Quand quelque chose marche, pourquoi s’évertuer à le modifier ? Prenez le cas du crédit d’impôt recherche, un dispositif fiscal particulièrement attractif, qui permet à notre pays de rester dans la course des grands centres de la recherche industrielle mondiale à commencer par Google ou Huawei, qui ont choisi par exemple de privilégier la France pour l’implantation de leur centre de recherche européen pour y installer leurs ingénieurs. Un dispositif fiscal qui, certes, coûte près de 6 milliards d‘euros au budget, mais qui au total rapporte bien plus à notre économie.

Bruno Le Maire doit vite monter au créneau

Alors le projet d’un prochain coup de rabot par les services de Bercy visant à réduire l’avantage fiscal du CIR de 60 à 30% (pour les entreprises qui sous-traitent à des entités publiques) a de quoi inquiéter ! Et c’est une mauvaise manière faite à notre compétitivité économique et à notre tissu productif. Que fait la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, étrangement absente sur le sujet après sa bourde sur les retards liés au vaccin futur de Sanofi ? Bruno Le Maire doit vite monter au créneau pour refuser cette mauvaise manière faite à notre avenir tant qu’il en est encore temps. La politique industrielle du pays ne doit pas être laissée aux seuls petits calculs comptables du service du budget !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

14 − 1 =