On peut construire un empire industriel, dans le top 10 mondial, à partir de la Mayenne et sans fonds internationaux.

Il a beau ne pas avoir toujours bonne presse, nul n’est prophète en son pays ! Le parcours de l‘industriel de Laval (Mayenne) devenu en une décennie le leader mondial incontesté du fromage, à de quoi forcer le respect. C’est le type même de profils ambitieux et tenaces qui s’internationalisent à marche forcée pour faire profiter sa base industrielle française de l’expansion tirée de la mondialisation
Nos médias, au lieu d‘en faire un héros, ont trouvé plus judicieux de lui tirer à boulets rouges. On se souvient de l’émission d‘Élise Lucet, Cash Investigation, qui avait tressé un portrait caricatural du roi du fromage qui certes n’est pas le plus généreux sur le prix offert aux petits producteurs de lait, mais qui a l‘immense mérite de créer de nombreux emplois et de faire rentrer un nombre considérable de devises dans notre balance commerciale structurellement déficitaire.

C‘est à prendre en compte quand on fait je bilan. Et tout cet apport risque encore de s‘amplifier. À 50 ans, Emmanuel Besnier s’apprête à investir la bagatelle de 2,8 milliards d‘euros pour mettre la main sur les fromages naturels du géant US Kraft Heinz, aujourd’hui largement surendetté.

Le groupe français, déjà numéro mondial des produits laitiers,avec 20 milliards d‘euros de chiffre d‘affaires, signe l‘une de ses plus belles acquisitions. Elle va lui permettre de devenir un géant aux États-Unis aussi. Au delà de l‘Atlantique. avec l’activité reprise à Kraft, Lactalis passe à 3400 salariés pour atteindre sur le seul marché américain 3,5 milliards de dollars de chiffre d‘affaires.

Une sacrée performance qui fait rentrer l‘ex petit grossiste mayennais en produits laitiers dans le Top 10 de l’alimentation mondiale. Une montée en puissance spectaculaire qui atteste qu‘on peut, à partir d‘un simple département rural, en restant familial, sans être coté en bourse, arriver à rentrer dans le Gotha mondial à coup d‘une croissance externe ininterrompue. Une expansion emblématique qui devrait faire réfléchir tous nos industriels ou chefs d‘entreprise qui n’ont pas encore saisi que, c‘est en période de turbulences comme actuellement, qu‘il y a le plus d’opportunités à saisir. Merci Emnanuel Besnier. Dans un pays normal,vous auriez fait la une du 20 heures de TF1 et de L‘Express. Mais nous ne sommes pas un pays normal ; nous sommes celui du fromage…

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

7 − quatre =