Il est temps de miser sur les ETI familiales qui assurent l‘ancrage de notre économie !

Elle fait partie de ces entreprises discrètes dont nos médias ne parlent jamais ! Et pourtant, Innothera, sixième laboratoire pharmaceutique indépendant français,  exporte ses produits dans 100 pays dans le monde et l’intégralité de la production se fait en France. Elle a même relocalisé dans les Vosges une usine qu’elle avait rachetée en Suisse, à Neuchâtel en 2013 ! C‘est dire jusqu’où elle pousse le patriotisme économique cher à Arnaud Montebourg !

Si l‘on rajoute que l‘entreprise de 200 millions d‘euros de chiffre d‘affaires annuels est toujours à capitaux familiaux puisqu’elle est dirigée par Arnaud Gobet, Hec, Supelec de 67 ans, petit fils du fondateur en 1913, René Chantereau.
Typiquement le profil de ces belles ETI, véritables pépites du tissus économique que nous aurions sérieusement intérêt à appuyer et à développer comme le font allègrement nos voisins allemands et italiens, ce que réclame à juste titre, depuis des lustres, notre ami Yvon Gattaz avec son mouvement patronal METI. Un combat fondamental et qui semble enfin intéresser au plus haut point le ministre de l’économie Bruno Le Maire…

Sans faire de bruit, Innothera, basé à Arcueil Val-de-Marne) fait revenir dans le giron français la célèbre entreprise Gibaud, (49 millions de chiffre d’affaires, 370 salariés) renommée pour ses ceintures médicales de chaleur, élastique, laine ou coton. Reprise au fabricant islandais Ossur, l’acquisition lui permet de devenir le deuxième fabricant d‘orthèses, derrière Sigvaris mais devant Thuasne. S‘appuyant sur les usines de Gibaud sises à Saint-Etienne (Loire) ou Trevoux (Ain), la compression veineuse devient donc une de ses grandes  spécialités et permet au groupe familial plus que centenaire d’élargir ses activités cantonnées à la gynécologie ou aux carences nutritionnelles. Avec ses usines de Chouzy-sur-Cisse (Loir-et-Cher) où Nomexy (Vosges), Innothera devrait rapidement atteindre les 250 millions de chiffre d‘affaires. Elle emploie 1150 personnes dans le monde. On devrait vraiment parler d’avantage de ces ETI, car ce sont elles qui assurent le mieux notre pérennité économique et sociale !

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

un × 4 =