Dans cette élection présidentielle plus indécise qu’on ne le croit, car beaucoup se décideront au dernier moment ; tout se passe comme si aucun candidat ne faisait véritablement l’affaire. D’où les nombreux chassé-croisés constatés dans les sondages. À coup sûr, le portrait-robot du président idéal serait un habile mélange des qualités de chacun, quelqu’un pouvant disposer à la fois des qualités intellectuelles d’un Macron, de la vision historique et du courage d’un Zemmour, du savoir-faire d’une Pécresse, de la proximité humaine d’une Le Pen, ou du bon sens d’un Dupont-Aignant.

Certes, on peut toujours rêver mais ce profil idéal n’existe pas. Et Il va falloir se colleter à la réalité. Est- ce si grave ? Pas forcément, car dans la vie aussi, il y a de bonnes surprises, et on voit des hommes arrivés à une fonction se révéler voire se sublimer ( à l’instar de certains sportifs ) et s’avérer être bien mieux qu’on ne l’aurait imaginé. C’est un scénario idyllique mais, ne vous y trompez pas, il peut fonctionner. On le voit à la tête d’entreprises par exemple, où des dirigeants, notamment les redresseurs d’entreprises, parviennent à opérer des miracles.

Certes, la France n’est pas une entreprise, et les problèmes enchevêtrés restent infiniment plus complexes. Il n’empêche ; si chacun d’entre nous y met un minimum de bonne volonté et d’état d’esprit de concorde ; tout redevient possible avec de bonnes impulsions à la tête de l’appareil d’Etat. On l’a vu à certaines périodes glorieuses de l’histoire comme en 1958 avec le sursaut opéré avec le Général de Gaulle. Ne lâchons rien. Notre pays peut redevenir grand… et vite.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

cinq × 5 =