La biochimiste hongroise Katalin Kariko.© DR


Défiscaliser l’IFI de l’investissement biotech !

Il n’est pas trop tard pour faire de notre pays un leader de la recherche médicale… à la condition surtout que Bercy ne touche pas au Crédit-Impôt-Recherche comme il en a été question à un moment. Quand on a un dispositif qui marche, vous pouvez être sur qu’un fonctionnaire du ministère des Finances va s’y intéresser !

Ensuite, après les retards ou échecs de Sanofi ou de l’institut Pasteur, continuons à mettre le paquet sur le financement de nos Biotech, à l’image de notre formidable pépite nantaise Valneva, même si ses découvertes profiteront d’abord à notre voisin anglais qui, comme de coutume, a su tirer avant nous !

Sur de tels sujets fondamentaux comme la recherche médicale, il n’est pas inintéressant de reprendre ce qu’affirme l’une des pionnières du nouveau vaccin ARN-Messager, la biochimiste hongroise Katalin Kariko à l’hebdomadaire Le Point. Émigrée aux Etats-Unis, la vice-présidente de la société BioNTech voit les choses en grand ! Et c’est ce qui est intéressant.

En premier lieu, Katalin Kariko ne s’explique pas comment notre pays n’a pu retenir en France Stephane Bancel, le génial patron marseillais de Moderna : « il n’y a pas assez de sociétés françaises pour mettre au point des vaccins, et c’est à cause du financement. Aux USA, avec le capital-risque, on donne d’avantage aux petites entreprises…Et, les gens investissent plus dans les biotechnologies, parfois dans 30 entreprises différentes, et si une réussit, tant mieux. » On se souvient que Bill Gates lors de l’annonce de l’exil américain du professeur Luc  Montagnier en 2008, après s’être vu décerné le Prix Nobel de Médecine, n’avait pas dit autre chose.

Favorisons un capitalisme dans ce qu’il a de meilleur, avec une recherche du profit qui se fait parallèlement au développement de la recherche médicale. Une suggestion à ce sujet : qu’attend-on pour mettre en place un dispositif loi Tepa pour défiscaliser de l’IFI ( Impôt sur la Fortune Immobilière) les investissements effectués par des particuliers (un million trois cent mille personnes redevables ) pour financer des Biotechs françaises !

Comme le dit excellemment la célèbre chercheuse du vaccin Pfizer-BioNTech : « Il n’est pas trop tard pour investir dans la recherche -fondamentale et appliquée – et faire en sorte que les enfants aient envie de devenir chercheurs. Il y a tant de maladies à traiter, tant de choses à découvrir….Les chercheurs ne doivent pas chercher les récompenses ou la gloire, mais faire de leur mieux et être satisfait. Dans cette société de l’apparence, ce n’est pas votre look qui compte mais bien la valeur humaine que vous générez. »
Un précepte qui vaut pour toutes les vies !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quinze − 4 =