Avec Elior, Comme des Papas accélère plein pot

L’économie française aurait tout intérêt à multiplier ce type de partenariat entre Pme et grands groupes.

C’est le deal parfait, modèle d’alliance entre un grand groupe en panne de croissance ou d’innovation et une jeune pousse en mal de fonds propres et de moyens logistiques ou marketing. Un modèle de co-développement qui pourrait et devrait inspirer nombre de nos capitaines d’industrie en recherche de stratégies de développement.

Une alliance où chacun apporte ce qu’il sait pouvoir apporter et où l’ensemble ainsi constitué  transforme une voiture de rallye en véritable formule 1. En l’occurrence, Comme des papas, la jeune entreprise de petits pots pour bébés, bio et sans additifs, fondée en 2015  dans le Loir-et-Cher, à Le Controis-en-Sologne par Clément Girault et deux amis de l’école hôtelière, apporte à Elior tout son savoir-faire en la matière. De son côté, le géant  français de la restauration collective (5 Mds € de CA, 110 000 salariés) , fondé en 1991 par Robert Zolade et Francis Markus, présidé aujourd’hui par Gilles Cojan, apporte sur un plateau à Ansamble, sa filiale dédiée à la nutrition de 3000 crèches sur tout le territoire  (183 millions d’euros de chiffre d’affaires), des produits de qualité, 100% bio,  pasteurisés et sans conservateurs.  Tout le monde est content. Comme des papas (800 000€ de chiffre d’affaires en 2021) devrait voir ses ventes exploser pour atteindre 5 m€ d’ici trois ans. Un nouvel atelier devrait être construit l’année prochaine. Gagnant, gagnant !

Et si ce type d’accord n’était pas la préfiguration du modèle de développement idéal  pour notre pays.Un pays au tissus économique singulier  constitué à la fois de très grands groupes et d’une kyrielle de petites entreprises qui ont du mal à devenir des PME ou des ETI. Après Carrefour, Plastic Omnium, SEB ou Kering ; de plus en plus de géants du CAC 40  ont saisi l’intérêt de nouer  des liens capitalistiques ou industriels   avec  de nouveaux entrepreneurs.

Qu’attendent Renault ou Stellantis pour dealer avec Hopium , le nouveau constructeur tricolore de voitures de luxe  à l’hydrogène, dont l’ancien ministre des transports, Jean- Baptiste Djebarri va devenir administrateur. Small is beautiful ! D’accord, mais pas trop longtemps …

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

vingt − 15 =