Ne faisons pas la fine bouche. Après avoir été consacrée première destination touristique du monde (en nuitées mais pas en chiffre d‘affaires), notre pays devient le premier pour attirer les investissements étrangers. Selon le baromètre de l‘attractivité d’EY, la France est devenue, avec 1200 projets d‘implantation, la première destination en Europe des investissements étrangers, devançant et c‘est une première, le Royaume-Uni. Même si on peut dire merci au Brexit, ce bon résultat récompense la stratégie gouvernementale de s‘adresser aux entrepreneurs et entreprises, même s‘il y a encore beaucoup de travail en la matière On pense notamment aux impôts de production (90 milliards de plus qu‘en Allemagne), aux poids des charges sociales, ou à la multitude des normes. Ces investissements étrangers dans l‘hexagone représentant 19% du total européen, viennent sans doute conforter l‘excellence de la main d‘œuvre, la qualité de la logistique, le crédit impôt recherche et le savoir-faire de nos ingénieurs et cadres sans parler de la position géographique centrale du pays.

Bien sûr, on aurait préféré que le gros de ces investissements émane de groupes tricolores. On sait que le nombre réduit d‘ETI ou de grosses PME ne facilite pas les choses. Et on ne peut que se féliciter des efforts concomitants visant à d‘avantage drainer l‘épargne des Français vers l‘investissement productif. La faiblesse des fonds propres de nos entreprises pourrait être atténuée par une „une prime de reconstruction“, calquée sur le succès du dispositif Madelin en permettant de réduire la fiscalité de 25% sur l‘investissement au capital de PME jusqu‘à 150000 euros. C‘est une idée !

Saluons aussi la création par l‘assureur AXA, du fonds Capza de 500 millions d‘euros à investir en fonds propres sur une trentaine de PME françaises. Sans parler du projet du banquier d‘affaires Louis Thannberger, président d‘IPO 1, qui, en liaison avec le magazine Entreprendre, vise à drainer l‘argent des investisseurs boursiers vers un fonds entrepreneurial dédié et côté sur Euronext. N’oublions pas l’essor des entreprises de financement participatif. Alexandre Boucherot, le fondateur d‘Ulule indique avoir en 10 ans accompagné 70000 créateurs pour un investissement de plus de 180 millions d‘euros. Les petits ruisseaux font les grandes rivières…Continuons le combat !

Robert Lafont

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

15 − quatre =