Accueil Éco La chronique de Robert Lafont Elon Musk, un formidable message d’optimisme

Elon Musk, un formidable message d’optimisme


Musk n’avait rien pour lui au départ… Parents divorcés, harcelé, mal aimé, il est devenu l’un des plus grands entrepreneurs du monde !


Ce qui est fascinant avec Elon Musk, c’est qu’il n’avait rien de plus que les autres au départ. Décrit par un camarade de classe comme un élève gentil, voire timoré dont la principale caractéristique était de dévorer tous les livres. Mais à aucun moment, on pouvait présager qu’il allait devenir un leader et mieux l’entrepreneur de génie qu’il est devenu !

D’autant que, et c’est moins connu, dans son enfance, les circonstances étaient même plutôt aggravantes voire pénalisantes ! Rendez- vous compte ! Alors que ses parents divorcent, il n’a pas neuf ans, et il choisit avec son frère de rejoindre le giron paternel, tant leur mère, Maye, mannequin de profession semble ne s’intéresser qu’à sa ligne et à ses robes. Pourtant le père de Musk, Errol, ingénieur électronique de profession, ne semble pas être un modèle du genre non plus. Elon dans une interview à « Rolling Stone » ira même jusqu ‘à le qualifier un jour « d’être mauvais, ayant commis tous les crimes inimaginables! »(sic). Bigre, difficile de parler plus mal de son père qui, face une telle accusation de son fils, répondra un jour dans MailOnline en accusant le futur entrepreneur de SpaceX d’enfant gâté, rajoutant pour étayer ses dire : » j’avais l’habitude de conduire Elon a l’école dans une Rolls décapotable. À quatorze ans, il montait déjà des chevaux pur sang et une moto ! Il était super gâté… »
Chacun a sa version, même si on le sait, tous les cadeaux matériels du monde ne remplacent jamais le vide affectif. Ce qui semble être bien le cas pour Elon Musk qui, phénomène aggravant, dût subir de nombreux harcèlements à l’école de ses petits camarades qui, visiblement, ne supportaient pas son caractère taciturne et sa volonté de faire bande à part. Musk a relaté lui-même le traumatisme :« avoir été pourchassé par une bande qui n’avait de cesse de vouloir me massacrer» selon ses propres termes !

Des années collèges pas faciles à vivre pour ce jeune adolescent épris de livres et de connaissances, véritable rat de bibliothèque et qui tranchait dans les années 80 à Pretoria ( Afrique du Sud) où la culture Afrikaner blanche de l’époque privilégiait davantage les tempéraments forts voire machistes. Le jeune Musk, un geek plutôt en retrait, a dû apprendre à composer et à se forger une sacrée carapace pour résister à un tel milieu si hostile. Du reste, dès qu’il commence à avoir 18 ans, il ne songe et ne rêve qu’à une chose : aller vers la terre promise, aller tenter sa chance en Amérique, là où tous les défis sont possibles, et notamment ceux de la technologie qui n’ont jamais manqué de le passionner voire de la tarauder. À l’image des livres de science fiction qu’il a longtemps dévorés jeune, Elon Musk a toujours été convaincu qu’on pouvait changer le monde, et qu’il fallait d’ailleurs le faire. Ce qui, à la lumière de ce qu’il avait vécu jeune, peut parfaitement se comprendre !
Avec Tesla ou Paypal ou SpaceX, Musk démontre au monde qu’aucune circonstance aggravante ne peut empêcher l’éclosion d’un tempérament ou d’un parcours d’exception quand il est voulu, réfléchi et en correspondance avec la personnalité intime de celui qui l’entreprend. Rien que pour cela, merci Elon. Le message envoyé au monde est un formidable encouragement à relever tous les défis !

Robert LAFONT

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

huit − six =