Croc’ella veut croquer le marché des fruits secs dans les grandes surfaces

Le propre des entrepreneurs est de savoir anticiper mais pas trop sur l’évolution des consommateurs.

Répétons-le, il n’y a pas que la biotech ou la high-tech pour réussir et se lancer aujourd’hui. Prenez Jonathan Assedou, Marseillais  de 31 ans et doté d’un Master en comptabilité. Parce que son père était petit importateur d’olives non loin de la Canebière, il a eu l’idée avec son ami Roni Allouche de se lancer sur le créneau porteur des fruits secs grillés, amandes ou autres pistaches dont la presse féminine ne cesse de nous vanter les vertus pour la santé.

Et cela prend. Sa jeune société, Croc’ella, fondée en 2020 avec 100 k€, réalise déjà 1 million d’euros avec 8 collaborateurs. Fabricant et conditionneur de fruits secs, la jeune boite travaille essentiellement avec des grossistes locaux mais  » le projet consiste maintenant à installer des stands clés en mains dans toutes les grandes surfaces  » (voir sur EntreprendreTV).

L’idée est lancée, chaque stand coûte 150 K€. C’est à ce genre de projet qu’on reconnaît les entrepreneurs. Entreprendre incubateur lui donne un coup de pouce. Avis aux Leclerc, Intermarché et autres Carrefour.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux − un =