En France , la campagne est belle , les paysages pittoresques ; peut être une raison qui nous pousse à ne pas regarder les problèmes en face . À écouter certains médias , on finit par avoir l’impression que la seule question qui se pose dans notre pays est de savoir s’il faut imposer ou pas les masques en villes. La réponse est pourtant évidente : c’est oui bien sûr , puisque l’avantage (réduire la circulation du virus ) est incomparablement supérieur à l’inconvénient ( la gêne d‘en porter).
C’est étrange ce sentiment de voir que ,dans notre pays, on n’arrive plus à raisonner simplement . Ou est passé notre légendaire bon sens ? Descartes , Voltaire , Pascal : revenez vite !
L’incroyable succès actuel de la revue Front Populaire ( 70 000 exemplaires vendus pour son premier numéro en kiosques) du philosophe Michel Onfray (qui fait aussi la une de L’Evenement magazine) est un bon symptôme du malaise éprouvé par beaucoup face au débat public tel qu’il est habituellement posé dans les médias dits „mainstream „ pour parler comme Pascal Praud sur Cnews!
Notre légendaire bon sens , celui dont nous parlions , s’est- il lentement érodé ou dilué dans les dédales du maelström administratif français ,précisément celui dont même un ancien locataire de Bercy , l’ancien ministre du budget et maire d’Alencon, Alain Lambert déclare dans Les Échos du jour qu’il faut y mettre fin. Que les dieux du pouvoir l’entendent . Cela fait quand même presque 50 ans qu’’Alain Peyrefitte le dénonçait dans son magistral essai « Le Mal français « ( publié en 1976) . Rien n’a changé depuis , pire, on a continué de complexifier et d’empiler nombre de textes et règlements . La mission de Guillaume Poitrinal , le brillant patron de Woodeum chargé un temps par François Hollande d’une Commission de la simplification aura fait long feu . Cela ne l’empêche pas d’enfoncer le clou et de rappeler avec raison que : „ la mission de simplification ne coûte rien au pays et que mieux , elle peut rapporter plusieurs points de croissance „. Qu’attend Emmanuel Macron pour nommer un commissaire permanent à la simplification ? Un poste à maintenir dans la durée . Aux dernières nouvelles , le président de la Republuque , probablement préoccupé par d‘autres sujets plus importants ( celui de sa réélection?) a préféré botter en touche , semble-t’il , et de demander a Poitrinal d‘en parler directement à Bruno Lemaire .
Regardez les Italiens , avec l’inauguration du pont de Genes , ils ont réussi l’exploit de construire en 12 mois , ce qui aurait mis 3 ans avec tous les recours et demandes d‘autorisation normales ! Cela change tout ! Nous , non plus en France , n’avons plus besoin d’attendre autant , deux ans pour ouvrir un hôtel contre douze mois en Allemagne ! Ce n‘est qu‘un exemple , alors je sais bien que le gouvernement à prévu des zones d‘usines relais pour pouvoir répondre à d‘éventuels nouveaux gros projets d‘implantation. Sauf qu‘il n‘y a pas que les gros projets , il y a aussi les centaines de milliers d‘initiatives qu’on retarde ou qu‘on complexifie à l‘envie dans nos territoires . Et cela finit par coûter
cher !
L’administration devrait s’obliger à répondre dans l’année faute de quoi , les autorisations seraient considérées comme automatiquement accordées.
Une telle primauté au client et à l‘efficacité suppose un changement de mentalité : aujourd’hui , lorsqu’un citoyen est confronté à un problème avec l’administration, il sait qu’il ne fait pas le poids . Isolé , il doit faire face à un géant monopolistique , complexe, non transparent et qui plus est a le temps . Alors que lui est toujours pressé par définition . Dès lors , qui croyez vous qui finit par l‘emporter ? Finalement ce terme d’assujetti est vraiment le mieux choisi qui soit !
D‘ailleurs , le terme ne doit pas être appliqué uniquement à l’administration. J’entendais hier sur France Info , que des voyageurs du train Compiegne Paris avaient mis 7 heures pour arriver à bon port . Je ne connais pas le problème technique qui s’est posé . Ce qui m’étonne en revanche , c’est que personne n’ait pensé à faire affréter un car pour acheminer les voyageurs par la route . Nous sommes tellement habitués à l’inertie ou aux règlements que personne , même le journaliste, n’ a pensé à l’idée . D’autant plus que je crois me souvenir que la SNCF a une participation dans BlaBlaCar et Ouibus …

On vit dans un drôle de monde . On croit tout savoir , mais on ne sait rien . On peut participer à tout , mais rien ne semble compter .Finalement , oui , on y est déjà dans le monde virtuel . La meilleure chose pour s’en apercevoir , est de perdre votre smartphone . Je ne vous le conseille pas .Cela m’est arrivé récemment dans un taxi . Là ,une fois que vous vous en apercevez , vous rentrez bien dans le monde réel . Vous êtes coupés de tout …C‘est totalement irréel !
Robert Lafont

1 COMMENTAIRE

  1. Exemple de compliquation administrative :
    Notre société fait de la location de bateau et comme nous avons été impactée par la fermeture de la navigation jusqu’au29mai j’ai demandé à bénéficier du volet 2 du fonds de solidarité.. On m’a répondu que notre activité avait un code correspondant à la location de matériel de loisirs.. Donc pas pactee par une fermeture administrative… Je pense même que celui qui m’a répondu ne connaissait même pas l’activité de tourisme fluvial !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 + 8 =