Le Centre Mondial de l’Innovation du groupe Roullier installé à Saint-Malo.

Étonnant Daniel Roullier, un de nos plus grands entrepreneurs qui fuit la presse comme la peste et que notre magazine reste l’un des rares à avoir interviewé. À l’origine d’une des plus grandes aventures industrielles de ces dernières années, cet homme de l’Ouest, self-made-man de 84 ans, qui a démarré de zéro, est aujourd’hui à la tête d’un véritable empire (3 milliards de chiffre d’affaires, 8000 collaborateurs, filiales Timac , Nuwen, Agriplas…) dans le secteur des engrais, des fertilisants et de la nutrition animale et végétale.

Tout a commencé en 1959 dans un petit village des Côtes-d’Armor où ce petit fils et fils de commerçant, titulaire d’un modeste BEPC, a l’idée à 24 ans de réutiliser le maerl, cette algue marine qui jonche le littoral breton et que le jeune Daniel a l’idée de proposer aux paysans voisins comme amendement agricole pour leurs champs.

L’entreprise est lancée de cette façon et on ne l’arrêtera plus. Une magnifique épopée qui donnera naissance à une véritable multinationale sise à Saint-Malo et qui commercialise aujourd’hui ses produits dans plus de 122 pays dans le monde. Difficile de faire mieux. Un vrai cas d’école pour nos industriels pas toujours enclins à suivre le sillon de ce corsaire malouin.

Ce qu’il y a de formidable, c’est que le groupe est toujours contrôlé à 100 % par la famille et qu’il a su, à l’image de ses voisins malouins (famille Raulic dans le tourisme ou le groupe Beaumanoir dans la distribution textile), rester fidèle à sa région d’origine tout en faisant preuve d’un dynamisme hors pair.

Présent dans les fertilisants et le maritime, le groupe Roullier, c’est moins connu, est également devenu un géant du biscuit. Sa filiale Pâtisseries Gourmandes, célèbre pour sa marque Ker Cadelac, emploie 700 collaborateurs sur 5 sites industriels pour 200 millions de chiffre d’affaires. Avec Alysse Food (38 millions de chiffre d’affaires, 220 collaborateurs), Roullier, qui détient déjà le biscuitier charentais Maison Colibri (6 millions d’euros de ventes avec 70 salariés, à Pons), spécialiste des madeleines comme Jeannette, relancée récemment près de Caen (14), met la main sur le spécialiste belge (Seneffe) des muffins et brownies.

Il est temps de remettre le projecteur sur ces empires familiaux qui font le présent et l’avenir de nos territoires. C’est aussi pour cela que notre magazine Entreprendre a été créé en octobre 1984. 36 ans après, beaucoup à été fait mais il reste tant à faire ! Ne lâchons pas …

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

10 − un =