Il n’est pas question de faire un cours sur Jean-Baptiste Colbert, de faire savoir qu’il n’a jamais été fils d’un simple drapier, qu’il a beaucoup copié sur ceux qui l’ont précédé, qu’il su faire son chemin en écrasant les autres. Non ce que j’aimerais repasser en revue, c’est que ce Grand commis de l’Etat, un des plus grands que la France ait connu, ait pu, à l’époque qui était la sienne, malgré les embûches, chausse trappes et autres gentillesses tendues par l’église, la noblesse , la bourgeoisie et le peuple, faire de la France une des premières puissances économique et financière mondiale

Il semble par contre important de rappeler la politique que Colbert a installée parce qu’elle a mené la France sur les plus hautes marches du podium pendant quelques siècles. Rappelons que cette politique a permis au Général de Gaulle de sortir la France du marasme dans lequel l’avait plongé la dernière guerre et de relever la France en 1958.

Il est aussi tout important de connaître les raisons qui ont poussé un socialiste français, au nom d’on ne sait quelle lubie : à limoger le colbertisme pour le remplacer par un un ultra libéralisme à l’anglo-saxonne qui libéralisera tout et son contraire.

Rappelons que c’est aussi à la fin du second septennat de ce Président que se précisa l’idée de l’abandon du Plan, cette ardente obligation. Comme si du passé on voulait faire table rase, comme si notre histoire n’avait été que tragique, criminelle et qu’il fallait la punir. Juste une question : est-ce que le peuple de France a, un seul jour, donné mandat à un élu pour détruire la France où la ranger au niveau du statut de gentilhomme porte coton des multinationales ?

Ce Colbertisme, dont certains rêvent de déboulonner sa représentation, est une événement heureux pour la France. Alors bien sûr, les les mondialismes lâchent leurs chiens contre lui. Que vient faire de empêcheur de tourner en rond qui voulait faire du commerce, intérieur et extérieur, un élément de puissance et de grandeur pour son pays. Rappelons que le Général de Gaulle s’est servi des mêmes ingrédients pour installer la France sur la plus haute marche.

Pour Colbert, c’est à l’Etat qu’il importe d’abord de développer la richesse nationale.
L’Etat doit être le promoteur, d’où le besoin du Plan qui seul , apporte une vision de l’avenir et indique la route à prendre .
Pour cela Colbert a favorisé la classe des marchands, l’essor industriel et commercial de la France qui ont favorisé l’excédent commercial du pays ce nouveau signe de puissance réelle.
-suppression des douanes internes, développement des infrastructures routes, canaux, ports. Contrôle constant de l’Etat, donc politique dirigiste à réaliser pour le bien de la nation toute entière. Réglementation dans les domaines du commerce et de l’industrie – Des responsables : aujourd’hui des ministres , nous nous sommes battus en fidèles partisans du colbertisme pour un ministère de l’industrie que des irresponsables avaient supprimé. Enfin une ministre déléguée à l’industrie : ENFIN

Colbert favorise l’Etat fort, tout en laissant des capitaines d’entreprises diriger leurs entreprises, mais en les contrôlant, rôle essentiel de l’Etat
Autorités aux frontières, pour protéger le commerce intérieur et garantir la recherche de débouchés à l’extérieur

Du beau, du solide, qui répondent aux besoins et suscitent le désir. Base de toute action de vente, seulement vendre n’a jamais été notre fort, Colbert le sait et compense par le produit dont la qualité ne peut être concurrencée.

Il dote la France des plus belles manufactures et arsenaux qui vont constituer ces lieux prestigieux que l’on peut toujours visiter et où l’on conserve le patrimoine et où est développé notre savoir faire -Mais pourquoi tant de responsables n’ont pas retenu la leçon et continuer dans cette direction- Industrie 1968 = 24% du PIB 10,1% aujourd’hui, une honte.

Au problème toujours délicat, même à l’époque ; celui du fianncement des prjets, financement obligatoire pour investir, chercher, fabriquer et vendre
Il installe une compagnie par actions qui fait appel au public, une « révolution » pour l’époque. Qui aujourd’hui peut faire appel au public pour financer un projet ? Personne, alors les pouvoirs passent par les marchés ou les fonds d’investissement étrangers. (il est vrai qu’ils fabriquent aujourd’hui la monnaie sans que personne ne s’interroge pour savoir qui va rembourser la dette et comment).

Contrôle des importations, conquête commerciale du monde avec le développement des marines de guerre et commerciale, tout en sachant et le déclarant que le commerce provenant du désir des hommes il faut le laisser libre.

La concurrence est devenue déloyale, qualité, sécurité ne sont plus au rendez vous en ce 21è siècle. L’exploitation de l’homme par d’autres hommes qui permet à des pays de produire à bas coûts, doit être supprimée. Pour ce faire, nous proposons l’instauration d’une TVA sociale qui obligerait les importateurs à financer notre protection sociale,ce qui permettrait d’effacer une grande partie de la différence de prix et permettrait à nos entreprises de respirer.
Façon de nous opposer à l’idéologie mondialiste qui dit vouloir imposer une concurrence libre et non faussée, et de privilégier la France ce qui est un devoir

Création et protection des manufactures pour l’industrie et le commerce. Mais Colbert n’oublie pas l’agriculture en installant un système pourvoyeur
afin d’éviter les famines (achats à l’étranger et système de conservation des produits)

Sur le plan de la finance : Il favorise les rentrées grâce au commerce extérieur. (l’argent doit provenir de l’étranger et rester dans le pays)
Colbert avait tout compris avant les autres : la puissance de l’Etat se constituera de moins en moins à coups d’épées et de plus en plus avec l’excédent de ses balances de paiement. (nous importons d’Angleterre pour 30 000 livres sterling et exportons pour 320 000 livres )

Il cherche aussi à obtenir la proportionnalité dans l’impôt , une nécessité qui mettra du temps pour aboutir à l’impôt général et progressif proposé par Caillaux en 1905 et voté le 15 juillet 1914

Exporter d’accord, mais il faut transporter d’où la mise en place d’une marine marchande pour le transport, d’une marine de guerre afin de sécuriser ce transport. Puis pour le financement la création de cies très spécialisées, chacune financée de la même façon que l’industrie, c’est à dire par des souscriptions .

Il est vrai qu’en matière maritime le sucés n’est pas toujours au rendez vous,
les Français ont la terre, riche et féconde, accrochée à leurs souliers, mais la route est tracée et perdurera jusque sous les 30 glorieuses. Colbert assurera ainsi la fourniture des matières premières dont l’économie a, et aura, de plus en plus besoin. Il forme les colonies, les défend, il va jusqu’à les peupler : Territoires extérieurs ; propriétés privées, pas touche, les ports sont interdits aux navires étrangers, nos productions trouvent là des débouchés. Donc tout a été fait pour renforcer et embellir l’Etat

France sur mer l’empire oublié, ( Ph. Folliot X. Louy) les Français ne sont pas friands des grandes aventures maritimes, Colbert a su leur forcer un peu la main. Ce désintérêt perdure. Heureusement nous sommes quelques-uns à nous battre encore pour nos territoires d’outre mer, pour nos eaux territoriales.
Nous demandions depuis longtemps un ministère de la mer capable de défendre les intérêts de nos territoires sous marins, c’est fait : enfin. Nous serons attentifs à ce que fera Madame Annick Girardin qui doit désormais gérer 11 millions de km2 d’eaux territoriales françaises qui représentent 10% de la biodiversité mondiale. France la seule nation sur laquelle, encore aujourd’hui, le soleil ne se couche jamais. Notre richesse pour demain à conserver comme la prunelle de nos yeux.

La mer est l’avenir de l’homme et nos territoires d’Outre-mer resteront le véritable héritage que nous laisserons à nos enfants, grâce au visionnaire qu’était Jean-Baptiste Colbert

Industrie, commerce, finances équilibrées, Etat fort qui indique la route et contrôle, domaine maritime, exportations, bien du peuple, tout cela a été arraché dans les années 1980 par des gens qui ont pensé que l’ultra libéralisme valait certainement bien une messe.

Erreur funeste qui conduit au mondialisme cette globalisation qui a tué notre industrie, achetée à l’encan par des fonds ou compagnies étrangères, notre commerce désormais dirigé par des multinationales, notre agriculture qui se meurt et nos parts de marché que nous perdons chaque jour un peu plus

Que nul ne s’étonne alors si une poignée d’irréductibles œuvrent pour que la flamme de la résistance ne s’éteigne jamais. Combattre le néo ou ultra libéralisme, revenir à une forme de colbertisme moderne, voilà l’objectif
Nous le clamons haut et fort, n’en déplaisent aux descendants des thuriféraires des chèvres du Larzac : JB Colbert est un des dix Français qui ont fait le plus pour la France. Et nous lui devons une éternelle reconnaissance

Aussi sur une idée de Xavier Louy, ancien du cabinet de Chaban à Matignon nous lançons un appel pour le transfert des cendres du grand homme au Panthéon – « Aux Grands hommes la Patrie enfin reconnaissante «

Le Colbertisme : une volonté, une vision, un amour de la France, pourquoi s’en priver en voulant salir sa statue et son histoire qui est une partie de la notre ?


Henri Fouquereau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix + quatorze =