Avec Tessan, Jordan Cohen entend lutter contre les déserts médicaux

N’écoutez pas tous ceux qui vous disent que tout a été inventé, que l’on trouve tout partout et qu’il n’y a plus rien à lancer ! Voici un bon principe pour trouver une idée : partir de ses propres besoins. Après tout, j’ai lancé le magazine Entreprendre en 1984 parce que je ne trouvais pas en kiosques une revue qui donnait envie d’entreprendre… À l’époque, L’Expansion ou Le Nouvel Économiste ne parlaient que de la vie des cadres managers ou que de l’actualité des grands groupes. Rien sur les PME ou les entrepreneurs : un vide absolu, aujourd’hui comblé !

Prenons l’exemple de Jordan Cohen. Diplômé d’Audencia, il est fondateur de la prometteuse medtech Tessan. Après avoir été directeur durant trois ans de la marque textile Tradition des Vosges, cet ex-broker de 30 ans bon chic bon genre a eu l’idée ingénieuse de lancer en 2017 à Neuilly (92) Pharma Express, parce que malade la nuit, il ne put se déplacer pour se procurer les médicaments prescrits par son médecin ! D’où l’idée d’un site qui livre vos médicaments 24 heures sur 24. Aujourd’hui, sa jeune pousse fondée avec Elie Jordan s’appelle Tessan et travaille avec 300 pharmacies pour livrer les médicaments dans tout le pays et à tout moment. Bien trouvé, et ce n’est pas fini : fort de ce premier succès, les deux associés, à force d’échanger avec les officines, se rendent compte qu’il y a un autre besoin à combler : celui des déserts médicaux (près de 8 millions de nos compatriotes sont confrontés au sujet), vide que la téléconsultation ne parvient pas à remplir complètement.

À écouter Jordan Cohen, « la téléconsultation s’effectuant derrière un ordinateur, elle ne permet pas de réaliser plus de 40 % des actes d’un médecin généraliste ». D’où l’idée géniale d’imaginer des cabines médicales de téléconsultation, véritables photomatons ultra équipés avec banquette, webcam, écran vidéo et console comprenant à la fois un tensiomètre, un thermomètre, un oxymètre ou un stéthoscope. Les cabines Tessan ont déjà séduit plus d’une centaine de pharmacies, et 11000 patients y ont déjà eu recours ! Un beau succès pour la medtech des Hauts-de-Seine qui commercialise sa cabine pour 1500 euros de loyer mensuel. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Il y a des milliers de produits ou services à lancer autour de vous. Commencer d’abord par ouvrir l’œil…

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

8 + 17 =