiffres du chômage. À quand la création d‘un fonds souverain industriel hexagonal comme le proposent à juste titre Michel Barnier ou Éric Zemmour ?


Pour la petite histoire, il n‘est pas neutre de rappeler que Saint-Gobain, le groupe présidé par Benoit Bazin, a été fondé en 1665 par un certain Jean-Baptiste Colbert et qu‘il emploie quelques 182 000 collaborateurs pour un chiffre d‘affaires de 49 milliards d‘euros.


Robert LAFONT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quatorze − treize =