Tribune. La mode et peut-être la nécessité est de verdir la Planète, la dégrader le moins possible. Mais la France 2ème puissance maritime mondiale possède tout ce qui lui est nécessaire pour accéder au rang de premier Etat propre au monde : Phytoplancton issu de la mer, devrait remplacer tous les carburants et satisfaire aux besoins de la France dans ce domaine : plus de dépendance vis à vis de l’extérieur, plus de note à payer aux étrangers, du travail pour les ultra marins, une énorme richesse à créer. Certaines plantes (micro algue : riche en lipide aurait un rendement à l’hectare 30 fois supérieur à celui du colza et du tournesol.

Se cultivant en eau de mer, ils laissent aux hommes l’eau douce dont ils auront de plus en plus besoin. La culture des algues semble être le domaine réservé de la Chine et du Japon (prés de 10 millions de tonnes cultivées) qu’attendons nous?. Cette culture doit ensuite entrer dans une chaine industrielle, or, nous avons besoin de développer notre industrie. (médicaments, cosmétiques, agriculture , alimentation humaine, alimentation animale – doivent entrer au plus vite dans cette chaine industrielle pour la conforter) Ph. Folliot et X. Louy dans “France sur mer l’empire oublié “ cite même des découvertes FRANCAISES importantes de laboratoires bretons qui feraient de l’algue une alternative aux farines animales. Il ne s’agit pas de rêves de songes creux, l’algue peut nourrir et guérir. L’énergie développée avec la différence des températures entre eaux des fonds marins et eaux de surface, Nodules polymétalliques, hydrates de méthane et hydrogène, voilà des sources de richesses ; La possession et l’utilisation des mers seront les combats de demain.

Des Etats chercheront (cherchent déjà) en en assurer le contrôle afin de préserver leurs lignes d’approvisionnement, mais aussi, pour en contrôler les ressources- Monaco fait plus pour l’océanographie que la France- Que nous manque t-il? une connaissance de la mer , très peu étudiée il nous faut acquérir cette connaissance pour déclencher une passion, Cousteau avait bien réussi en son temps.

Un bon point : Nous avions réclamé un ministère de la mer, un demi ministère vient d’être créé, c’est un pas dans la bonne direction MAIS PEUT MIEUX FAIRE . Il manque de l’argent, un emprunt mer pourrait être lancé par une fondation reconnue d’intérêt public, on prête qu’aux riches disaient nos grands Mères, mais la France est riche de son domaine maritime, le seul sur lequel le soleil ne se couche jamais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

cinq + dix =