Avion électrique : pourquoi la France a-t-elle laissé tomber la pépite VoltAero ?

Merveille de l’industrie française, les avions électriques de VoltAero vont-ils passer sous pavillon italien ? Nous n’en sommes pas encore là, mais le dernier tour de table (32 M€) effectué par la start-up charentaise a été marqué par l’absence des investisseurs français.

L’industriel italien Tesi, qui a participé à la dernière levée de fonds, est devenu un investisseur stratégique et un partenaire industriel de VoltAero. Les millions levés vont permettre de lancer la production du modèle d’avion à propulsion hybride, le Cassio 330, qui devrait être opérationnel en 2023.

Depuis sa création, VoltAero, dont le PDG est Jean Botti, ex-directeur chez Airbus, a été soutenu par le Conseil Européen de l’innovation, la région Nouvelle-Aquitaine et Safran. Que fait BPIFrance ?

Victor Cazale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

huit − quatre =