Monsieur le Président, un peu de management pour la France.! Cela ferait beaucoup de bien. Au final, vous avez beaucoup de qualités, manque peut être un sérieux problème de méthode. Et ce n’est pas à l’ENA, que vous venez de supprimer qu’on l’enseigne. Dommage, au passage, car l’ENA reste une belle marque française de renommée mondiale. Vous auriez pu la transformer et en faire l’Ecole Nationale des Affaires, afin de mieux former nos dirigeants à l’international .

Cela aurait eu de la gueule et aurait fait du bien à la balance des paiements. C’est un autre sujet. Encore que… il va falloir vite réussir à faire passer dans les années qui viennent notre pays d’une culture d’administration qui le paralyse à une culture de conquérants qui le libére et assure sa prospérité !

Pour revenir à notre mode de gouvernance, au lieu de diriger seul, faites l’inverse : mobilisez des équipes autonomes,  prenez les meilleurs dans leurs domaines au lieu de les écarter ou de vous en méfier (Hubert Védrine, Christian de Saint Étienne, Frédéric Pechenard…). Vous vous occupez de tout. Concentrez-vous sur l’essentiel, et déléguez aux Premier Ministre, il est là pour cela. Ce n’est pas un collaborateur comme l’avait prétendu Nicolas Sarkozy en parlant de Francois FIllon. Fixez-lui une feuille de route au mois le mois et laissez-le agir en responsable. Dégagez les grands objectifs. Et puisque le pays croule sous les dettes, imposez à chaque ministère qu’ils dépensent moins qu’ils ne gagnent, obligez -les à dégager 5 % de marge supplémentaire de mieux chaque année sur leurs budgets.

C ‘est leur job, sinon à quoi servent-ils ? L’État croule sous les règlementations et le poids des organismes. Supprimez-en à marche forcée, simplifiez à tout va, vous verrez qu’à l’instar du privé, moins il y a d’interlocuteurs plus c’est efficace.

Déconcentrez autant que vous le pouvez, décentralisez auprès des Régions qui n’attendent que cela. Misez à fond sur les partenariats publics-privés qui ne sont pas assez utilisés. Recourez aux concessions de service public. Simplifiez. Nommez de vrais responsables pour chaque mission avec des objectifs précis. Bref, faites ce que fait chaque grand responsable d’entreprise. Et cela vous permettra d’exercer encore mieux toutes vos fonctions régaliennes.

« L’important pour un dirigeant est distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas. »
Charles de Gaulle

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

quinze + trois =