Dans la lignée de Photonis, qui était convoité par l’américain Teledyne, l’industrie de défense française continue à démontrer son savoir-faire. Basée à Rennes, l’entreprise française Secure-IC va travailler avec le Pentagone. Une opportunité va lui ouvrir les portes du marché américain.

La spécialité de Secure-IC ? La cybersécurité embarquée. Un secteur qui intéresse au plus haut point le Pentagone, et notamment la Darpa, l’agence de recherche du ministère de la Défense américain. La start-up rennaise a été choisie pour sa capacité à contrer les cyberattaques, sécuriser les systèmes embarqués, les objets connectés et les composants électroniques. Secure-IC a développé des solutions pouvait protéger les puces électroniques présentes dans tous types de véhicules, militaires ou civils.

Déjà présent dans la Silicon Valley

Un premier accord a été conclu entre les deux parties. Il devrait à terme permettre à la pépite tricolore d’obtenir des débouchés commerciaux, car Secure-IC aura désormais un accès privilégié au marché américain des composants électroniques. La start-up est déjà présente dans la Silicon Valley depuis un an. Née en 2010, l’entreprise bretonne est un spin-off de Télécom ParisTech. Elle a été fondée par un ingénieur, Hassan Triqui, qui en est aujourd’hui le PDG, et deux chercheurs soutenus par le Pole Valorisation de Télécom ParisTech. Les technologies développées par Secure-IC ont déjà fait l’objet d’une quarantaine de brevets. Les menaces liées à l’introduction de logiciels malveillants au sein des composants électroniques poussent les industriels et les États à recourir à des solutions à l’image de celles développées par Secure-IC. Autant dire que l’avenir de la jeune pousse bretonne est dégagé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 × trois =