Une position arbitraire qui peut mettre l’économie des Hauts-de-France en difficulté alors que le rapport de l‘ANSES sur la dangerosité de la 5G sortira en mars 2021 !

Alors que le monde développé n‘a qu’une idée en tête, celle de développer à marche forcée l’implantation de la 5G sur ses territoires pour ne pas pénaliser ses industries, Madame Martine Aubry trouve le moyen de faire exception à la règle en mettant un frein unilatéral à l’implantation de cette technologie pour ce qui est de la métropole lilloise,(une position diamétralement opposée d’ailleurs à celle de son premier adjoint Akim Oural). Une telle décision prise au nom du sacro-saint principe de précaution peut mettre la capitale ses Hauts-de-France dans une position délicate notamment à propos de ses futures implantations économiques. Avec un tel boulet technologique, inutile en effet de se battre pour attirer et faire venir à Lille des entreprises.

Sans 5G, nombre d’entreprises industrielles ou de services se sentiront pénalisées et à juste titre par rapport à leurs concurrents installés ailleurs. Lille seule contre tous ?Il sera intéressant à ce sujet de connaître la position de l’ambitieux président de région, Xavier Bertrand, qui ne ménage pas ses efforts pour réarmer industriellement le Nord de la France.


Un tel volte-face à de quoi interpeller, et nos dirigeants seraient bien inspirés d‘arrêter de faire cavalier seul en donnant des leçons au monde entier. Mais simplement de se montrer davantage mesurés d’autant que les premières conclusions en la matière du rapport de l‘Anses sur l’éventuelle dangerosité de la technologie ne sortiront qu‘au printemps. Le Ministère des Telecom s‘est montré de son côté rassurant, s‘engageant à mettre en place un plan de contrôle de la 5G portant sur le niveau d’émission d’ondes électromagnétiques. Pourquoi donc un tel empressement à s’opposer au progrès si ce n‘est pour faire du buzz ou flatter des opinions anti croissance !

Dans le même temps, l’Allemagne annonce vouloir investir 7 milliards d‘euros pour accélérer la mise en place de la 5 G sur son sol. Et une telle décision n‘a pas pu être prise sans quelques garanties sur le plan de la sécurité de ses habitants. Idem pour le Royaume-Uni ou la Suisse, alors que l‘Italie vient d‘ attribuer ses fréquences via un vaste appel d’offres d’ enchères. Quant à la réussite du géant chinois Huawei qui semble effrayer bien des occidentaux, pourquoi ne pas le laisser opérer en Europe à condition de lui imposer, comme le suggère avec réalisme l‘ancien président d‘Orange, Didier Lombard, d‘installer son centre de maintenance en Europe et pourquoi pas en France du côté de Lannion en Bretagne par exemple. On pourrait y recruter les 402 salariés que Nokia (repreneur d‘Alcatel-Lucenr) s’apprête à licencier !
Pour revenir à Lille, le secrétaire d‘Etat chargé du Numérique et des Télécoms, Cédric O s‘est fendu d‘une salve sans équivoque à l’encontre de Madame Aubry qui restera dans les annales, qualifiant cette décision de : « Tartufferie incompréhensible venant de la part d‘une ancienne ministre. Dire qu‘il y a encore des incertitudes sur les fréquences utilisées pour la 5G, c‘est mentir aux Français ! »

Voilà qui est envoyé d‘autant qu’Anne Hidalgo à Paris ou Pierre Hurmic à Bordeaux ont refusé le moratoire. Finalement, un tel cavalier seul met l‘ancienne ministre du travail aux côtés du dogmatique maire de Grenoble, le gauchiste Éric Piolle.

Il ne faudrait pas que la même qui a compromis la compétitivité de nos entreprises industrielles en Europe par un passage obligatoire aux 35 heures soit aussi celle qui pousse notre pays à manquer ou retarder le décisif défi de l’installation la 5G. Alors que tous nos concurrents l‘auraient fait, notre économie ne s‘en remettrait pas. Et la France pourrait vite dire adieu à sa position de pays le plus attractif en Europe pour les investissements étrangers ! Cela s‘est sûr! Défendons nos positions au lieu de s’appuyer sur des chimères.

Robert Lafont

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

un × deux =