(Photo Alex Chan ABACAPRESS.COM)

Par Emmanuel Jaffelin, philosophe, auteur de Célébrations du Bonheur (Michel Lafon)

Tribune libre. Les Ukrainiens en bavent depuis le 25 février 2022 puisque Poutine a lancé la guerre et des chars militaires sur leur pays. Les français ont une expression populaire disant : « 22, vlà las flics ! », les ukrainiens diront peut-être plus tard, dans leur langue ou en russe : « 22, vlà les russes ! ». Ce que les historiens ukrainiens pourront ajouter à cette formule, c’est que l’Amérique, les pays de l’Union Européenne (dont la France et même une partie de la population russe) ont dénoncé cette guerre, certains ont même livré aux ukrainiens des armes (missiles, etc) et de la nourriture , mais ils se sont refusés à y envoyer des soldats pour stopper l’armée russe !

 De là à dire que ces solidaires de l’Ukraine sont « gentils » est  inexact. Je rappelle la définition de la gentillesse. « Etre gentil, c’est rendre service à quelqu’un qui vous le demande[1] ». Or, les Ukrainiens ont demandé à l’Occident, et notamment aux Etats-Unis, d’intervenir militairement, non de leur accorder une aumône !

« Le président ukrainien a réclamé à la fois une aide en matériel militaire et une intervention pour prendre le contrôle du ciel ukrainien afin d »empêcher tout bombardement russe. Il a également demandé un durcissement des sanctions économiques contre la Russie, notamment une interdiction des importations de pétrole et de gaz russes, et la suspension en Russie des cartes de crédit Visa et Mastercard, ont rapporté les élus américains cités par l’AFP – –[2]».  Mais vue la gamelle en guerre des Etats-Unis (Viêt Nam 1961-1975 et Afghanistan 2001- 2021) et vue la jeune ardeur martiale de leur président Biden (79 ans) , il s’avère clair que les soldats américains n’y interviendront pas, sauf, peut-être (trop?) très tard !

« Biden demande aux américains de quitter l’Ukraine maintenant face au risque de guerre[3] ». Plutôt faire partir les américains de l’Ukraine  que de les y faire venir. Certes, il s’agit de civils américains installés en Ukraine dans le premier cas. Mais les militaires ne doivent visiblement pas plus se risquer à mourir  que les civils selon cette nouvelle vision américaine et européenne, donc occidentale, tant il est vrai que les pays de l’U.E ne font pas mieux que l’U.S.A. La commission[4] de l’UE décide ainsi d’accueillir « temporairement » les ukrainiens ayant fui leur pays ; et elle « prête » aussi de l’argent . Le parlement européen vote ainsi d’accorder un prêt de 1,2 milliards d’euros à l’Ukraine: la logique est celle du fric ! S’achève ainsi l’idée du militaire allemand Clausewitz selon qui « la guerre, c’est la politique poursuivie par d’autres moyens ». Or, si l’Occident, qui voulait intégrer l’Ukraine à l’ouest, fait de la diplomatie, il ne fait plus la guerre, donc ne fait plus de politique (internationale) et n’évite donc pas la guerre et l’entrée des chars russes en Ukraine !

Cherchons l’erreur : qui ne veut pas la guerre, la rencontre. Se vis pacem para bellum ! Tout fout le camp. La passivité post-moderne occidentale l’emporte sur le bellicisme antique et médiéval !

L’Ukraine apprend devant la mollesse occidentale qu’elle doit se sortir seule de cette situation. Proverbe ukrainien :  Qui remue le passé perd un œil ; qui l’oublie perd les deux[5] ».  Moralité : l’Occident s’aveugle !

Emmanuel Jaffelin


[1]– Définition donnée par Emmanuel Jaffelin dans son Petit éloge de la Gentillesse (editions François Bourin, p29 et, éditions J’ai Lu, p44 )

[2]– https://www.rfi.fr/fr/europe/20220305-ukraine-face-aux-%C3%A9lus-am%C3%A9ricain-zelensky-demande-des-avions-et-une-zone-d-exclusion-a%C3%A9rienne

[3]– Le Figaro, le 11/02/2022.

[4]– La commissioon de l’UE Décida le 2 mars 2022 d’activer la directive européenne relative à « la protection temporaire »pour aider rapidement tout personne fuyant la guerre en Ukraine.

[5]-Mille et un proverbes de l’Ukraine (1889 )

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

12 + un =