Elisabeth Borne, Ministre du Travail est pressentie pour succéder à Jean Castex à Matignon (Photo Christophe Michel/ABACAPRES)

L’écart se creuse pour Macron !

Ce jeudi, le rolling OpinionWay annonce 53% d’intentions de vote pour Emmanuel Macron et 47% pour Marine Le Pen. L’écart se creuse par rapport au baromètre d’hier du même institut qui a également interrogé les sondés sur leur souhait de victoire.

Seulement 38% souhaitent voir gagner Emmanuel Macron et 31% voir gagner Marine Le Pen. Les deux sujets les plus importants dans leur choix sont le pouvoir d’achat et la protection sociale, suivis de la sécurité, de l’immigration et de l’emploi.

Concernant les reports de voix, 41% de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon sondé a l’intention de voter pour Emmanuel Macron, 24% pour Marine Le Pen, le reste (35%) compte s’abstenir.

Le sondage rolling Ipsos-Sopra Steria pour Le Parisien et France Info de ce mercredi, donnait un écart de 10 points entre les deux candidats qualifiés au deuxième tour de l’élection présidentielle. Emmanuel Macron est crédité de 55% d’intentions de vote, Marine Le Pen de 45%.

Un écart supérieur à celui annoncé par les enquêtes d’opinion de ces derniers jours. Le vote des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, sans doute déterminant, est partagé: 37% pensent voter pour Emmanuel Macron, 18% pour Marine Le Pen et 45% comptent s’abstenir.

En visite sur les terres d’Edouard Philippe

Emmanuel Macron, s’est rendu au Havre, à la mi-journée. Il a été accueilli par son ancien Premier ministre et soutien à l’élection présidentielle, Edouard Philippe. Au programme de sa visite sur le thème de l’écologie: découvrir les opérations d’un navire porte-conteneurs, au port du Havre, déplacement à l’usine de production d’éoliennes en mer Siemens Gamesa, puis une prise de parole devant les salariés et les apprentis.

Le président sortant s’est prêté, aussi à une interview auprès de journalistes de l’antenne locale de France Bleu et de leurs auditeurs. « Quand on parle d’écologie, on crée de l’emploi. Nous prévoyons 50 parcs éoliens, d’ici 2050, mais jamais nous ne mettrons des éoliennes en mer, sans concertation avec les chercheurs, scientifiques et pêcheurs.”

Emmanuel Macron a rappelé, également, sa volonté de fixer un minimum de pensions de retraite à 1.100 euros, pour les carrières complètes et d’indexer les pensions sur l’inflation dès cet été. Enfin, il va a annoncé une revalorisation du Smic dans les semaines qui viennent

Le Havre a voté à plus de 30% pour Jean-Luc Mélenchon lors du premier tour de l’élection présidentielle, et à 27,5% pour Emmanuel Macron. Il s’agit donc, pour ce dernier, de convaincre la gauche de lui accorder son suffrage pour le deuxième tour.

Emmanuel Macron prépare son débat…

Des cadres de la campagne d’Emmanuel Macron ont confié, à France Info, des pistes sur la manière dont le président sortant allait aborder son débat face à Marine Le Pen, prévu mercredi 20 avril.  Dès lundi, le candidat va s’entourer de son équipe pour des répétitions et des préparations de fiches. La stratégie consistera davantage à attaquer son adversaire, « calmement, en évitant les attaques ad hominem”. Il s’agira de trouver les failles dans son programme et d’écorner son discours sur le pouvoir d’achat. Enfin, Emmanuel Macron cherchera à séduire l’électorat de gauche, « sans se renier » pour autant.

La rumeur s’amplifie…

De nouveaux proches du président sortant se sont confiés au magazine Le Point sur l’éventualité de voir Elisabeth Borne, l’actuelle ministre du Travail, à Matignon, dans le cas d’une réélection d’Emmanuel Macron. Un ex-Les Républicains rallié au parti présidentiel affirme:  “L’actuelle ministre du Travail est femme et polytechnicienne. Elle vient de la gauche, communique peu et elle sera Première ministre si Emmanuel Macron l’emporte. Les deux réformes impossibles, menées durant ce quinquennat, celles de la SNCF et de celle de l’assurance-chômage, c’est elle!”

Jean Castex “en campagne” à la Réunion

Le Premier ministre, Jean Castex, se rend, ce jeudi, à la Réunion, en tant que soutien du candidat Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. A son arrivée, il a déclaré à la presse: “Je souhaite m’adresser à ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon (ndlr: 40,3% dans cette région) et aux abstentionnistes. La Réunion, c’est une terre de différences, de cohabitation, d’ouverture. On ne peut pas faire le choix du repli avec le camp de Marine Le Pen.”

“Continuer à financer du progrès social”

Sur le plateau de TF1, Emmanuel Macron a défendu sa réforme des retraites: « Je veux qu’on puisse continuer à financer du progrès social et je veux que nos retraités vivent mieux. Donc, il y a deux choses très importantes que je veux faire. La première c’est, dès cet été, par une loi exceptionnelle pour le pouvoir d’achat, je veux qu’on puisse augmenter les retraites de 4%.”

“Deuxième chose, je veux pouvoir passer la retraite minimale, pour nos retraités qui ont une carrière complète, comme on l’a fait pour les retraites agricoles, à 1.100 euros par mois. Pour financer ces progrès, ces mesures de justice, je ne mens pas aux Français.”

“Je ne leur explique pas qu’on va baisser les choses, faire des cadeaux sans expliquer comment les financer. Il est donc légitime de dire, comme on ne va pas baisser le pouvoir d’achat en augmentant leurs cotisations, que l’on va travailler un peu plus longtemps, mais on va le faire progressivement et intelligemment.”

Pour une réforme de l’espace Schengen

Sur TF1, Emmanuel Macron a indiqué qu’il souhaitait réformer l’espace Schengen: « Cet espace dont il ne faut surtout pas sortir comme l’extrême-droite le propose, mais qu’il faut réformer en lui donnant d’abord les moyens de mieux protéger ses frontières extérieures.

“Il faut mieux protéger nos frontières avec plus de forces communes et des coopérations entre nos gouvernements. Il faut une accélération des procédures. Notre ennemi, c’est la lenteur. Quand des personnes qui n’auront jamais l’asile chez nous, qui n’auront pas de titre, passent des mois, parfois des années, sur le sol européen, avant d’être considérées, ne pouvant pas rester chez nous, c’est trop long.”

“La volonté d’associer tous les talents”

Sur TF1, Emmanuel Macron a insisté sur sa pratique du pouvoir: « Vous m’avez vu fonctionner durant ces cinq dernières années. Je suis le seul président de la Vème République qui a nommé deux premiers ministres qui n’étaient pas à mes côtés dans le combat d’il y a cinq ans. J’ai la volonté d’associer tous les talents qui ont la volonté d’agir.”

 « Est-ce que vous êtes féministe? »

Ce mardi soir, à Strasbourg, Emmanuel Macron a été interpellé par une jeune femme portant le voile. Dans une courte séquence relayée par BFMTV, la jeune femme lui demande: « Est-ce que vous êtes féministe ? » Emmanuel Macron lui répond que « oui » et s’approche d’elle. « Vous êtes féministe? Vous êtes pour l’égalité homme-femme? » demande-t-il à son tour. La jeune femme confirme.

« Je peux me permettre d’être indiscret? Vous portez un voile par choix ou c’est imposé? », demande alors Emmanuel Macron. « C’est par choix, totalement par choix, Monsieur », répond la femme. Et le président sortant de conclure: « Avoir une fille, à Strasbourg, qui porte le voile, qui dit: “est-ce que vous êtes féministe?”, c’est la meilleure des réponses à toutes les bêtises que j’entends. Parce que de l’autre côté, il y a Madame Le Pen qui dit: “Le voile sera interdit sur la place publique avec moi”. »

« Je continuerai de baisser les impôts”

Au 20h de TF1, Emmanuel Macron a déclaré: « Je continuerai de baisser les impôts dans le quinquennat qui vient. J’avais pris l’engagement de les baisser, je l’ai fait. J’ai même été au delà de mon engagement, malgré les crises, malgré les difficultés. Les impôts baisseront.”

La mise en garde de Bruno Le Maire

Ce mercredi, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, défendait le bilan et le programme d’Emmanuel Macron sur RTL: “Notre pays  est tout proche du plein-emploi et notre projet est financé. C’est tout le contraire du programme de Marine Le Pen, notamment sa quasi-absence de mesures sur le climat. Le Rassemblement National, c’est une France rétrécie, qui a peur, qui perd son esprit de conquête, c’est celle de Marine Le Pen. Une France qui tourne le dos à ses partenaires européens, c’est celle de Marine Le Pen. Une France qui fait des propositions qui ne sont pas financées et qui vont finalement appauvrir les catégories populaires, c’est la France de Marine Le Pen.”

Sur la montée de l’extrême-droite…

Sur BFMTV, ce matin, François Bayrou s’est exprimée sur la montée de l’extrême-droite: « Evidemment, les gouvernants ont une part de responsabilité dans la montée de l’extrême droite. Emmanuel Macron,  tous ceux qui l’ont précédé et ceux qui le soutiennent ont, aussi, une part de responsabilité. Mais ce n’est pas le principal auteur de la difficulté dans laquelle nous sommes. Nous avons, tous ensembles, les hommes politiques et les médias, la majorité et l’opposition, nous avons tous ensemble échoué à cicatriser quelque chose dans la société française.”

L’incarnation de Valérie Pécresse

Le président des Centristes, alliés des Républicains, Hervé Morin, s’exprimait, après le premier tour de l’élection présidentielle: « Je voterais Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle. Je ne considère pas que le score de Valérie Pécresse correspond aux scores de notre famille politique. Les Républicains continueront d’exister.”

“C’est le phénomène de vote utile, qui a fait partir des électeurs de Pécresse vers Macron, dès le premier tour, mais aussi autre chose… La présidentielle, c’est une incarnation et quand le courant ne passe pas avec l’incarnation, après la catastrophe du meeting du Zénith, vous avez beau vous raconter ce que vous voulez, avec le meilleur projet, les meilleures idées, eh bien, ça ne fonctionne pas.”

La Grande Mosquée de Paris pour Macron

C’est au tour de la Fédération de la Grande Mosquée de Paris de rendre public son soutien au candidat Emmanuel Macron en vu du deuxième tour de l’élection présidentielle qui l’opposera à Marine Le Pen, le dimanche 24 avril. Sur les réseaux sociaux de la Grande Mosquée de Paris, un communiqué simple a été publié, ce mercredi, et relaie cet appel, se terminant par ces mots “Le choix des valeurs républicaines”.

Génération.s appelle à voter Macron

Dans un communiqué de Génération.s, le mouvement, fondé par Benoît Hamon, en 2017, appelle à voter Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen: “Nous devons choisir, le 24 avril, non pas entre deux projets, deux propositions politiques équivalentes, mais entre la politique et son anéantissement moral, politique et idéologique.”

“Le score de Jean-Luc Mélenchon et sa capacité à mobiliser la jeunesse, les habitants des quartiers populaires, à faire revenir aux urnes celles et ceux qui le avaient délaissées, à fédérer le peuple de gauche dans un ‘vote utile’, montrent que la gauche et l’écologie sont bien vivantes dans les coeurs et les esprits.”

“Le résultat de Jean-Luc Mélenchon donne à l’Union Populaire la légitimité et la responsabilité d’organiser un cadre de rassemblement et de mobilisation pour les élection législatives. Nous appelons à une coalition et à une cohabitation de nos voeux. Génération.s s’engage à répondre favorablement aux initiatives et aux propositions qui iront dans ce sens.”

“Le vote de Le Pen ne peut pas être une option »

Sur France Info, ce mercredi, Manuel Bompard, député européen et directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, s’est expliqué: “Le vote de Marine Le Pen ne peut pas être une option pour un électeur de Jean-Luc Mélenchon. Je comprends que l’on soit en colère contre Macron, mais ne faites pas cette erreur. Le programme de Le Pen ajoute une stigmatisation religieuse et raciale. On ne peut pas être d’accord avec ça. Madame Le Pen essaye de se présenter comme la candidate du social, du pouvoir d’achat, mais ses propositions sont du maquillage.”

« Ne commettez pas l’erreur de voter Le Pen!”

Invité de RTL, ce mardi, le porte-parole de La France Insoumise, Adrien Quatennens, a lancé un appel aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, dont près d’un tiers pourraient voter pour Marine Le Pen:

 « Je leur dit: Ne commettez l’erreur de voter Le Pen! Mais jamais nous ne vous tordrons le bras pour voter à tout prix pour Macron, vous avez le choix. Vous pouvez voter pour lui, si vous considérez qu’il faut le faire, vous pouvez rester à la maison, c’est votre droit le plus complet.”

Conseil national au Parti socialiste

Le Parti Socialiste réunira son Conseil national, dans une semaine, après le score historiquement bas d’Anne Hidalgo (1,8%) au premier tour de l’élection présidentielle, ce dimanche. Un cadre du parti s’est adressé à l’Agence France Presse: « En aucun cas, ce ne sera un Conseil national de règlement de comptes. Il s’agira, avant tout, de se concentrer sur les législatives.”

Près de 300 membres du parti sont attendus à ce Conseil, qui devrait être l’occasion de mettre en place “un comité politique stratégique de campagne des législatives”, chargé de définir une stratégie. Dans ce comité devraient siéger Olivier Faure, Anne Hidalgo, mais aussi Carole Delga, Johanna Rolland et d’autres figures importantes du parti.

Meeting d’entre-deux-tours pour Marine Le Pen

La date a été annoncée dès le lendemain du premier tour: Marine Le Pen donnera son premier meeting d’entre-deux-tours, ce jeudi, à Avignon. L’événement débute à 17 heures mais il faudra attendre 18h30 pour suivre le discours de la candidate du Rassemblement National qualifiée au second tour de l’élection présidentielle.

« Je veux souffler un nouveau vent de liberté »

La candidate du Rassemblement national était l’invitée de Caroline Roux aux 4 Vérités de France 2 ce matin et elle rappelle vouloir mettre en place le Référendum d’Initiative Citoyenne et la proportionnelle si elle est élue le 24 avril. « Je veux rendre le pouvoir au peuple et faire souffler un nouveau vent de liberté et de démocratie », a-t-elle assuré.

“Transformer le débat politique en guerre civile”

Sur CNews, Robert Ménard, le maire de Béziers et soutien de Marine Le Pen, a vivement critiqué  les discours alarmistes autour de la candidate du Rassemblement National: « On peut être en désaccord avec l’un ou l’autre sans faire de Marine Le Pen une nouvelle incarnation du diable, du mal, de la nuit qui envelopperait la France. On peut arrêter d’être ridicule! Moi, je suis en désaccord avec Marine Le Pen sur un certain nombre de points, on peut le dire sans pour autant transformer les gens en ennemis. On a un don, en France, pour transformer le débat politique en guerre civile!”

« Marine Le Pen et ses prêts bancaires…

Dans sa conférence de presse, Marine Le Pen a parlé des prêts contractés par son parti, dans les dernières années, auprès de banques russes et hongroises pour financer des campagnes. « Je suis totalement indépendante de tout lien, de toute puissance, de cabinet de toutes nationalités, d’ailleurs. J’ai effectué un prêt à une banque russe, car je n’ai jamais réussi à obtenir un prêt, ni en France, jusqu’à présent, ni en Europe. »

“Je ne pense pas que les banques tchèques ou les banques tchéco-russes prennent leurs ordres auprès des dirigeants russes, comme je n’ose pas imaginer ou je ne veux pas croire que les banques françaises prennent leurs ordres auprès du président de la République française.”

Une conférence de presse mouvementée...

Pendant la conférence de presse de Marine Le Pen, sur sa politique étrangère, de nombreux évènement se sont passés. D’abord, une question lancée par un homme depuis la salle: “Vladimir Poutine voudrait savoir pourquoi vous ne lui répondez plus?” A laquelle Marine Le Pen a répondu : « Vous êtes un provocateur, j’ai autre chose à faire que de vous répondre ».

Plus tard, une femme a brandi une pancarte montrant une poignée de main entre Marine Le Pen et Vladimir Poutine. La personne a été sortie de la salle, manu militari, comme le montre une vidéo partagée par un journaliste de Radio Classique. Enfin, des tracts humoristiques ont été distribués, moquant les relations de la candidate avec le chef d’Etat Russe.

La stratégie “brutale et agressive” de Macron

Sur BFMTV, Marine Le Pen, a vivement critiqué la stratégie d’Emmanuel Macron qui multiplie les attaques, adoptant une stratégie « brutale et agressive »: “On confronte des opinions divergentes mais on peut le faire dans la courtoisie.”

“Une élection ne se joue pas sur un débat »

La candidate du Rassemblement National, Marine Le Pen, estime que tout ne se jouera pas sur le débat de l’entre-deux tours, particulièrement attendu par les Français : « C’est un moment important, mais une élection ne se joue pas uniquement sur un débat. Elle se joue sur l’intégralité de la campagne. Et elle se joue sur le projet et sur la personnalité. »

“Le voile est contraire à nos valeurs »

Interrogée sur le voile, Marine Le Pen a développé, sans détours, son avis sur le sujet : « Je pense que le voile est tout à fait contraire à nos valeurs. Je pense que c’est tout à fait contraire au respect qui est dû aux femmes. Je pense que c’est un uniforme qui est imposé par les islamistes. Je pense que l’objectif, en réalité, c’est de faire pression sur celles qui n’en portent pas et que le fait de ne pas en porter isole, parce qu’elles sont pointées du doigt.”

Sur l’utilisation du voile en France…

Sur BFMTV, Jordan Bardella, président par intérim du Rassemblement National, a pointé du doigt l’utilisation du voile en France: « Le voile n’est pas souhaitable dans notre société et il est une contestation de l’égalité entre les hommes et les femmes. Le voile est devenu l’instrument politique des fondamentalistes islamistes pour imposer une pression et marquer une différence entre les hommes et les femmes.”

Ni Éric Zemmour et ni Marion Maréchal…

Sur BFMTV, Marine Le Pen a assuré qu’elle saura s’entourer pour gouverner: « Moi, je n’offre pas un gouvernement de techniciens. Je lancerai un gouvernement de politiques, de gens qui savent où ils vont. J’ai écarté l’idée de nommer Éric Zemmour et Marion Maréchal dans mon futur gouvernement. J’ai une certaine vision de la pratique du pouvoir. Je suis candidate à l’élection présidentielle.”

“Je nommerai un Premier ministre et c’est lui qui constituera son gouvernement. Encore une fois, je pense que personne ne vous annonce qui sera son Premier ministre. Ce n’est jamais arrivé, donc ça n’arrivera pas à ce jour. Ce que je veux dire aux Français, c’est que ce sera un politique qui saura gérer une équipe et qui respectera la cohérence du projet que je lui aurais soumis, qui aura été validé par les Français, parce que c’est ça l’important.”

“Une complaisance à l’égard de l’islamisme »

Interviewée sur France2, dans l’émission “Les 4 vérités”, Marine Le Pen a déclaré, sur le candidat malheureux de La France Insoumise: « Je trouve que Jean-Luc Mélenchon, dans les dernières années, lui qui était très attaché à la laïcité, a dérivé vers une complaisance à l’égard de l’islamisme, et tous ses électeurs ne sont pas sur cette ligne-là. Mais certains des électeurs de l’Union populaire étaient des islamogauchistes.”

Une TVA à 0% sur un panier de 100 produits

Toujours sur France2, Marine le Pen, la candidate du Rassemblement National, a parlé du panier de 100 produits: “Le but serait de garantir aux plus modestes l’accès aux produits de première nécessité, à des prix raisonnables. On n’aura aucune difficulté à obtenir l’accord de l’Union Européenne qui a indiqué, il y a quelques jours, qu’elle était plutôt favorable à baisser la TVA sur les produits de première nécessité compte tenu de l’inflation. Je souhaite également abaisser la TVA de 20% à 5,5% sur les énergies (électricité, gaz et carburants).”

Marine Le Pen sur l’après-guerre en Ukraine

Ce jeudi matin, sur France2, Marine Le Pen s’est exprimé sur l’Ukraine: “Quand un traité de paix aura été signé, il faudra faire en sorte que l’Otan reprenne des contacts avec la Russie. L’Occident aurait beaucoup à perdre à ce que la Russie s’associe avec la Chine sur le long terme. Quant aux massacres de Boutcha et Marioupol, ce sont, à l’évidence, des crimes de guerre et je refuse d’utiliser le terme de génocide, à ce moment-là du conflit.”

 Le Pen taxe Macron d’autoritarisme.

Au lendemain de la déclaration d’Emmanuel Macron l’accusant de “dérive autoritaire”, Marine Le Pen répond: « On a jamais eu un président qui a fait preuve d’autant d’autoritarisme qu’Emmanuel Macron, qui est l’homme de la répression brutale de toutes les manifestations. Sur la liberté de la presse, il n’a pas de leçon à donner car la France est le 34ème pays dans le classement de Reporter sans frontières.”   

Des “réserves” sur la profession de foi…

La CNCCRP (Commission en charge du contrôle de la campagne présidentielle,en lien avec le Conseil constitutionnel) avait épinglé deux assertions présentes sur la profession de foi de la campagne du Rassemblement National: « L’islamisme progresse et l’insécurité s’accroît avec 31 % d’agressions volontaires* depuis 2017 » et « l’immigration explose avec 1,5 million d’entrées* depuis 2017 ».

Ces deux chiffres étaient indiqués provenir du ministère de l’Intérieur. C’est sur ce sourçage que la CNCCEP émet des doutes: le premier chiffre inclut, en effet, les violences intra-familiales, tandis que le deuxième n’inclut pas les sorties du territoire.

Cependant, la commission a annoncé qu’elle validait cette profession de foi en émettant simplement des réserves, devant l’impossibilité matérielle de procéder à une nouvelle impression des déclarations, en raison de la pénurie de papier et refusant d’exposer les électeurs au risque de ne pas disposer d’un exemplaire écrit des déclarations pour les deux candidats ».

Appel à faire barrage à l’extrême droite

Dans un mail, que s’est procuré l’AFP, envoyé, ce mercredi, à 42.000 étudiants et à 4.000 membres du personnel de l’université de Nantes, .Carine Bernault, explique:

“Parce que les fondements de notre société sont en cause, je vous appelle solennellement à voter, le 24 avril, pour faire barrage à l’extrême-droite et donc au Rassemblement national. Quel que soit le résultat le 24 avril, vous pouvez compter sur mon engagement pour défendre nos valeurs.”

Ce procédé a rapidement été condamné par la sénatrice Les Républicains de Loire-Atlantique, Laurence Garnier, pour qui: “l’utilisation des fichiers étudiants à des fins électorales par sa présidente est parfaitement inappropriée”.

Le président, par intérim, du Rassemblement National, soutien de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle, Jordan Bardella, a vivement critiqué, sur Twitter, “l’appel à faire barrage au Rassemblement National », adressé par la directrice de l’université de Nantes, aux étudiants et au personnel:

“La prise de position de la présidente de l’université de Nantes, en violation des règles de neutralité qu’impose sa fonction, est une faute lourde. Les étudiants ont raison de s’en scandaliser. Soyez libres: ne vous laissez pas dicter vos choix par les amis d’Emmanuel Macron!”

“Capable d’appliquer 10% de la loi

Sur BFMTV, dans le débat qui l’opposait au ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, Jordan Bardella, président par intérim du Rassemblement National, a déclaré: « Si les pays de départ nous envoient leurs « indésirables » et ne veulent pas les reprendre, nous couperons l’aide au développement.”

“Les OQTF (Obligation de quitter le territoire français) devaient quitter le territoire dès la prononciation de l’obligation par la justice. Près de 90% des obligations de quitter le territoire français ne sont pas exécutées. Avec vous, tout le monde rentre en France mais personne ne sort. Vous, le ministre de l’Intérieur, n’êtes capable que d’appliquer 10% de la loi.!”

Pour La Sorbonne: « Ni Macron, ni Le Pen! »

L’université de la Sorbonne, à Paris, est occupée à 80% par les étudiants. C’est une décision prise à la majorité, lors de l’Assemblée générale des étudiants, “pour montrer qu’il y a une voix qui ne s’est peut-être pas fait entendre pendant les élections ».

« Ni Macron, ni Le Pen!”, c’est le nouveau slogan des étudiants qui souhaitent faire entendre leur mécontentement, après la qualification d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, au second tour de l’élection présidentielle.

Etudiants, lycéens et militants antifascistes ont décidé de ne pas quitter les lieux avant le second tour. L’arrêt des cours a été voté jusqu’à lundi. France Bleu rapporte que des négociations sont en cours entre les occupants, le rectorat, et la présidence de La Sorbonne.

Des étudiants bloquent Sciences Po Paris…

Le bâtiment de Sciences Po Paris est bloqué, depuis très tôt ce matin, par environ 150 étudiants. Les cours de la journée ont été annulés. Après ceux de la Sorbonne, les étudiants de Sciences Po Paris se mobilisent, à leur tour, pour protester contre les résultats du premier tour de l’élection présidentielle. « Non à l’extrême-droite », peut-on lire devant Sciences Po, ou encore « Féministes antifascistes ». De leur côté, les étudiants mobilisés de la Sorbonne se sont réunis en une nouvelle assemblée générale pou décider de la suite des actions.

Bernard Pace

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

un × 2 =