Alexandre Pébereau fait de Tofane un géant des télécoms


Alexandre Pébereau a de qui tenir ! Malgré son allure juvénile de startupper, le fils de l’ancien président de BNP-Paribas, Michel Pébereau, ESCP de 54 ans, est un vieux routier du capitalisme hexagonal.

Après avoir connu et travaillé pour ce qui se fait de mieux dans l’Hexagone, de Vincent Bolloré à Thierry Breton ou Jean-Marie Messier qui en 2001 l’a envoyé à Rabat pour diriger les 14 000 salariés de Maroc Télécom, Alexandre Pébereau, ex-patron des réseaux internationaux d’Orange, a pris sa liberté sur le tard pour faire, en 2017, de Tofane un géant du service télécom avec 30 milliards de minutes de trafic voix transportées.

Son créneau, une niche hyper spécialisée, « opérateur d’opérateurs télécoms à l’international », un marché de 33 milliards d’euros dans le monde, qui n’intéressait que peu Stéphane Richard et que l’entrepreneur ingénieux a transformé en pépite avec l’appui technique d‘un ingénieur belge. Avec des fonds puisés aux meilleures sources (SCOR, Ciclad ou Trocadéro Capital Partners…), il a fait de Tofane un groupe qui réalise un milliard d’euros de chiffre d’affaires.

Avec 300 collaborateurs sur toute la planète (dont 30 en France), Alexandre jongle avec les fuseaux horaires et les conférences vidéo. Sa vision planétaire est fascinante. Du restaurant branché et iodé de Laurent Gourcuff (Paris Society), La Girafe (au cœur de la Cité de l’Architecture au Trocadéro), il m’explique que malgré les nombreux contrôles sociaux, fiscaux et réglementaires, avoir son siège en France peut s’avérer être « un atout quand vous avez à négocier le rachat d’une entreprise, comme la filiale américaine iBASIS de l’opérateur historique Royal KPN. Les Néerlandais ne voulaient pas des candidats basés dans un pays peu fiable ou dont le financement manquait de transparence également à la manœuvre ! Avec nous en France, ils avaient au moins une sécurité juridique et financière, et dans la zone euro ». Cela méritait d’être dit.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix − trois =