La jeune pousse grenobloise, avec le soutien de Renault, Schneider Electric ainsi qu’Arkema, vont ouvrir la première usine de batteries bas carbone à Dunkerque, redynamisant ainsi la région.

C’est une excellente nouvelle pour les Hauts-de-France, Verkor a opté pour Dunkerque pour y installer sa future et première Gifafactory, afin de développer les cellules de batteries bas-carbone, afin de rester dans les clous des objectifs européens de neutralité carbone.

Après avoir visité plus de 40 sites, la jeune pousse a finalement arrêté son choix sur Dunkerque, considérant qu’il s’agissait du site le plus prometteur pour l’entreprise. L’usine disposera d’une surface de 150 hectares, afin de répondre au mieux à la demande croissante des constructeurs automobiles. La toute jeune pousse va investir plus de 1,5 milliards d’euros pour la construction de sa Gigafactory, un concept d’usine inventé par Tesla, et va même concurrencer directement Tesla sur son terrain favori.

L’usine devrait sortir de terre fin 2024, pour une exploitation dès 2025.

Des emplois à la clé

D’après les dirigeants, c’est 1200 emplois directs et plus de 3 000 emplois indirects qui vont être crééS, dans une région particulièrement touchée par le chômage. À terme, on parle de plus de 2 000 emplois directs, une bouffée d’oxygène pour la région.

Les premières livraisons de ces nouvelles batteries à faible teneur en carbone devraient débuter dès 2025.  A partir de 2030, la capacité de production augmentera pour atteindre 16 GWh en 2025 et 50 GWh en 2030. Verkor a pour vocation à produire plus de 300 000 batteries par an.

Une étape importante pour Verkor

Fondé en 2020, Verkor, dont le siège est à Grenoble dans l’Isère, possède des partenaires solides et importants, dont Renault (20% de parts dans l’entreprise), Capgemini, Arkema, Tokai, et Schneider Electric, et s’apprête à franchir un pas important dans son développement, avec la production de batteries bas carbone en France, mais aussi en Europe, afin de répondre à la fulgurante croissance de véhicules électriques, ainsi que de la mobilité électrique en général.

Le projet est unificateur et Verkor va, dès 2022, ouvrir ses lignes pilote 4,0 qui seront entièrement digitales.

Une annonce saluée par toute la classe politique

Xavier Bertrand (président du conseil régional des Hauts-de-France) ainsi que le président de la République, Emmanuel Macron ont salué cette bonne nouvelle. C’est d’ailleurs le chef de l’État qui s’est lui-même chargé d’annoncer l’arrivée de Verkor à Dunkerque chez notre confrère La Voix du Nord.

Et c’est un échec cuisant pour Laurent Wauquiez qui pensait, lui-aussi attirer Verkor dans sa région Auvergne-Rhône-Alpes, d’autant plus que le siège de Verkor se trouve déjà à Grenoble.

Angelina Hubner

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

un × 4 =