Photo Eliot Blondet / ABACAPRESS.COM

L’appel du pied d’Emmanuel Macron

Dans une interview donnée au Figaro et publiée ce mercredi soir, Emmanuel Macron a redit son combat contre les extrêmes et il a donné les grandes lignes des cinq années à venir s’il est réélu. Interrogé sur Nicolas Sarkozy, afin de savoir s’il espérait son soutien et s’il envisageait de travailler avec lui, il a répondu:

« Je suis donc prêt à travailler avec tous ceux qui croient en mon projet et qui veulent m’aider à le mettre en œuvre. Sur la question du travail et du mérite, pour ne prendre qu’un exemple, je me retrouve dans ce qu’a défendu le président Sarkozy. »

Certains prendraient ces propos pour un appel du pied, pour d’autres, ce serait une manière de cajoler Nicolas Sarkozy en vue d’obtenir son soutien. L’ancien président de la République soutiendra-t-il publiquement Emmanuel Macron ? C’est l’un des sujets importants de cette campagne présidentielle 2022.

Alors que Nicolas Sarkozy n’a rien fait pour soutenir Valérie Pécresse, la candidate Les Républicains, dans sa quête de l’Elysée, l’ex-chef de l’Etat pourrait prendre position en faveur du président-candidat mais avant le premier tour, cela semble quand même peu envisageable.

Depuis le début du dernier quinquennat, alors qu’ils étaient toujours en liens réguliers, Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy n’ont pas toujours eu des relations au beau fixe. Pourtant, l’actuel président sait qu’il ferait exploser la droite en faisant se rallier l’ancien patron de l’UMP à son projet.

“Le catastrophisme, ça ne fonctionne plus”

Sur TF1, face à François Lenglet qui estimait que les marchés boursiers s’inquièteraient d’une arrivée de Marine Le Pen au pouvoir, la candidate du Rassemblement National lui a répondu. “Le catastrophisme, qui consiste à dire que si Emmanuel Macron ne sera pas réélu, ce sera un drame, ça ne fonctionne plus. Le projet que je présente, c’est un projet sérieux. C’est un projet qui soutient les entreprises (TPE/PME).”

“C’est un projet qui rend leur argent aux Français, qui effectivement fait des choix de rendre, par l’intermédiaire de baisses d’impôts pour les familles, les personnes âgées ou pour les jeunes, leur argent aux Français, de faire baisser leurs dépenses contraintes. Parallèlement, je fais des économies: la lutte contre les fraudes, la lutte contre l’immigration, la baisse de la contribution nette à l’Union Européenne. »

Marine Le Pen et le pouvoir d’achat

Interrogée, sur TF1, sur ses premières mesures en cas d’accession à l’Élysée, Marine Le Pen, s’est expliqué: “Nous nous concentrons essentiellement sur le pouvoir d’achat, avec une baisse de la TVA de 20% à 5,5% sur l’énergie, notamment les carburants, et l’annulation des hausses sur le carburant décidées en 2017 et 2018. Si je suis élue, un panier de produits de première nécessité avec une TVA à 0% sera instauré.”

Le futur gouvernement de Marine Le Pen

Interrogée, ce jeudi matin, sur RTL, quant à l’équipe qui l’entourerait en cas de victoire à l’élection présidentielle, Marine Le Pen, du Rassemblement National, a répondu: « Je vais gouverner dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale, avec des gens avec qui je travaille et qui ont contribué à constituer le très beau projet que j’ai présenté aux Français, mais également avec des gens qui me rejoindront, soit avant, soit après le second tour. J’ai une liste de gens et mon problème sera de choisir beaucoup plus que de trouver. Il y a beaucoup de gens, dans la politique comme dans la société civile, qui partagent les grandes options que je défends, de souveraineté nationale, de réindustrialisation.

Quant au Premier ministre, j’ai ma petite idée! Un gouvernement avec des ministres de gauche, cela est possible. Je pourrais avoir des gens qui viennent de la gauche chevènementiste, d’une gauche souverainiste qui défend la réindustrialisation, la défense de nos grandes industries. Il y a beaucoup de gens de gauche qui sont attachés à la laïcité, à l’école et à la Haute fonction publique.”

Des Verts en soutien pour Mélenchon

Dans une tribune publiée sur le blog de Médiapart, ce jeudi, des militants d’Europe Ecologie Les Verts (Yannick Jadot) et de Génération·s (Benoit Hamon) appellent à voter Mélenchon: « Depuis quelques mois, nombre d’entre nous sont confrontés à un “blues militant” face à la situation dans laquelle la gauche s’est empêtrée, à cause, notamment, des stratégies et des querelles qui ont rendu l’union impossible. Toutefois, face à l’urgence climatique, et au péril de l’extrême-droite, nous prenons, à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, la parole pour appeler à voter pour le candidat de gauche le plus à même de figurer au second tour.”

Le droit à la sûreté pour Valérie Pécresse

Sur CNews, ce jeudi matin, Valérie Pécresse candidate à l’élection présidentielle, a défendu son projet sur la sécurité: “je souhaite modifier la Constitution pour pouvoir y mettre le droit à la sûreté. Cela veut dire qu’on pourra faire des peines fermes, incompressibles et sans sursis pour les délits les plus graves: un an ferme pour tous ceux qui s’en prennent à ceux qui ont l’autorité publique. On rétablira des peines planchers pour les multirécidivistes. On doublera les centres fermés pour mineurs. On fera des prisons provisoires avec des délinquants sous bracelets électroniques que l’on éloignera de leurs quartiers. »

“Un choc de pouvoir d’achat tout azimuts”

Toujours sur CNews, ce jeudi matin, Valérie Pécresse a parlé de pouvoir d’achat: “Je promets un choc de pouvoir d’achat tout azimuts. Cela commence, cet été, avec 3% de hausse des salaires, que l’Etat prendra à sa charge et qui permettra aux Français de gagner plus. A 1.400 euros, ce sera 500 euros de pouvoir d’achat pour tous ceux qui travaillent. Il y aura aussi des aides aux familles avec 900 euros d’allocations dès le premier enfant. Et je veux 25 centimes d’euros  de ristourne sur l’essence. Il faut, aussi, que l’on désindexe le prix de l’électricité et du prix du gaz. »

Yannick Jadot accuse Jean-Luc Mélenchon

Sur France Inter, ce matin, le candidat Europe-Ecologie-Les-Verts, Yannick Jadot: « Depuis que l’argument du vote utile est entré dans la campagne, jamais Marine Le Pen n’a été aussi haute. Je suis agacé par les appels au vote utile pour Mélenchon, à gauche, et j’accuse Jean-Luc Mélenchon de faire le jeu de Marine Le Pen. Ce n’est pas moi qui ai débattu avec Monsieur Zemmour, alors qu’il n’était même pas candidat. Tout ça a fait monter Marine Le Pen. Ce n’est pas moi qui ai un projet proche de Marine Le Pen sur l’avenir de l’Union Européenne. Cela a construit quoi, le vote Mélenchon, en cinq ans ? »

Jadot : pas de fermeture des réacteurs nucléaires

Toujours sur France Inter, ce matin, Yannick Jadot a déclaré: « Ce que dit clairement le rapport du GIEC, c’est que les énergies renouvelables ont un potentiel quatre fois supérieur au nucléaire pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Si j’arrivais au pouvoir, on ne fermerait pas de réacteurs nucléaires. Simplement, on économiserait l’énergie, c’est bon pour le pouvoir d’achat, et on déploierait les énergies renouvelables. S’il nous faut 25 ans, on mettra 25 ans pour sortir du nucléaire. »

Quand Hidalgo tacle le bilan social de Macron

Ce matin, sur France 2, la candidate socialiste, Anne Hidalgo, a taclé le bilan social d’Emmanuel Macron: « Nos concitoyens sont en train de souffrir des cinq années qui ont creusé beaucoup d’injustices et d’inégalités. Baisse des APL, suppression de l’ISF, pas de coup de pouce au Smic, services publics en berne, école, hôpital. Quand vous baissez l’impôt, très bien, mais qu’est-ce qui se passe? C’est moins de moyens pour le service public. Il faut chercher des financements du côté de ceux qui ont le plus de moyens et en rétablissant l’Impôt sur la fortune. Je regrette que ce soient toujours les classes moyennes et les catégories populaires qui paient la facture.”

Anne Hidalgo: “Faire respirer la démocratie”

Toujours sur France 2, ce matin, Anne Hidalgo a détaillé ses propositions: “Je souhaite faire respirer la démocratie, qui n’a pas respiré ces cinq dernières années. Je m’engage à donner davantage de pouvoirs au Parlement et aux citoyens en proposant un référendum d’initiative citoyenne ou encore une « décentralisation. Redonner la parole aux citoyens, c’est aussi rapprocher les citoyens des pouvoirs locaux et donner aux pouvoirs locaux plus de moyen. Je voudrais faire respirer la démocratie. Qu’a fait Emmanuel Macron de la convention citoyenne pour le climat? Rien. Qu’a-t-il fait de ces cahiers de doléance qui ont été faits pendant le grand débat? Ils croupissent dans les cartons des préfectures de notre pays. »

Nicolas Dupont-Aignan félicite Victor Orban

Le candidat à l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, de Debout la France, a déclaré, sur LCI: « Je félicite Victor Orban pour sa réélection. Je suis heureux que, malgré le mépris des médias occidentaux, malgré les pressions extérieures sur ce beau peuple, le peuple hongrois ait voté massivement pour celui qui défend son pays. Si je ne considère pas Victor Orban comme un « modèle », car il ne faut jamais importer des modèles extérieurs, je pense que les informations, selon lesquelles la presse et l’opposition avaient été muselées pendant la campagne étaient de la pure propagande.”

Une redéfinition de l’Europe pour Dupont-Aignan

Toujours sur LCI, Nicolas Dupont-Aignan a tenu à clarifier son projet européen: “Je souhaite une redéfinition de l’Europe en  retrouvant notre souveraineté nationale, nos frontières, nos lois et notre budget. Et si nos partenaires ne le veulent pas, nous nous en irons et ce sera adopté par référendum; L’Union Européenne actuelle fragilise la démocratie, car les décisions sont prises par des gens non élus.”

“Pourquoi les gens ne veulent-ils plus voter? Parce qu’ils voient bien qu’ils élisent un président, une assemblée et, qu’à la fin, ce sont des bureaucrates, à Bruxelles, sous des conflits d’intérêt gigantesques qui décident pour eux. Je voudrais donc une Europe qui se concentre sur des coopérations à la carte, comme on a fait Airbus, Ariane, le numérique, le développement de l’Afrique, la transition énergétique et la lutte contre le cancer, et qui arrête d’embêter les peuples dans leur vie quotidienne! ».

Jean Lassalle, Place de la Bastille !

Dans un communiqué publié ce mercredi, Jean Lassalle a annoncé un « grand rassemblement de soutiens et de collectifs citoyens », Place de la Bastille, ce jeudi. Tout récemment, le candidat de Résistons! a déclaré: “Il y a un déficit d’écoute considérable dans ce pays, que je ne reconnais pas, et une campagne profondément insincère. Je déplore l’inégalité de traitement entre les candidats sur leur exposition médiatique.”

De nombreux meetings dans toute la France

À quelques jours de la fin de la campagne présidentielle, les candidats multiplient les prises de parole. Plusieurs meetings sont organisés partout en France, ce jeudi 7 avril. Voici le programme: Jean Lassalle, à 17h, Place de la Bastille, à Paris; Yannick Jadot, à 18h, à Nantes; Fabien Roussel, à 18h30, à Lille; Marine Le Pen, à 18h30, à Perpignan; Valérie Pécresse, à 19h, en meeting à Lyon; Eric Zemmour, à 20h, à Paris; Philippe Poutou, à 20h, à Toulouse.

Déclaration de patrimoine et d’activités (3/4)

Depuis le 8 mars, les déclarations de situation patrimoniale et d’intérêts d’activités des candidats sont disponibles auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Elles resteront consultables jusqu’au second tour, le dimanche 24 avril. Nous vous donnerons, jusqu’à vendredi, l’intégralité des déclarations des candidats.

Marine Le Pen

En tant qu’ex-présidente du Front National, elle déclare 18.000€ de rémunération-gratification, en 2017, puis 60.000€, en 2018. Au titre de la présidence du Rassemblement National, à compter de 2019, ce sont 60.000€ annuel qui sont déclarés également. Au titre de sa fonction de député, 70.773€, net imposable annuel, sont déclarés et 20.764€ comme élue départementale.

Elle est propriétaire, en indivision et par donation, de deux biens immobiliers: une maison de 120 m², dans les Hauts-de-Seine, sur un terrain de 825 m² (soit pour 28,5% de quote-part, une valeur de 111.883€) et d’une autre maison de 382 m², dans le Morbihan, sur un terrain de 1.204 m² (soit pour une quote-part de 25%, une valeur de 565.801€ ).

Il est fait mention de deux sociétés civiles immobilières pour des sommes de 616.800€ et 500€ (en cours de dissolution), ainsi que 12,5% de parts dans une SCI portant sur un bien de 633 m² et un terrain de 4.676 m² estimés à 616.800€. Un emprunt de 10.691M€ a été contracté auprès d’une banque hongroise pour le financement de la campagne présidentielle. 

Jean-Luc Mélenchon

En tant que député, Jean-Luc Mélenchon évalue son indemnité, pour l’année 2022, à 34.800€, contre 71.200€ en 2021 et 34.000€ en 2017 (début de son mandat parlementaire). En terme de biens immobiliers, il déclare un appartement de 110 m², en région parisienne, acquis en 2014 (valeur: 1,2 million d’euros) et une maison individuelle dans le Loiret, achetée en 1996, sur un hectare de terrain (170.000€). Il possède 95.000€ sur divers comptes bancaires et il reste à rembourser un prêt de 99.145€.

Philippe Poutou

Le candidat ouvrier émargeait, à l’année, comme salarié, à 25.200€, en 2017, 2018 et 2019, puis à 27.819€, en 2020, et 21.519€, en 2021.  Philippe Poutou est au chômage; depuis son licenciement de l’usine Ford de Blanquefort (Gironde), en septembre 2021, où il a perçu une indemnité de 70.000€ en 2021.

Conseiller municipal à Bordeaux, le leader anticapitaliste, qui vit en concubinage, déclare annuellement 3.504€, et 10.920€ en tant que conseiller métropolitain.

Il n’a pas de patrimoine immobilier, mais près de 100.000€ répartis sur quatre comptes bancaires. Il déclare, comme véhicule, une Peugeot 308 SW Allure, achetée en 2020, 15.000€ (26.900€ au catalogue) après aides diverses et évaluée selon l’argus à 22.500 €.                                     (à suivre)

Les derniers sondages du jour…

Ifop-Fiducial pour “Paris-Match”/LCI/Sud-Radio: Emmanuel Macron, 26,5%, Marine Le Pen, 24%, Jean-Luc Mélenchon, 17,5%, Valérie Pécresse, 9%, Eric Zemmour, 8,5%,  Yannick Jadot, 4,5%, Fabien Roussel, 2,5%, Anne Hidalgo, 2%, Jean Lassalle, 2,5%, Nicolas Dupont-Aignan, 1,5%, Philippe Poutou, 1% et Nathalie Artaud, 0,5%.

Ipsos-Sopra Steria pour “FranceInfo” et “Le Parisien-Aujourd’hui en France”: Emmanuel Macron, 26,5%, Marine Le Pen, 23%, Jean-Luc Mélenchon, 16,5%, Eric Zemmour, 8,5%, Valérie Pécresse, 8%, Yannick Jadot, 5,5%, Fabien Roussel, 3,5%, Jean Lassalle, 2,5%, Nicolas Dupont-Aignan, 2%, Anne Hidalgo, 2%, , Philippe Poutou, 1% et Nathalie Artaud, 0,5%.

OpinionWay-Kea pour “Les Ehos” et “Radio Classique”: Emmanuel Macron, 26%, Marine Le Pen, 22%, Jean-Luc Mélenchon, 17%, Eric Zemmour, 9%, Valérie Pécresse, 9%, Yannick Jadot, 5%, Fabien Roussel, 3%, Jean Lassalle, 3%, Nicolas Dupont-Aignan, 2%, Anne Hidalgo, 2%, , Philippe Poutou, 1% et Nathalie Artaud, 0,5%.

Bernard Pace

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-neuf − 9 =