Selon Ethic, le recouvrement des cotisations de l’Agirc-Arrco par l’URSSAF va nuire aux entreprises

Communiqué d’ETHIC (Entreprises de Taille Humaines Indépendantes et de Croissance)

Le mouvement patronal ETHIC (Entreprises de Taille Humaines Indépendantes et de Croissance) dénonce le recouvrement des cotisations de l’Agirc-Arrco par l’URSSAF.

Au-delà de toute suspicion de financement de l’Etat, cette mesure va nuire aux entreprises factuellement :

  • En pénalisant la trésorerie de nos entreprises. La récupération par l’URSSAF oblige à verser les cotisations le 5 de chaque mois au lieu du 25. Cette anticipation fragilise encore les co mptes (PGE, l’inflation, le coût de l’énergie, etc.)Au total, l’avance de fonds est estimée à 6 milliards d’euros !
  • Le besoin de reprogrammer tous les logiciels de paie. L’Agirc-Arrco est actuellement doté de logiciels permettant de vérifier les erreurs au niveau individuel dans chaque entreprise, en fonction des accords de branche et de son statut, et de corriger dès le mois suivant le cas échéant.
  •  
  • Danger !L’URSSAF traitera les dossiers sans avoir cette finesse d’analyse tout en complexifiant le dialogue. Ce changement implique donc du temps et un coût non négligeable pour tout réadapter. D’éventuelles erreurs ne seront plus détectées aussi rapidement et les salariés en subiront les conséquences.
  • Le manque de dialogue Les contrôles de l’URSSAF ne se font que tous les trois ans, en plus d’être répressifs. L’URSSAF ne possède pas la capacité à renseigner et conseiller les entreprises comme l’Agirc-Arrco rapide et non répressif

« Le manque de transparence de l’URSSAF inquiète les entrepreneurs. Et comment présager de l’utilisation des fonds captés par les futurs gouvernements ? Nous ne pouvons pas cautionner une mesure réalisée à marche forcée qui risque de pénaliser le patrimoine de tous les Français ! » : déclare Sophie de Menthon, Présidente d’ETHIC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

cinq × quatre =