Les 6 points clés pour gagner la bataille de la compétitivité du Président de Syntec, Matthieu Courtecuisse

Je ne connais pas personnellement Matthieu Courtecuisse, le président de Syntec Conseil, fondateur de  Sia Parners, cabinet conseil en management et intelligence artificielle. Mais  les idées  qu’il développe dans le JDD pour réindustrialiser la France méritent d’être largement diffusées. Que propose-t-il ?

D’abord, de réorienter une grosse partie de notre épargne financière au profit du financement productif. Cela passe par la création de fonds de pension à la française, un plus grand rapprochement entre banques européennes et le lancement d’une monnaie digitale européenne.
Au plan industriel, notre pays a l’instar de la Corée se doit de faire des choix de spécialisation et de créneaux. Elle ne peut plus être partout et reste  dépendante dans son approvisionnement en matières premières.

Le troisième levier est d’ordre technologique et on peut beaucoup attendre du Digital Service Act en préparation par la Commission européenne qui donne la priorité au domaine interentreprises plutôt qu’au marché des particuliers.
Dernier point, selon le président de Syntec, il faut construire une OTAN  économique face à la Chine et concevoir une alliance euro-méditerranéenne des chaînes d’approvisionnement industriel.

Sans oublier de tout miser sur la gestion du capital humain dont nous devons devenir leader mondial. En mettant fin à l’exil  des meilleurs talents tout en devenant attractif pour ceux de Chine ou d’Inde.

Tout cela mérite d’être dit et répété. Dans la compétition économique mondiale qui s’annonce, et  où nous n’avons encore rien vu, la France n’a pas dit son dernier mot ! Encore faut-il qu’elle mette en œuvre tous ses atouts.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux × cinq =