Le renforcement de notre tissus industriel ne se fera pas sans une exonération de la transmission d’entreprises comme le font déjà l’Italie ou l’Allemagne !

Si la suppression de l’ISF par Emmanuel Macron en début de quinquennat, a bien commencé, et c’est heureux, à faire revenir dans l’hexagone plusieurs milliers de nos fortunes exilées à Bruxelles, Genève ou Luxembourg ! Il n’est pas inutile de chercher à amplifier le mouvement ! En final, tout le monde y gagnera.
À ce propos, la création d’un impôt sur la fortune Immobiliere ( IFI) s’avère toujours constituer un obstacle important car n’existant dans aucun autre pays développé. La proposition émise par le président de la FNAIM grand Paris, Michel Platero, visant à exclure de l’assiette de l’IFI les biens immobiliers effectivement mis en location, pourrait être un premier pas allant dans le bon sens.

N’oublions pas non plus, le poids de la fiscalité sur les transmissions d’entreprises qui,malgré les allègements apportés par la loi Dutreil, reste un de nos handicaps majeurs dans la bonne succession de nos entreprises familiales. Rappelons que l’exemption de taxes sur les héritages existant en Allemagne ou Italie explique, en partie, le nombre plus réduit d’ETI indépendantes dans notre pays. Ce n’est pas la seule raison…

Autre dispositif astucieux dans la guerre fiscale des pays cherchant à attirer les riches, celle de la carotte fiscale adoptée au-delà des Alpes par le gouvernement Renzi en 2017. Un régime fiscal taillé sur mesure pour les étrangers aisés avec l’instauration d’un unique impôt forfaitaire de 100000 euros auquel se rajoutent 25000 euros pour chaque membre de la famille. Un dispositif qui explique pourquoi le footballeur Cristiano Ronaldo a choisi d’être recruté par la Juventus plutôt que par le PSG.

L’arrivée de gens fortunés dans un pays, rappelons-le, est toujours une aubaine qui profite par le surcroît de dépenses et d’impôts qu’elle occasionne dans le pays en question. Demandez aux Portugais ce qu’ils en pensent !
Ne passons pas à côté simplement pour des raisons idéologiques. Sinon, ce seront encore les Français qui en paieront les frais d’une telle politique démagogique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

19 − 6 =