Avec son procédé innovant, plus besoin de recourir au silicium !

Il a tout pour plaire : sportif, jeune et breton, et en plus, il est entreprenant. Son concept semble cocher toutes les cases, au point d’en devenir suspect. Avec sa jeune pousse Heole (soleil en breton), créée à Vannes en 2021 avec 8 associés, (dont Pierre Chabert, le leader mondial du ballon éclairant avec Airstar, idéal pour le cinéma ou les chantiers), Martin Delapalme, ISC de 30 ans, lance les premières cellules photovoltaïques à apposer sur tissus.

Leur immense avantage :composées à partir de cellules organiques (encres végétales), elles ne pas nécessitent pas de silicium contrairement aux panneaux photovoltaïques solaires classiques. D’où une empreinte carbone réduite a zéro. Je ne vous fais pas un dessin. Les débouchés sont immenses : sur les voiles des bateaux, les tentes, les ailes de dirigeables, les bâches de BTP, voire les stores… Et l’électricité à disposition gratuitement. « Certes, il faudra encore abaisser les coûts de production par de plus grandes séries » reconnaît Martin Delapalme (voir sur EntreprendreTV), qui s’appuie sur un réseau de sous-traitants entièrement made in France.

Je ne vous fais pas un dessin. Après avoir exposé au CES de Las Vegas, tous les capital risqueurs (VC) se pressent pour rentrer au capital de la pépite made in Bretagne d’autant que l’appel de fonds ne dépasse pas les 5 millions d’euros. La gestionnaire de fortune, Martine Duncker (MD’s search) qui les conseille se frotte déjà les mains. Ils sont ces sympas ces Bretons décidément, et en plus, s’ils se mettent a tout réinventer… Ce sont leurs voisins, les Vendéens, premier département de France pour le réveil industriel, qui vont faire la gueule. Ah, si toutes les régions pouvaient ainsi se tirer la bourre. J’arrête, j’en deviens vulgaire. L’enthousiasme sans doute !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

cinq × 1 =