L’entreprise We don’t need Roads est née en 2020 pour rassembler des femmes et des hommes d’affaires animés par la volonté de changer les choses ensemble. Ce qui conduit à la création d’un nouveau type d’entreprise agile, libre, écosystémique qui vise à créer de grands projets ayant un impact positif sur la planète et les gens. La jeune pousse est installée dans les Hauts de Seine à Gennevilliers. Entretien avec Maud Thevenot, co-fondatrice.

Entreprendre : Comment les entreprises peuvent-elles repenser leur prise de décisions et prendre en compte l’environnement ?

Maud Thevenot : La transition écologique ne peut plus attendre. Tout le monde est concerné et peut apporter sa pierre à l’édifice. Particulièrement le secteur privé.  Il faut pour cela s’appuyer sur un triangle essentiel : Business/Impact/Innovation, qui s’applique de manière transverse à toute l’entreprise.

Il faut comprendre le lien entre le business et le climat : ce qu’on perd si on ne s’y attaque pas et ce qu’on gagne si on y consacre des ressources cohérentes. C’est pourquoi chez WDNR nous nous appuyons sur notre moteur de changement qui combine, fort de nos expériences dans les grands groupes et les startups, des capacités business, innovation, marque et impact. Les entreprises doivent aujourd’hui se mettre en ordre de bataille pour agir MAINTENANT.

Comme nous le disait Pascal Canfin, député européen et Président de la Commission Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire, lors de notre événement Recon Your Playground : « Il faut que de plus en plus d’acteurs économiques soient neutres en carbone avant 2050. Ce n’est pas avec un passage à l’action en 2049 qu’ils y arriveront. 3 décennies pour tout changer dans une industrie c’est une accélération majeure qui nécessite des actions ambitieuses et concrètes dès maintenant, chaque semaine ». Il est donc impératif pour tous de saisir l’urgence qui s’impose.

Quels sont les types de réglementation imposées aux entreprises ?

En France, différents types de réglementation s’imposent aux entreprises notamment grâce à quelques lois qui ont fortement contribué au développement de la RSE. Les choses ont commencé à prendre un autre tournant en 2001 avec l’article 116 de la loi NRE qui imposait aux entreprises de publier les mesures et activités mises en place en termes de conséquences sociales et environnementales. Un début qui n’a pas réellement impacté le monde des entreprises. Par la suite, les lois Grenelle I & II ont fortement marqué les débuts de la révolution verte dans la législation française. 

D’autres textes ont également renforcé les obligations en matière de RSE comme la loi du 9 novembre 2016 en matière de lutte contre la corruption et la loi du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre. Mais ce qui est intéressant c’est que la législation prend un rôle moteur dans l’évolution des entreprises aujourd’hui – La loi PACTE relative à la croissance et la transformation des entreprises qui incite les entreprises à prendre « en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité », est un début – mais elle a déjà provoqué une accélération impressionnante dans les stratégies RSE, les immatriculations d’entreprises à Mission et les certifications comme le label B Corp. Les packs de lois du Green Deal Européen qui vont installer des standards dans l’économie circulaire et bas carbone dans les 2 à 4 ans à venir, vont également profondément impacter le comportement des entreprises. Maintenir leurs positions sur le marché va devenir un vrai défi, si elles ne prennent pas les devants.

Quelle est la solution et à qui demander de l’aide ?

Il faut trouver comment fédérer et accélérer le secteur privé pour qu’il reprenne sa place dans la société, et devienne une force positive face à la crise climatique. Nous avons créé un système ou le business détruit de la valeur pour en créer, c’est aberrant. 

C’est exactement pour cela qu’avec Guillaume de Vesvrotte, Jeanne Rives et Rija Goldscheider, tous issus de grands groupes et entrepreneurs aux expériences riches et complémentaires, ancrés dans la sustainability depuis longtemps, nous avons lancé We Don’t Need Roads,  un écosystème mondial équipé de capacités de conseil, un One Stop Shop capable de créer, d’équiper et passer à l’échelle toutes les solutions à impact positif, qu’il s’agisse de modèles start-up ou de projets plus institutionnels. Nous aidons aussi la finance et les grandes entreprises à se réaligner pour accélérer leur révolution durable. Le réseau actif compte aujourd’hui plus de 600 experts et partenaires sur toute la planète, triés sur le volet. Nous ne travaillons que ses des pivots d’entreprises ou des projets à impact positif capables d’avoir un effet sur l’état de la Planète et l’Humanité – pour être clair nous fabriquons l’économie de demain.

Quelles sont les valeurs de We Don’t Need Roads ?

L’impact positif c’est comme le digital il y a 10 ans, tout le monde est en train de devenir plus ou moins expert… c’est un grand danger pour le marché, et vu le sujet, pour tout le monde. Nous avons fait le choix de l’excellence, avec des profils très haut niveau qui interviennent sur tous nos sujets en équipes agiles et rapides. Nous sommes avant tout un outil business, si la qualité ou la rentabilité ne sont pas au rendez-vous, les grandes idées ne mènent nulle part.

We Don’t Need Roads ce sont 5 valeurs cardinales : Action, Symbiose, Radicalité, Humanisme et Optimisme.  

L’action comme valeur première car il est temps de passer des mots à des actions concrètes qui vont changer les choses face à la crise climatique. La symbiose ensuite car pour nous la collaboration est la clé de voûte de la réussite, seule capable d’agir à l’échelle et rapidement. La radicalité car il n’y a pas de demi-mesure, il va falloir de l’ambition et du courage pour agir en cohérence avec la crise climatique. L’humanisme car nous ne sommes pas là pour blâmer, ni pour exclure. Nous voulons avoir un impact positif pour tous et avec tous. Enfin l’optimisme car nous croyons que nous pouvons encore faire la différence si nous agissons dès maintenant. Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia dit: “To do good, you actually have to do something.” Alors agissons !  

Quels sont les accompagnements proposés par le studio ?

We Don’t Need Roads est un studio d’impact positif mis à disposition des entreprises, des fonds d’investissement, des start- ups pour établir les enjeux, consolider les plans, les stratégies RSE et business via les expertises propres au studio et à la meute. Cette offre de conseil permet notamment aux entreprises soit d’accélérer leur transformation durable par la création de nouvelles marques, produits ou services  (pour les grands groupes particulièrement), soit d’accélérer leur croissance grâce à un soutien sur les stratégies business et marque (pour les start-ups et scale-ups d’impact particulièrement).

Le studio est équipé d’une meute de plusieurs centaines de partenaires et experts sur toute la planète, que nous mettrons bientôt à disposition des solutions que nous sélectionnons, grâce à une plateforme digitale. Cet outil sera une des 1ères place de marché au monde mettant en relation des projets, des solutions, des start-up d’impact triés sur le volet en fonction de leur réelle chance de changer les choses, particulièrement sur l’écologie et le climat, avec des experts, des compétences de haut niveau, pré-sélectionnés par nos soins. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

neuf − 6 =