Les entreprises se sentent parfois bien seules face aux multiples problématiques commerciales auxquelles elles doivent faire face au quotidien. Certes, toutes sont au courant du secours que peuvent leur apporter les avocats en cas de litige avéré ou de procédure lourde. Mais peu imaginent à quel point les avocats peuvent davantage jouer un rôle de conseil stratégique.

Un large champ de domaines de compétences

En matière de conseil, les services de l’avocat s’adaptent à tous les grands défis de la vie d’une entreprise, de la création à la cession, voire la liquidation. Et en matière contentieuse, les avocats représentent des soutiens souvent indispensables pour défendre les intérêts de l’entreprise, tant face aux concurrents déloyaux, que face aux clients indélicats ou aux prestataires agressifs.

Un professionnel à l’écoute de l’entreprise

A quoi ressemble l’avocat idéal selon les 285 directeurs juridiques interrogés par le Cercle Montesquieu, association de directeurs juridiques, et le cabinet Gide ? Disponible, à l’écoute (62 %), synthétique (48 %), il doit respecter le budget de son client (22 %). Le retour sur investissement de l’avocat est l’élément central de la relation qu’il entretient avec l’entreprise qui lui a accordé sa confiance. Une bonne cohésion entre les avocats d’une même structure est aussi appréciée par les clients. Certains cabinets depuis maintenant plusieurs années ont réorganisé leurs départements en pôles consacrés aux secteurs d’activité de leurs clients. En plus des analyses juridiques, les entreprises espèrent vivement que ces experts comprennent les mécanismes de leurs organisation (48 %) et secteur d’activité (33 %). D’ailleurs, 59 % des répondants sont prêts à payer pour des formations juridiques réservées à leurs équipes surtout sur la mise en conformité. Logiquement, les dossiers les plus externaliser concernent le contentieux, les juristes d’entreprise n’ayant pas le droit de plaider sauf devant les tribunaux de commerce. 52 % des directeurs juridiques confient aussi aux avocats leurs opérations de fusions-acquisitions nécessitant souvent d’importants moyens. Enfin, l’innovation est aussi un critère distinctif non négligeable. Les cabinets d’avocats proposant un accès à des bases de données de jurisprudence, à des outils d’aide à la décision (35 %) ou à des contrats standards automatisés (34 %) seront privilégiés.

Les avocats sollicités en période de post-confinement

Le barreau de Paris a mis en place un groupe de médiation d’urgence au service des justiciables en difficulté dans le domaine des entreprises, afin de répondre à leur besoin de résolution rapide et amiable des différends qu’ils rencontrent durant la période du Covid-19. Ce groupe de médiation d’urgence donne l’opportunité aux entreprises de construire par elles-mêmes, avec l’aide d’un médiateur, une solution à tous leurs conflits internes ou en relation avec leurs partenaires, associés, co-contractants, dirigeants, salariés, bailleurs, notamment :

  • la rupture brutale de relations commerciales ;
  • les difficultés et la rupture au titre de la sous-traitance ;
  • les problèmes de paiement de loyers et charges liés aux baux commerciaux afférents à l’outil d’exploitation ;
  • les conflits entre associés de sociétés commerciales et/ou entre dirigeants et/ou salariés ;
  • les problèmes urgents de discriminations, inégalités de traitement, harcèlement, souffrance au travail, problèmes en matière de sécurité et hygiène etc.

Plus d’informations sur www.mediation.avocats.paris/mediation-inter-intra-entreprise-covid-19

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

15 − treize =